Planète Cinéphile

Cette semaine

NOTRE AVIS SUR "EVERYTHING SUCKS!"

NOTRE AVIS SUR "EVERYTHING SUCKS!"

Nouvelle série originale de Netflix créée par Ben York Jones, Michael Mohan et sortie le 16 février 2018. Elle est composée de 10 épisodes d’environ 25 minutes chacun, c’est donc une série qui se regarde très rapidement (bon point) et qui nous ramène en 1996 dans le lycée de Boring en Oregon lors de la rentrée des classes de trois amis (considéré comme "losers"): Luke, McQuaid et Tyler. Ils vont intégrer le club audiovisuel et Luke va tomber amoureux de Kate, la fille du principal.

Le maître mot de cette série est nostalgie. Pas un dialogue ou une image sans un objet ou une référence aux années 90 et à la pop culture (Tamagochi, cassettes vidéo, Star Wars sont des exemples parmi tant d’autres) et c’est très appréciable de retrouver cette époque sans ordinateurs et portables partout. Il faut également noter que la bande-son, bien qu’elle soit parfaite, va également jouer sur ce sentiment (on passe d’Oasis à Tori Amos entre autres), c’est peut-être un peu trop ? On peut faire le rapprochement avec "Stranger Things", série Netflix, qui se situe dans les années 80 et qui a lancé ce mouvement nostalgique à mon sens. Toutefois, les créateurs de la série ont peut-être fait passer en premier le sentiment nostalgique des spectateurs avant la narration. En effet, on se retrouve quelque fois dans des passages ennuyeux et assez longs puisque la série en elle-même est extrêmement prévisible, le spectateur n’as pas grand chose à attendre – il ne va pas être surpris par certains choix – et s’ennuie facilement. L’utilisation de facilités narratives fait lever les yeux au ciel de simplicité et ne nous étonnes en rien. L’absence de suspense n’arrange en rien la narration, pourtant il se passe pas mal de choses dans chaque épisode – malheureusement tout est prévisible à souhait.

Concernant les personnages on aurait pu rêver mieux puisque l’on passe de "clichés en clichés" (ce qui pourrait rappeler le fonctionnement des sitcoms ?) et sont peu recherchés: le couple populaire, Tyler le copain idiot qui ose tout (mais qui est touchant et très drôle), McQuaid le personnage intello coincé, la tête de la bande/celui qui dirige (Luke), la jeune ado qui commence à se chercher et à s’affirmer (cherche sa sexualité, son caractère et son look = Kate), le directeur qui veut faire ami-ami avec les élèves et qui en devient gênant. Le groupe des trois ados "losers" qui essayent de s’intégrer au lycée peut rappeler la série "Freaks and Geeks".

NOTRE AVIS SUR "EVERYTHING SUCKS!"

Luke est trop mature, trop parfait qu’il en devient agaçant tandis que les autres personnages peuvent arriver à être touchants lorsqu'ils sortent de leur personnage cliché. D’ailleurs, c’est là que la série est intéressante: dans le passage au monde adulte. Même si ce sujet est de plus en plus traité (avec la série Netflix, "The End of the Fu***ing World" ou encore le film de Greta Gerwig, "Lady Bird"), elle réussit à se démarquer de par la proximité avec les ados (ils sont filmés seuls dans leur chambre, livrés à leurs pensées) – mais également de par le traitement de leurs soucis. La série joue sur le drame et s’attache à voir le mal-être chez les ados (Kate qui a du mal avec sa sexualité – lesbienne – et se retrouve à sortir avec Luke pour ne pas avoir honte au lycée, l’absence d’un père ou d’une mère...) et chaque épisode est rythmé selon leurs problèmes. Le fil narratif des ados va être peu à peu rejoint par celui des parents de Luke et Kate dont leur histoire est très simple avec pour seul intérêt la dernière scène de la saison.

En tout et pour tout, j’ai bien aimé que l’on s’intéresse à deux clubs du lycée: le théâtre et l’audiovisuel où les ados peuvent s’exprimer au travers d’images qu’ils créent (ils font un film tous ensemble, Luke fait un clip-vidéo pour Kate – que j’ai trouvé extrêmement gênant –, il visionne les cassettes que son père a fait...). La série est vraiment trop tirée sur la nostalgie et laisse une intrigue très pauvre avec des personnages plus clichés les uns que les autres. Toutefois, c’est une série simple, faite pour se détendre, ne pas réfléchir et se laisser porter. L’axe dramatique sur les problèmes et le mal-être des ados est bien étudié, montré à l’écran par des gros plans abordant des sujets très divers pour élargir et en dire le plus possible sur le passage compliqué de l’adolescence à l’adulte. Tout ne craint pas dans cette série mais elle peut rebuter ceux qui n’ont pas la patience d’attendre que l’action décolle réellement.

Note: 2,5/5

Remerciements à Justine de "Ptite Cinéphile" (http://ptitecinephile.wordpress.com)

Partager cet article