Planète Cinéphile

Cette semaine

"36E CINEMED", PROGRAMME !

"36E CINEMED", PROGRAMME !

Capitale du cinéma méditerranéen, Cinemed explore territoires, identités culturelles et générations de cinéastes, curieux des nouveaux langages cinématographiques et respectueux d’un patrimoine riche, souvent méconnu, prémices d’une création foisonnante. Avant-Premières, panoramas, documentaires, courts et longs métrages, rencontres professionnelles, le Festival du Cinéma Méditerranéen de Montpellier vous propose une 36e édition bigarrée dont voici les grandes lignes.

 

En attendant les films de la Compétition officielle qui vous sera dévoilée le 8 Octobre prochain !

 

Découverte - La nouvelle vague du cinéma grec

La Grèce est toujours présente dans la programmation de Cinemed. Mais il nous paraît intéressant aujourd'hui, alors que Theo Angelopoulos nous a quittés et que ce grand pays de culture traverse une crise économique sans précédent, de mettre en lumière les créations de la nouvelle génération de cinéastes. Cinéastes qui ne sont pas systématiquement inspirés par cette crise, qui ne sont pas nécessairement non plus des héritiers d'Angelopoulos, mais qui ont à se battre, dans une industrie affaiblie, pour imposer leurs visions et leur lecture du monde. La crise comme contexte et comme ensemble de contraintes, n'a visiblement pas empêché en Grèce l'émergence d'une véritable nouvelle vague.

 

Sous les projecteurs - La comédienne Leïla Bekhti

Née dans la région parisienne, de parents originaires de Sidi Bel Abbès en Algérie, Leïla Bekhti, dans sa trentaine glorieuse, peut déjà s’enorgueillir d’une belle filmographie. Initiée par l’étrange film de Kim Chapiron en 2005, "Sheitan", qui remporte un vrai succès en salles, elle lui rappelle vite ses origines. En effet dans "Harkis", son rôle la renvoie à l’histoire d’un pays qu’elle connaît assez peu et à sa propre histoire familiale qu’elle découvre à ce moment-là. Avec une double quête d’actrice: assumer cette histoire et, comme elle le dit elle-même, ne pas devenir une « arabe de service ». Sa personnalité et son obstination dans le travail et la compréhension du cinéma lui apportent au fil du temps des rôles plus complexes. Jusqu’à ce dernier film, "Maintenant Ou Jamais", dans lequel Serge Frydman lui confie le rôle non pas de Yasmine, Nadia ou Djamila, mais bien celui de Juliette. Une carrière qui brille, et que nous ferons défiler en sa compagnie.

 

Daniel Toscan du Plantier - Producteur méditerranéen

On ne résumera pas en quelques lignes la vie de Daniel Toscan du Plantier, fils d’une grande famille aux ancêtres illustres et qui dès l’âge de trente-cinq ans prit la direction de la société Gaumont dont il modifia sensiblement la ligne éditoriale. Producteur de Jean-Charles Tachella, de Maurice Pialat comme de Federico Fellini ou de JosephLosey, il aimait se mettre au service de grands auteurs sans pour autant oublier le grand public. Sa passion pour l’Opéra relança avec succès l’art lyrique au cinéma. Également président d’Unifrance qui a pour mission de valoriser le cinéma français à l’étranger, président de la Cinémathèque de Toulouse jusqu’à sa mort à l’âge de 61 ans, Toscan est à la fois un homme qui a marqué l’histoire du cinéma et un grand personnage romanesque. On se souviendra de lui en présence de ses proches, comme sa fille Ariane ou sa première épouse Marie-Christine Barrault, et à travers les films qu’il a produits.

 

Espagne - Luis García Berlanga

Considéré comme un maître par ses pairs espagnols, Luis García Berlanga, disparu en 2010, est l’auteur d’une œuvre qui ne se rattache à aucune école. Assez vite repéré par la censure franquiste qui ne le laissa jamais tranquille, son premier vrai succès doutait, avec un humour féroce, de l’apport de modernité attendue des Américains ("Bienvenue Monsieur Marshall", 1952). Le cinéaste ne cessa de contrer dans ses films le pouvoir franquiste, très souvent avec une belle charge humoristique. On pense notamment à l’un de ses films les plus connus, "Le Bourreau" (1963), dans lequel il s’élève contre la peine de mort. Film qui va lui attirer les foudres du pouvoir et une interdiction d’exercer son métier pendant dix ans. Ses succès, auxquels on peut associer son scénariste Rafael Azcona, ont gardé toute leur saveur aujourd’hui et appartiennent à la partie la plus politiquement engagée du cinéma espagnol.

 

Italie - Antonio Pietrangeli

D’abord assistant de Luchino Visconti sur "Ossessione" (1943), Antonio Pietrangeli a été un précurseur dans le cinéma italien. Observateur attentif des problèmes sociaux et culturels de l’Italie il a choisi une voie originale pour en parler, celle de l’émancipation féminine. Il montre les difficultés que rencontrent ses personnages féminins dans leur tentative d’indépendance face à une société restée rétrograde. Deux titres majeurs de sa filmographie révèlent cet intérêt pour les femmes : "La Parmigiana" (1963) et "Je La Connaissais Bien" (1965). Nous verrons aussi "Adua Et Ses Compagnes" où brille Simone Signoret. Antonio Pietrangeli, disparu prématurément en 1968, mérite cette réhabilitation.

 

Une Nuit en enfer - La saga Eurociné

Marius Lesoeur, natif de Nice, est un cas à part dans l’histoire du cinéma français. Producteur indépendant, il fonde Eurociné en 1957 pour des coproductions avec l’Espagne. Totalement en marge de tout cinéma officiel, il a été l’infatigable promoteur d’histoires de savants fous érotomanes, de zombis nazis et d’amazones aux seins nus pour les budgets les plus microscopiques qui soient. Toute proportion gardée c’est le Roger Corman français. Il a été le créateur du « western-paella » et l’infatigable collaborateur de Jess Franco. Bref une Nuit en enfer pour découvrir quelques-uns des films les plus fous du cinéma bis français ! (Vendredi 1er Novembre.)

 

La journée du scénario avec Tonino Benacquista

Romancier, dramaturge et scénariste, Tonino Benacquista n'est plus à présenter. Si le début de sa carrière au cinéma est couronné par un scénario original ("Sur Mes Lèvres"), marquant le début d'une fructueuse collaboration avec Jacques Audiard, Tonino Benacquista est parfois adaptateur ("De Battre Mon Cœur S'Est Arrêté"), et souvent adapté ("Malavita", "L’Outremangeur", "La Boîte Noire"). C'est principalement autour de cette question de l'adaptation, de la littérature vers le cinéma, que portera la rencontre. Elle sera suivie de la projection de "Sur Mes Lèvres" de Jacques Audiard. Session ouverte au public. (En collaboration avec Le Studio du scénario.) Lundi 27 Octobre.

 

Cinéma des lycéens – Métiers du cinéma

Stage pédagogique cinéma

• Chaque année, quelque 300 lycéens venus d’une vingtaine d’établissements de la France entière participent au stage pédagogique de trois jours proposé par le festival. En 2014, Jacques Audiard est à l’honneur, avec son film "De Battre Mon Cœur S'Est Arrêté" (2005). En présence de Tonino Benacquista, scénariste et de Philippe Rouyer, critique à Positif et au Cercle, enseignant en analyse de film à Paris I. Autres films : "Sur Mes Lèvres" (2001), "Un Prophète" (2009).

• Le 5e festival de films lycéens

Créé en 2010 dans le cadre du stage classes L, le Festival de films lycéens présentera sa cinquième édition : une sélection d’une dizaine de films courts réalisés par des lycéens durant l’année 2013-2014. (Vendredi 24 oct. à 18 h au Corum.)

• 4e journée des métiers du cinéma et de l’audiovisuel

Ce salon d’information s’adresse aux élèves des lycées situés en Languedoc-Roussillon et PACA, aux étudiants en cinéma et aux 300 lycéens des classes cinéma audiovisuel provenant de lycées de toute la France. (Le Corum, hall niveau 0, samedi 25 oct. de 10 h à 17 h. En partenariat avec Languedoc-Roussillon Cinéma.)

• L’atelier cinéma

Samedi 25 octobre - Le Corum, hall niveau 0. Sous forme de présentation des différentes techniques de création d’images animées, cet atelier proposera au public diverses animations. (En partenariat avec ArtFx, école d’animation 3D.) GRATUIT. De 10 h à 17 h.

 

Cinemed Meetings 28, 29 et 30 Octobre: 3 journées dédiées aux professionnels

 

La 24e Bourse d'aide au développement

Aide au développement de projets de longs métrages de fiction (28 et 29 octobre). Pendant deux jours les réalisateurs et leurs producteurs défendront leur projet devant un jury de professionnels et rencontreront des producteurs, des fonds de financements, des télévisions … Plusieurs bourses d'aide de 3 000 à 7 000 € seront attribuées (dotées par le CNC, l’Organisation internationale de la Francophonie, la Région Languedoc-Roussillon, l'Association Beaumarchais, Éclair Group, le Moulin d’Andé CÉCI, Mediterranean Film Institute).

 

Créée en 1991, la Bourse d’aide a contribué à la réalisation de 27 films dont "Mon Trésor" de Keren Yedaya (Caméra d’or 2004 au festival de Cannes), "Premières Neiges" d’Aida Begic (Grand Prix de la Semaine de la Critique 2008 à Cannes), "Téléphone Arabe" de Sameh Zoabi (Antigone d’or Cinemed 2011), "Chroniques D’Une Cour De Récré" de Brahim Fritah (Prix de la musique de film Cinemed 2012), "Je Vous Ai Compris" de Frank Chiche…

 

Les rendez-vous de la coproduction: petits déjeuners de la coproduction, rendez-vous personnalisés pour les porteurs de projet de bourse d’aide.

 

Rencontres et débats

Les accords de coproduction en vigueur dans l’aire méditerranéenne - La production en Méditerranée focus sur le cinéma grec - Films en fabrication 4 régions/4 projets: en partenariat avec Languedoc-Roussillon Cinéma et les régions Corse, Languedoc-Roussillon, Midi Pyrénées et Paca - Ne jetez pas vos films ! la collecte des films amateurs et l’utilisation des archives filmiques - "Une Chambre Syrienne", documentaire d’Hazem Alhamwi, cas d’étude autour d’une coproduction portée en région - Zoom sur: le numérique aujourd’hui.

 

Courtesy of Festival International du Cinéma Méditerranéen de Montpellier

 

Partager cet article