Planète Cinéphile

Cette semaine

BACK 2 CLASSICS: "PAPILLON" (1971)

BACK 2 CLASSICS: "PAPILLON" (1971)

Lorsque Franklin J. Schaffner entreprend de réaliser "Papillon", d’après le roman d’Henri Charrière, il a déjà derrière lui quelques films mémorables considérés aujourd’hui comme des chefs-d’œuvre. On citera, par exemple, le premier opus de "La Planète Des Singes" ou "Patton", portant déjà tous deux un regard sans concession sur l’humanité. A mi-chemin entre film carcéral et film d’aventures, "Papillon" va être pour Schaffner l’occasion de donner à Steve McQueen l’un de ses plus grands rôles. Loin de la polémique qu’engendra le livre à son origine (Henri Charrière, son auteur, semble avoir compilé les témoignages de plusieurs bagnards et en avoir fait un récit à la première personne), le film mit tout le monde d’accord.

Le scénario de "Papillon" est le fruit de la collaboration entre Schaffner et Dalton Trumbo (auteur du grand "Johnny s’en va en Guerre" et scénariste du "Spartacus" de Stanley Kubrick), et il va sans dire qu’il ne souffre aucune concession. Le régime inhumain du bagne de la Guyane française (qui ne ferma ses portes qu’en 1946) y est décrit sans aucun filtre. Qu’il s’agisse des traitements subis par les bagnards, de l’aveuglement de la justice ou des rapports humains, "Papillon" est sans appel dans son jugement: l’humanité n’y a plus de raison d’être. La mise en scène de Schaffner, souvent brutale mais toujours efficace, renforce le propos du film, dont on sort bouleversé…

BACK 2 CLASSICS: "PAPILLON" (1971)

En dehors de sa violente description d’un milieu carcéral d’une autre époque, "Papillon" est aussi un film d’aventure décrivant les multiples tentatives d’évasion de son héros et l’acharnement de celui-ci à lutter contre l’injustice qui lui fut faite. Ne renonçant jamais, même au fin fond du gouffre, "Papillon", jusqu’au bout, reste opiniâtrement opposé à la machine judiciaire qui veut le broyer.

Porté par l’interprétation magistrale de Steve McQueen (dont beaucoup s’accordent à penser qu’il s’agit là de son plus grand rôle) et de Dustin Hoffman, "Papillon" fut à sa sortie un grand succès public et critique, avant de devenir un véritable classique du septième art (de bien meilleure qualité que le remake de 2017, avec Charlie Hunnam & Rami Malek). Remarquablement interprété, filmé comme un film d’action, "Papillon" fait partie de ces œuvres qui restent longtemps en mémoire, que ce soit pour leur fond ou pour leur forme.

Remerciements à Youtube & Laurent avec "Deuxième Séance"

Partager cet article