Planète Cinéphile

Cette semaine

CRITIQUE: "SIN CITY, J'AI TUÉ POUR ELLE"

CRITIQUE: "SIN CITY, J'AI TUÉ POUR ELLE"

Synopsis:

 

"Dans une ville où la justice est impuissante, les plus désespérés réclament vengeance, et les criminels les plus impitoyables sont poursuivis par des milices. Marv se demande comment il a fait pour échouer au milieu d'un tas de cadavres. Johnny, jeune joueur sûr de lui, débarque à Sin City et ose affronter la plus redoutable crapule de la ville, le sénateur Roark. Dwight McCarthy vit son ultime face-à-face avec Ava Lord, la femme de ses rêves, mais aussi de ses cauchemars. De son côté, Nancy Callahan est dévastée par le suicide de John Hartigan qui, par son geste, a cherché à la protéger. Enragée et brisée par le chagrin, elle n'aspire plus qu'à assouvir sa soif de vengeance. Elle pourra compter sur Marv... Tous vont se retrouver au célèbre Kadie's Club Pecos de Sin City..."

 

Sortie (France, 3D - Interdit aux moins de 12 ans): 17 Septembre 2014

 

Critique:

 

C'est neuf ans après le premier opus que Robert Rodriguez s'attèle enfin à la suite. Une suite mal accueillit par la presse et les spectateurs américains, véritable surprise pour moi qui avait adoré le premier et qui, après l'avoir vu, le trouve tout aussi bon. Nous savons à quel point il est difficile de livrer un deuxième opus aussi bien que le précédent, surtout quand celui-ci à été un énorme succès. Mais personnellement, je trouve que Rodriguez s'en est plutôt bien sortie.

 

Le film est tout ce que j'attendais, identique au premier, visuellement très beau, original et impressionnant. Ce concept du noir et blanc et de ses petites touches de couleurs que j'adore, accentuant un aspect de la personnalité de chaque personnages est intéressant et sublime. La 3D, m'a agréablement surprise. Elle est ici bien utilisée et renforce notre intégration dans cet univers graphique. Il faut dire que ce film fait très comics, beaucoup plus que le premier, notamment pendant les courts passages où l'on peut voir un personnage sous forme d'ombre noir sur fond blanc.

 

J'y ai trouvé l'action plus présente et violente, toujours ponctuée de petites doses d'humour (Merci Marv). La trame principale et les deux intrigues annexes sont plutôt bien traitées. On y retrouve nos "anciens" et y découvre également de nouveaux visage, notamment celui de Johnny, joué par un Joseph Gordon-Levitt plus sombre que jamais. On ne passe pas non plus à côté des caméos de Ray Liota, Lady Gaga, Juno Temple ou bien encore celui de notre Doc préféré, Christopher Lloyd. En parlant de personnages, Rodriguez dit avoir choisir ses acteurs en fonction de leur ressemblance avec les personnages du comics. Il dit aimé le fait que Frank Miller ai en quelques sorte prédit le casting.

 

Bien que "Sin City 2" soit un sequel, il me semble que certains événements se déroule non pas après, mais bien avant ceux du premier volet. Les deux exemples les plus flagrants sont ceux des personnages de Dwight (qui se fait refaire le visage, alors que cela est déjà fait dans le premier) et Manute (qui ici perd son œil, alors qu'il est déjà borgne dans le précédent). Voyez donc, certains passages nous laisse perplexes et interrogatifs sur la véritable chronologie de l'œuvre.

 

Terminons avec la (nouvelle) image de la femme qui est présentée dans ce film. Elle y est différente, ne montrant plus ses femmes telles des victimes mais bien plus forte et sûre d'elle, prenant le dessus sur les personnages masculin, telle Ava (Eva Green, sublime et extrêmement convaincante), manipulatrice à souhait conduisant tout les hommes qui l'entoure à leur perte, ou bien Nancy (Jessica Alba), complètement rongée par la mort d'Hartigan, désireuse de se venger au plus vite.

 

En résumé, "Sin City 2" est pour moi une bonne suite, avec certes de petites incompréhensions dans le script, mais toujours aussi badass et fidèle au comics. Un film à voir pour son côté graphique sortant de l'ordinaire, original n'ayant visuellement rien à envier aux autres films du genre.

 

Note:  (3,5/5)

 

Remerciements à Anais

 

CRITIQUE: "SIN CITY, J'AI TUÉ POUR ELLE"

Partager cet article