Planète Cinéphile

Cette semaine

LA CRITIQUE DE VALENTIN : "BIG EYES" !

LA CRITIQUE DE VALENTIN : "BIG EYES" !

Votre humble serviteur défendeur des blockbusters en tout genre, Valentin, va aujourd'hui parler de "Big Eyes" réalisé par Tim Burton et sortie le 18 Mars. Au casting, Christoph Waltz, Amy Adams,... et c'est tout.

 

Synopsis : "BIG EYES raconte la scandaleuse histoire vraie de l’une des plus grandes impostures de l’histoire de l’art. À la fin des années 50 et au début des années 60, le peintre Walter Keane a connu un succès phénoménal et révolutionné le commerce de l’art grâce à ses énigmatiques tableaux représentant des enfants malheureux aux yeux immenses. La surprenante et choquante vérité a cependant fini par éclater : ces toiles n’avaient pas été peintes par Walter mais par sa femme, Margaret. L’extraordinaire mensonge des Keane a réussi à duper le monde entier. Le film se concentre sur l’éveil artistique de Margaret, le succès phénoménal de ses tableaux et sa relation tumultueuse avec son mari, qui a connu la gloire en s’attribuant tout le mérite de son travail."

 

Critique :

 

 

Critiquer "Big Eyes" en se basant sur la filmographie de Tim Burton serait quelque chose de complètement stupide ! Se base t-on sur "E.T" pour parler de "Arrête-moi si tu peux" ? Je vais donc faire cette critique en ignorant que c'est... ce monsieur qui a réalisé le film. Si je devais comparer le film à une patisserie ça serait une religieuse. Tout est très gros au début du film, paraît grossier, et s'affine pour finir sur quelque chose de subtil et doux. Curieuse métaphore non ?

 

Il est clair que "Big Eyes" ne déborde pas d'intentions de réalisations, mais en même temps, le film en a t-il besoin ? Certains plans comme quand Margaret se regarde dans un miroir n'est pas une intention de réalisation venant des scénaristes ou du réalisateur, mais une intention du film lui-même. Ce plan est nécéssaire au film, peut importe qui l'a écrit ou réalisé, "Big Eyes" se démmerde tout seul et se laisse aller tout doucement.

 

Christoph Waltz, c'est Christoph Waltz... Mais Amy Adams... qui c'est celle là d'ailleurs ? (cours sur IMDb...... en revient) Ah oui, elle est totalement méconaissable et son interprétation transpire de vérité. On est en admiration face au personnage qui endure tellement d'épreuves auxquelles il ne peut réagir, reste là, assis, à regarder les propres erreurs qu'elle fait se passer sous ses yeux, sans pouvoir bouger. 

 

Le gros défaut du film selon moi, c'est que cela reste quand même assez banal. On ne ressort pas en admiration, on se dit juste "C'était sympa... on va voir quoi après ?" ! Bien que l'histoire soit passionante, on sait clairement où cela va nous mener et où l'on finira. On sait que les gentils vont gagner et les méchants perdre d'une façon très prévisible (d'ailleurs le méchant ne gagne pas vraiment). J'attendais pas mal de la photographie et du rôle des tableaux dans le film mais finalement rien ne laisse transparaître qu'un quelconque travail a été fait dessus.

 

On rangera "Big Eyes" dans la case "à conseiller, mais à ne pas voir de toute urgence". La progression est plutôt une déprogréssion au niveau de la structure filmique, les acteurs sont excellents, mais on regrettera le goût du téléfilm "BBC". Je retiendrai aussi la magnifique interprétation de la chanson "Big Eyes" par Lana Del Rey (cliquez c'est gratuit) !

 

Note :  (3/5)

 

Courtesy of StudioCanal

 

Partager cet article