Planète Cinéphile

Cette semaine

@ L'AFFICHE, "AVENGERS : L'ÈRE D'ULTRON"

@ L'AFFICHE, "AVENGERS : L'ÈRE D'ULTRON"

NOTES DE PRODUCTION :

 

AVENGERS : L’ÈRE D’ULTRON est le nouveau chapitre de la fantastique saga de super-héros entamée avec AVENGERS. Les Avengers doivent cette fois sauver le monde de la pire menace que l’humanité ait jamais connue... 

Inspiré par la célèbre série de comics Marvel publiée dès 1963, AVENGERS : L’ÈRE D’ULTRON réunit les super-héros préférés du public pour la première fois au cinéma depuis la bataille titanesque qui a ravagé New York dans AVENGERS. Ce nouvel opus s’inscrit dans la désormais légendaire lignée des grandes aventures cinématographiques Marvel relatées dans IRON MAN, L’INCROYABLE HULK, IRON MAN 2, THOR, CAPTAIN AMERICA : FIRST AVENGER, IRON MAN 3, THOR : LE MONDE DES TÉNÈBRES, CAPTAIN AMERICA : LE SOLDAT DE L’HIVER, et LES GARDIENS DE LA GALAXIE. AVENGERS : L’ÈRE D’ULTRON poursuit le développement de l’Univers Cinématographique Marvel. La plus extraordinaire équipe de super-héros de tous les temps est de retour sur les écrans, pour livrer son plus formidable combat !

 

LES FILMS DE TOUS LES RECORDS : L’UNIVERS CINÉMATOGRAPHIQUE MARVEL

 

En 2014, les studios Marvel ont ajouté à leur palmarès de succès critiques et commerciaux deux nouveaux titres, avec les blockbusters CAPTAIN AMERICA : LE SOLDAT DE L’HIVER et LES GARDIENS DE LA GALAXIE. LES GARDIENS DE LA GALAXIE, qui inaugurait une nouvelle franchise, a été le plus gros succès de l’année aux États-Unis avec 333,2 millions de dollars de recettes, et 772,8 millions de dollars dans le monde. CAPTAIN AMERICA : LE SOLDAT DE L’HIVER a fait quant à lui 95 millions de dollars de recettes lors de son premier week-end et a rapporté par la suite plus de 711 millions de dollars à l’international. 

En 2013, Kevin Feige a produit pour Marvel les méga hits THOR : LE MONDE DES TÉNÈBRES et IRON MAN 3. Les deux films ont fait respectivement plus de 644 millions de dollars et plus de 1,2 milliard de dollars dans le monde depuis leur sortie. En 2012, Kevin Feige a produit le film AVENGERS, salué par la critique et qui a battu le record du meilleur week-end de sortie de tous les temps sur le territoire américain avec 207,4 millions de dollars au box-office en trois jours. Par la suite, le film a fait plus de 1,5 milliard de dollars de recettes dans le monde : AVENGERS est le plus gros succès de toute l’histoire de Disney, à la fois sur le sol américain et à l’international. 

À l’été 2011, Marvel a lancé avec succès THOR, avec Chris Hemsworth, et CAPTAIN AMERICA : FIRST AVENGER, avec Chris Evans. Les deux films se sont classés en tête du box-office à leur sortie et ont rapporté à eux deux plus de 800 millions de dollars de recettes mondiales. En 2010, IRON MAN 2, avec Robert Downey Jr., Gwyneth Paltrow, Don Cheadle, Scarlett Johansson et Mickey Rourke, a pris la première place du classement lors de son premier week-end avec 128,1 millions de dollars de recettes au box-office américain. 

Lors de l’été 2008, Marvel a produit les blockbusters IRON MAN et L’INCROYABLE HULK. IRON MAN, dans lequel Robert Downey Jr. enfilait pour la première fois l’armure du super-héros auprès de Terrence Howard, Jeff Bridges et Gwyneth Paltrow, est sorti le 2 mai 2008 aux États-Unis et a connu un succès immédiat. Resté premier au box-office deux semaines de suite, le film a franchi la barre des 100 millions de dollars lors de son premier week-end d’exploitation. Le 13 juin 2008, Marvel sortait L’INCROYABLE HULK, qui fut le deuxième film du studio à se classer en tête du box- office dès sa sortie cet été-là.

Kevin Feige, président de Marvel Studios et producteur d’AVENGERS : L’ÈRE D’ULTRON, explique les raisons de ces succès sans précédent au box-office au sein d’un univers cinématographique en constante expansion. « Pour tout le monde chez Marvel, l’objectif a toujours été de créer, d’entretenir et de développer des personnages dynamiques qui ont chacun leurs défauts. Ce que l’on aime dans les films Marvel, et en particulier dans la série des AVENGERS, c’est qu’au-delà des films à grand spectacle dont les héros possèdent des superpouvoirs qui font rêver, on a affaire à de fabuleux personnages qui se croisent et interagissent entre eux comme ils ne pourraient jamais le faire si chacun se cantonnait à ses propres films. » 

Le producteur poursuit : « La raison de notre réussite tient aussi à ce que nous regardons toujours vers l’avenir. À la minute même où nous terminons un projet et ce qui gravite autour, de la production aux résultats que nous espérons obtenir avec ce film précis, en passant par la campagne de lancement, nous passons à l’étape suivante. Nous sommes en permanence en train de réfléchir à deux, trois ou quatre films à l’avance. » 

 

UNE NOUVELLE MENACE

 

Développer l’histoire d’AVENGERS : L’ÈRE D’ULTRON comportait son lot d’écueils : il fallait s’assurer que tous les événements décrits dans les précédents films Marvel s’inscriraient dans la trame narrative et la dynamique du scénario. Kevin Feige, le producteur, explique : « De nombreux rebondissements ont eu lieu depuis la fin du premier AVENGERS. Tous les films de la Phase 2 sont sortis ; la maison de Tony Stark a été détruite, il s’est débarrassé du générateur qu’il avait dans la poitrine, il a réévalué sa vie et redéfini son rôle en tant qu’Iron Man. Thor est retourné à Asgard, et il a choisi de ne pas devenir roi. Il revient sur Terre pour protéger l’humanité. Le S.H.I.E.L.D. a été démantelé dans CAPTAIN AMERICA : LE SOLDAT DE L’HIVER après que l’on a découvert qu’Hydra tirait les ficelles. Tous ces événements ont laissé beaucoup de pistes ouvertes. » 

Il est essentiel de maintenir une cohérence dans chacune des histoires et d’orienter les intrigues dans une direction qui serve à la fois les franchises individuelles et l’Univers Cinématographique Marvel dans son ensemble. Le producteur exécutif Louis D’Esposito explique : « Nous voulons que chaque film au sein de chaque franchise soit perçu comme rafraîchissant et qu’il possède sa propre identité, tout en s’inscrivant dans la lignée d’événements qui pourront se produire deux ou trois films plus tard. Nous avons eu de la chance de trouver cet équilibre qui permet à la fois aux histoires de partir dans des directions nouvelles et de rester interconnectées grâce à des moments qui assurent la cohésion entre toutes les franchises. Lorsque le premier film AVENGERS est devenu l’un des plus gros succès de tous les temps, notre priorité a été de nous assurer que tous les films conduisant à AVENGERS : L’ÈRE D’ULTRON joueraient un rôle dans la construction de l’histoire. » 

La première étape du processus de création de la suite d’AVENGERS a consisté à déterminer quelle orientation l’histoire allait prendre. Le scénariste et réalisateur Joss Whedon y a longuement réfléchi. Consultant sur tous les films Marvel qui ont succédé aux AVENGERS, il explique ainsi son approche de l’Univers Cinématographique Marvel : « Être le ‘conseiller spécial’ Marvel durant ces dernières années a été très amusant. Il était essentiel de conserver pour chaque film le credo des personnages, qui pourrait se résumer à ‘On est sympas, un peu déboussolés, marrants quand vous ne vous y attendez pas et sérieux quand vous ne vous y attendez pas non plus’. Et en même temps, il faut s’assurer que chaque film, et en particulier ceux de la franchise AVENGERS, possède sa propre identité. » 

Le scénariste et réalisateur poursuit : « La première chose à faire si vous envisagez de créer une suite des AVENGERS, c’est de déterminer précisément où vous allez emmener tous ces personnages. Dans ce film, ils sont très nombreux ! Les Avengers forment un groupe vraiment dysfonctionnel, et j’aimais l’idée de les voir travailler en équipe, ce qui met en évidence qu’ils ne sont pas du tout faits pour ça ! » 

Il ajoute : « Dans ce film, le monde entier sait désormais qui ils sont ; les gens savent que les super-héros existent, tout comme les méchants et tout un tas d’autres êtres surnaturels. Mais c’est une chance pour moi, car je tenais à faire un film différent, créer une autre dynamique. Le but du premier film était de rassembler les Avengers, alors que dans AVENGERS : L’ÈRE D’ULTRON, l’objectif est de les séparer. » 

Joss Whedon précise : « L’Univers Cinématographique Marvel a donné naissance à quantité de personnages formidables joués par de grands acteurs, du coup la difficulté consiste à ne pas se laisser déborder : il ne faut pas que le film paraisse surpeuplé et bourré à craquer. » Il ajoute : « Depuis AVENGERS, quelque chose a changé. Tout le monde connaît leur existence, ils n’ont plus à vivre cachés. Ils ont chacun leur univers, leurs histoires, et ce qui est formidable c’est que l’on n’a pas l’impression d’avoir affaire à une simple liste, à une accumulation de personnages placés les uns à côté des autres. Chacun d’eux est motivé par les autres. Ce sont les duos qu’ils forment dans leur fonctionnement qui rendent le film amusant et encore plus intéressant. » 

L’écriture minutieuse du scénario et la façon dont les intrigues s’entrecroisent et se rejoignent trouvent leur origine au moment du tournage d’AVENGERS en 2012. Le producteur Kevin Feige raconte : « Notre première discussion sur la future intrigue de ce qui allait devenir le deuxième AVENGERS a eu lieu sur le plateau du premier à Albuquerque. Nous tournions une scène dans le laboratoire où tous les Avengers étaient réunis pour la première fois. Le ton entre eux commençait à monter, ils se disputaient et nous avons mis certains de ces moments géniaux dans la bande-annonce. Pendant l’une de ces journées, Joss a commencé à parler de la suite. Nous avons évoqué Ultron et ce que cette idée pourrait donner. Nous nous sommes dit que Tony, bien sûr, y mettrait son grain de sel, et c’est de cette toute première discussion que tout est parti. » 

Le producteur poursuit : « Lors des tous premiers stades du développement, nous avons eu envie du plaisir de retrouver Captain American, Thor, Iron Man, Hulk, Hawkeye, Black Widow et Nick Fury ensemble à nouveau depuis AVENGERS. Ce premier film marquait la toute première fois où ils se rencontraient tous. À présent, ils apprennent à se connaître les uns les autres, ce qui est source de plus de conflits et d’humour – des ingrédients très importants chez Marvel. L’une des grandes réussites de Joss Whedon dans l’écriture de ce film a été d’apparier les personnages de façon complètement inattendue. »

 

 

@ L'AFFICHE, "AVENGERS : L'ÈRE D'ULTRON"

CRITIQUE :

 

Trois ans (quasi jour pour jour) après la sortie du premier opus Marvel et suite à une virée intergalactique ("Les Gardiens De La Galaxie"), "Avengers : l'Ère D'Ultron" débarque ce mercredi dans les salles hexagonales.

 

Ce second volet du plus célèbre rassemblement de super-héros cinématographiques est sans nul doute l'un des films les plus attendus de l'année 2015, d'autant plus qu'il inaugure la traditionnelle saison des blockbusters estivaux. Alors, le succès de ce nouvel épisode surclassera-t-il le premier "Avengers" (voir les chiffres plus haut) ? Parions d'ores et déjà que le film restera à l'affiche des cinémas jusqu'au début de cet été. Le box-office mondial n'a qu'à bien se tenir !

 

Et le succès de "Avengers : l'Ère D'Ultron" serait logiquement mérité dans la mesure où cette nouvelle superproduction continue sur la même lancée que le précédent opus, tout en se donnant les moyens d'élargir son propre univers. Nouveaux personnages (Scarlet Witch, Quicksilver, Vision, Ulysse Klaue), nouveaux décors (Tour Avengers, Forteresse de Strucker) et développement des accessoires et armes (arc d'Hawkeye, bouclier de Captain America...)En visionnant "Avengers : l'Ère D'Ultron", on se rend également compte à quel point le réalisateur et les équipes des effets spéciaux du film se sont fait plaisir (l'affrontement entre Iron Man & Hulk en est l'un des plus bel exemple). Tout au long de ces 2h22, c'est avec un certain plaisir narquois que l'on consent à s'avouer à soi-même que chaque séquence d'action représente, à quelques cents près, le budget d'un long métrage français. Le tout dans un rythme soutenu, mais alterné de séquences dialoguées, plus posées et profondes. On constate enfin plus d'aération dans la narration (plus d'unités de lieu et à une échelle globale), on voit mieux les espaces comparé au premier "Avengers" - une véritable dimension géo-politique que l'on suspectait seulement jusqu'alors, peut-être indispensable à l'ouverture de la phase 3 de la franchise qui s'étendra à la voie lactée. Indéniablement, une recette qui fonctionne à l'écran.

 

Des petits défaults narratifs et techniques cependant. Et notamment concernant le mixage sonore (diégétique), par exemple, lors d'une discussion entre Robert Downey Jr. et Chris Evans (3/4 d'heure). Sur un premier plan moyen nous les voyons discuter ensemble, puis dans un second plan demi-ensemble, ils se retrouvent filmer derrière une vitre, toujours avec le même type de son (alors que le niveau sonore aurait du être légèrement retravaillé). La retranscription spatiale ici semble ne pas être respectée ou ne cherche pas à faire réelle.

 

Derniers bémols, l'IMAX et le relief (3D) n'ont pas d'intérêts particuliers.

 

Du très bon divertissement, toujours plus spectaculaire; Et ce malgré quelques longueurs.

 

Note :  (3,5-4/5)

 

Courtesy of The Walt Disney Company France & Marvel

 

Partager cet article