Planète Cinéphile

Cette semaine

#CANNES2015: "NO, NO, NO" (DIMANCHE 17)

#CANNES2015: "NO, NO, NO" (DIMANCHE 17)
#CANNES2015: "NO, NO, NO" (DIMANCHE 17)

La compétition officielle cannoise présentait deux nouveaux longs métrages Samedi, "My Mother" de Nanni Moretti ainsi que de "La Forêt Des Songes" de Gus Van Sant.

Et pourquoi pas une seconde Palme d'Or pour le cinéaste italien ? Nanni Moretti, l'un des grands habitués du Festival de Cannes est présent cette année pour présenter "My Mother" ("Mia Madre"), quatorze ans après avoir remporté la récompense suprême avec "La Chambre Du Fils". Ce nouveau film s'intéresse à Margherita, une réalisatrice en plein tournage d’un film dont le rôle principal est tenu par un célèbre acteur américain. À ses questionnements d’artiste engagée, se mêlent des angoisses d’ordre privé : sa mère est à l’hôpital, sa fille en pleine crise d’adolescence. Et son frère, quant à lui, se montre comme toujours irréprochable… Margherita parviendra-t-elle à se sentir à la hauteur, dans son travail comme dans sa famille ? Le nouveau drame sociale de Nanni Moretti est sortie depuis un mois en Italie et c'est aujourd'hui que nous avons enfin pu le découvrir en compétition. D'accord, les interprétations de Margheritha Buy & John Turturro sont formidables et la prestation de Moretti impeccable (rappelant Pialat). D'accord, sur l'importance du fait de perdre une mère, surtout lorsqu'il s'agit de la sienne. D'accord, sur la dégradation du système social et de la destruction de l'emploi en Italie. Mais en revanche et comme toujours, la réalisation est des plus plates qui soient, aucune inventivité. On est au cinéma quand même ! Ni à la TV, ni au théâtre - et, c'est d'ailleurs vrai pour les trois-quarts des films vus jusqu'à aujourd'hui en compétition, c'est assez scandaleux de réaliser des longs métrages entiers, en plans fixes (quant il n'y a pas un panoramique droite gauche) et dans des durées exagérées en plus. Vous pouvez vous moquer de Fellini ou Kubrick dans votre film, ils n'avaient rien à avoir avec votre "revendication"du septième art. D'ailleurs, il ne revendiquait rien eux, ils réinventaient. Sincèrement, Monsieur Moretti, pourquoi vous n'écrivez pas un roman ou ne montez pas une pièce de théâtre ? Rien d'exceptionnellement cinématographique qui mériterait une Palme. (Note: 2/5) - Sortie (France): 23 Décembre 2015.

Autre grand multi-récompensé du Festival (dont la Palme d'Or pour "Elephant" en 2003), le cinéaste américain Gus Van Sant vient proposer son dernier projet en date, "La Forêt Des Songes". Dans la forêt d’Aokigahara, au pied du Mont Fuji, Arthur Brennan est venu mettre fin à ses jours, comme beaucoup avant lui en ces lieux. Alors qu’il a trouvé l’endroit qui lui semble idéal, il aperçoit soudain un homme blessé et perdu. Assailli par un sentiment d’humanité irrépressible, Arthur se porte à son secours. Alors qu’il s’était décidé à mourir, il va devoir aider un homme à survivre. Alors, d'après vous, pourquoi "La Forêt Des Songes" s'est-elle fait siffler à l'issue des projections presse ? Le scénario du film est sans nul doute la première des raisons de cet échec cannois cuisant. Mais pas seulement. Il faut dire qu'entre les situations improbables ou abusées (qui a déjà chuté ou vu quelqu'un dévalé des rochers de la sorte, ne serait-ce qu'en forêt de Fontainebleau ?), les coups de théâtre de trop (l'accident en sortie d'hôpital) et les répliques lourdingues - appuyées par une interprétation surjouée de McConaughey ("JE M'EXCUSE, JE M'EXCUSE !!"). Il peut être compréhensible de se demander pourquoi le film de Gus Van Sant se retrouve sélectionné en compétition. Pour ne rien arranger à l'histoire, le montage alterné entre présent et passé (flashbacks) accentue l'aspect mélodrame sentimentaliste du film - à la limite du gnan-gnan. C'est assez regrettable dans l'ensemble car l'ultime partie (dernier quart d'heure), recèle un beau message sur la possibilité d'un au-delà. Mal senti ou maladroit, c'est au choix. (Note: 2/5) - Sortie (France): 9 Septembre 2015.

Un petit mot sur le documentaire consacré à la chanteuse Amy Winehouse, "Amy", que nous avons également vu en fin d'après-midi. Dotée d’un talent unique au sein de sa génération, Amy Winehouse a immédiatement capté l’attention du monde entier. Authentique artiste jazz, elle se servait de ses dons pour l’écriture et l’interprétation afin d’analyser ses propres failles. Cette combinaison de sincérité à l’état brut et de talent ont donné vie à certaines des chansons les plus populaires de notre époque. Mais l’attention permanente des médias et une vie personnelle compliquée associées à un succès planétaire et un mode de vie instable ont fait de la vie d’Amy Winehouse un château de cartes à l’équilibre précaire.Le grand public a célébré son immense succès tout en jugeant à la hâte ses faiblesses. Ce talent si salvateur pour elle a fini par être la cause même de sa chute. Avec les propres mots d’Amy Winehouse et des images inédites, Asif Kapadia nous raconte l’histoire de cette incroyable artiste, récompensée par six Grammy Awards. Emouvant documentaire biographique qui nous retrace le parcours et la carrière artistique de Amy Winehouse. Un documentaire musical essentiel, comme l'avait été "Marley" de Kevin Macdonald, en 2012. Après, pas sur à 100% qu'elle aurait souhaité que l'on voit certaines des images diffusées (photos et/ou vidéos). On vous le conseille néanmoins lors de sa sortie. (Note: 4/5) - Sortie (France): 8 Juillet 2015.

Demain, nous attaquerons le début de la deuxième semaine avec "Mon Roi" de Maïwenn & "Carol" de Todd Haynes. Sans oublier nos premières impressions sur le nouveau film Disney, "A La Poursuite De Demain" que nous avions vu en exlusivité, au début du mois !

 

BONUS:

 

Cette année, au-delà de son action phare, la Fabrique des Cinémas, menée en partenariat avec France Médias Monde et le soutien de l’OIF, l’Institut Français organise, pour la première fois à Cannes, plusieurs événements présentant ses champs d’activité à l’année: cinéma, numérique, livre, musique... Mis en place par l'Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion (ACID) et l'Institut Français, le programme « La French Touch of Independent Cinema » est constitué de films français issus des sélections ACID au Festival de Cannes, acquis et sous-titrés par l'Institut Français et promus auprès de son réseau culturel (Instituts Français et Alliances Françaises) et de nombreux partenaires dans le monde (festivals, universités notamment). Demain vous pourrez assister à une Rencontre sur la distribution internationale du cinéma indépendant de 11h à 13h30 sur le pavillon les Cinémas du Monde n°110.

 

Le pavillon Les Cinémas du Monde accueille, ce Mardi 19 Mai 2015, les rendez-vous professionnels entre éditeurs français et professionnels du cinéma du monde entier pour parler adaptations de fictions, bande-dessinées et romans graphiques à l'écran, dans le cadre de l'opération Shoot the book ! Organisée par SCELF (Société Civile des Editeurs de Langue Française). Rendez-vous le 19 Mai de 10h30 à 13h00, Salon des Ambassadeurs du Palais des Festivals + de 15h00 à 18h00, Pavillon les Cinémas du Monde (n°110).

 

Le numérique est un formidable moyen de diffusion et un outil de création illimité. Depuis plusieurs années, à l’intersection de ces deux dimensions, les producteurs français créent, inventent et déploient des savoirs-faire inédits dont l’innovation est reconnue partout dans le monde. Du web documentaire à la réalité virtuelle, du transmédia aux nouvelles écritures, c’est une véritable touche française de la création numérique que l’Institut français a souhaité identifier et mettre en avant dans un rapport téléchargeable sous forme de livre enrichi. Demain de 16h à 17h (pavillon NEXT) vous aurez droit à une présentation du rapport « Nouveaux producteurs: la French touch de la webcréation », session co-présentée par l’Institut français et le CNC en présence de producteurs transmédia.

 

Courtesy of Le Festival de Cannes, L'Institut Français & AFP

Partager cet article