Planète Cinéphile

Cette semaine

#CANNES2015: "ENTRE ACTES" (JEUDI 14)

#CANNES2015: "ENTRE ACTES" (JEUDI 14)
#CANNES2015: "ENTRE ACTES" (JEUDI 14)

Avant de se concentrer sur la compétition officielle qui débute aujourd'hui, petit détour par deux films qui ont fait l'ouverture des sélections parallèles ce même jour. "AN" de Naomi Kawase & "L'Ombre Des Femmes" de Philippe Garrel.

Cette année, "AN" de Naomi Kawase a fait l'ouverture de la section 'Un Certain Regard'. Pour rappel, la cinéaste japonaise était en compétition officielle, avec "Still The Water", l'an dernier. Pitch de ce quinzième long métrage : Les dorayakis sont des pâtisseries traditionnelles japonaise qui se composent de deux pancakes fourrés de pâte de haricots rouges confits, « AN ». Tokue, une femme de 70 ans, va tenter de convaincre Sentaro, le vendeur de dorayakis, de l’embaucher. Tokue a le secret d’une pâte exquise et la petite échoppe devient un endroit incontournable... Après l'excellent retour que nous vous avions fait de "Still The Water" l'an dernier, nous attendions avec impatience de découvrir le nouveau projet de Naomi Kawase. La prolifique cinéaste japonaise dépeint, comme elle seule sait le faire, une nouvelle facette du Japon contemporain, celui de la ville. L'histoire d'une rencontre entre un pâtissier et une vieille femme, mais également le témoignage d'une malade de la lèpre à un homme rongé par les remords et persuadé d'avoir raté sa vie. Même si l'intensité du récit est moins importante que "Still The Water", bien que crescendo (le film prend un peu de temps à s'installer), la réalisatrice poursuit dans la continuité avec des intentions, ses thèmes de prédilections (le rapport de l'Homme à la Nature, La Mort) et une mise en scène minimaliste, simple, contemplative, impeccable. Esthétiquement irréprochable, remarquablement interprété - le véritable tour de force réside dans l'intemporalité (ou transgénérationnalité) du propos, en ayant fait le choix de mettre en scène trois différentes générations d'acteurs. Enfin, l'ode à la Nature, ce grain de fantaisie et de mystique, révèle un travail de plasticien. Nous noterons l'utilisation des tons sépia dans le traitement de nombreux plans (étalonnage) - littéralement: comme si, avec nos yeux d'enfants, l'on découvrait l'oeuvre dans un haricot rouge. Un délicat moment de poésie et de mélancolie, à découvrir prochainement en salle. (Note: 4/5) - Sortie: N.C.

Ce matin, nous étions également présent à la projection du film "L'Ombre Des Femmes" de Philippe Garrel qui a fait l'ouverture de 'La Quinzaine Des Réalisateurs'. Synopsis: "Pierre et Manon sont pauvres. Ils font des documentaires avec rien et ils vivent en faisant des petits boulots. Pierre rencontre une jeune stagiaire, Elisabeth, et elle devient sa maîtresse. Mais Pierre ne veut pas quitter Manon pour Elisabeth, il veut garder les deux. Un jour Elisabeth, la jeune maîtresse de Pierre, découvre que Manon, la femme de Pierre, a un amant. Et elle le dit à Pierre… Pierre se retourne vers Manon parce que c’est elle qu’il aimait. Et comme il se sent trahi, il implore Manon et délaisse Elisabeth. Manon, elle, rompt tout de suite avec son amant. On peut supposer que c’est parce qu’elle aime Pierre". Précédant la projection de "L'Ombre Des Femmes", un premier court métrage de Philippe Garrel, intitulé "Actua 1", a été projeté dans sa configuration d'origine (35mm). L'occasion de resituer la filmographie du cinéaste et de se dire qu'il est bien loin, le temps de Mai 68... Excepté pour Philippe Garrel qui continue inlassablement à tourner en noir et blanc (malgré le choix du numérique) et à nous balader dans un Paris au charme désuet. Etonnamment, le concept fonctionne toujours à merveille, dévoilant une comédie romantique intemporelle. Mieux, comme le fait justement remarquer Emily Barnett dans les Inrocks, ce film est certainement le plus féministe du cinéaste. Un engagement qui ne sacrifie pas pour autant le sentimentalisme ou l'ironie, ou même les deux. Le scénario est signé Jean-Claude Carrière, les interventions en voix off sont ponctuées par Louis Garrell et le tout est interprété par un trio d'acteurs formidables - Clotilde Courau, Lena Paugam & Stanislas Mehrar. On notera enfin la bande originale composée par Jean-Louis Aubert. Un délice cinéphile. (Note: 3,5/5) - Sortie (France): 27 Mai 2015.

Au programme, demain, on parlera du début de la compétition officielle, avec "Notre Petite Soeur" de Hirokazu Kore-Eda & "Tale Of Tales" de Matteo Garonne. Sans oublier, le très attendu "Mad Max: Fury Road" !

BONUS:

 

Vous aimez les films d'horreur ? Vous aimez particulièrement la saga "Insidious" ? Et vous aimez le ton du site internet MinuteBuzz ? Le distributeur Sony Pictures Releasing France a envoyé le site à Los Angeles afin de vous faire découvrir leurs aventures sur les réseaux sociaux ainsi que les origines de la saga horrifique. Si vous aussi vous n'en pouvez plus d'attendre la date de sortie du film en France (8 Juillet 2015), tenez vous au courant des actus du film en suivant les 2 partenaires sur Twitter et Facebook.

 

Synopsis: "Spces et Tucker se rendent chez une famille ayant besoin d'aide. Elise, arrive à pénétrer chez eux et tente de prendre contact avec Allison, qui aurait ramené un esprit malfaisant lors de son accident".

 

Courtesy of Le Festival de Cannes, Sony Pictures Releasing France & AFP

Partager cet article