Planète Cinéphile

Cette semaine

#CANNES2015: "SENS OU ELLE" (JEUDI 21)

#CANNES2015: "SENS OU ELLE" (JEUDI 21)
#CANNES2015: "SENS OU ELLE" (JEUDI 21)

"Youth" de Paolo Sorrentino & "Mountains May Depart" de Jia Zhang-Ke s'ajoutent à la liste des dix-neuf films en compétition officielle. Sans oublier, "Love" de Gaspard Noé !

Deux ans après être venu nous présenter "La Grande Bellezza" en compétition officielle, le cinéaste italien Paolo Sorrentino revient à Cannes avec son dernier projet en date, intitulé "Youth". Repartira-t-il bredouille cette année ? Fred et Mick, deux vieux amis approchant les quatre-vingts ans, profitent de leurs vacances dans un bel hôtel au pied des Alpes. Fred, compositeur et chef d’orchestre désormais à la retraite, n’a aucune intention de revenir à la carrière musicale qu’il a abandonnée depuis longtemps, tandis que Mick, réalisateur, travaille toujours, s’empressant de terminer le scénario de son dernier film. Les deux amis savent que le temps leur est compté et décident de faire face à leur avenir ensemble. Mais contrairement à eux, personne ne semble se soucier du temps qui passe... Comme pour chacunes de ses oeuvres, la marque de fabrique du cinéaste italien se caractérise par une direction artistique élaborée ainsi qu'une stylistique de mise en scène prononcée - cherchant à réveiller les 5 sens du spectateurs. Autre élément récurrent de la filmographie de Sorrentino, la musique qui est même ici mise en avant, Fred Bellinger (Caine) étant un célèbre compositeur anglais de musique classique. Quasiment rien à reprocher si ce n'est l'histoire du film qui peut sembler ennuyeuse ou désintéressante, à première vue. Au final, une fabuleuse ode à l'éternité artistique face à l'éphémérité du créateur. Michael Caine et Harvey Keitel royaux. (Note: 3,5-4/5) - Sortie: N.C.

Egalement présent en compétition officielle en 2013 avec "Touch Of Sin" (qui remporta le Prix du Scénario), le cinéaste chinois Jia Zhang-Ke a dévoilé son nouveau long métrage "Mountains May Depart", en avant-première mondiale. Une histoire qui se situe en Chine, fin 1999. Tao, une jeune fille de Fenyang est courtisée par ses deux amis d’enfance, Zang et Lianzi. Zang, propriétaire d'une station-service, se destine à un avenir prometteur tandis que Liang travaille dans une mine de charbon. Le cœur entre les deux hommes, Tao va devoir faire un choix qui scellera le reste de sa vie et de celle de son futur fils, Dollar. Sur un quart de siècle, entre une Chine en profonde mutation et l’Australie comme promesse d’une vie meilleure, les espoirs, les amours et les désillusions de ces personnages face à leur destin. Fables provinciales sur la Chine d'hier (1999), d'aujourd'hui (2014) et de demain (2025). Un drame romantique, éloquent sur la géo-politique du pays-continent et qui s'interroge sur les effets & conséquences de la Mondialisation (modes de vie et langue anglaise). On apprécie le partis pris du réalisateur dans ces choix d'utilisation des caméras correspondant aux époques filmées, allant même jusqu'a leurs diffusions respectives (différents ratios images projetés). Triptyque globalement moins intense que "Touch Of Sin", une promesse de cinéma quelque peu prétentieuse. La petite déception de la compétition cette année ? (Note: 3/5) - Sortie (France): 9 Décembre 2015.

Cette fois, le cinéaste Gaspard Noé revient à Cannes, en 3D, hors compétition et en Séance de Minuit. Alors évidemment, son nouveau long métrage était bien de ceux qu'ils fallait découvrir lors de cette 68ème édition cannoise. Comme pour chacuns de ses films, "LOVE" est un projet à la fois très attendu par son public mais également très décrié par la critique. Synopsis : Un 1er janvier au matin, le téléphone sonne. Murphy, 25 ans, se réveille entouré de sa jeune femme et de son enfant de deux ans. Il écoute son répondeur. Sur le message, la mère d'Electra lui demande, très inquiète, s'il n'a pas eu de nouvelle de sa fille disparue depuis longtemps. Elle craint qu'il lui soit arrivé un accident grave. Au cours d'une longue journée pluvieuse, Murphy va se retrouver seul dans son appartement à se remémorer sa plus grande histoire d'amour, deux ans avec Electra. Une passion contenant toutes sortes de promesses, de jeux, d'excès et d'erreurs... Expérience pornographique soft et en relief, sur fond de crise existentielle. Film riche en thème, mais traités la plupart du temps de façon assez superficielle (par exemple, l'ayahuasca aurait mérité un approfondissement autour de sa consommation, comme l'avait fait Jan Kounen avec "Blueberry"). Artistiquement intéressant, la photo et les couleurs de Benoît Debie sont captivantes, la sélection musicale adorable. Oeuvre aux nombreux clins d'oeil cinéphiles (posters en arrière plan + extraits de bandes originales) et à mettre en parallèle avec "Soudain Le Vide". L'utilisation de la 3D est assez décevante dans l'ensemble, on pensait à davantage d'expérimentations - idem pour la technique cinématographique, la caméra reste fixe la plupart du temps. S'éternise un peu sur la fin. Spleen cinématographique, premier porno en relief de l'Histoire du Cinéma - à moins que ce ne soit "Kamasutra 3D" ? (Note: 4/5) - Sortie (France - 3D): 15 Juillet 2015.

Demain, "Dheepan" de Jacques Audiard & "The Assassin" de Hou Hsiao Hsien.

BONUS:

 

PALMARÈS - 54ÈME SEMAINE DE LA CRITIQUE

  

Grand Prix Nespresso:

"Paulina" de Santiago Mitre

 

Prix SACD:

"La tierra y la sombra" de César Augusto Acevedo

 

Aide Fondation Gan à la Diffusion:

"Ni le Ciel ni la Terre" de Clément Cogitore

 

Prix Découverte Sony CineAlta (court métrage):

"Varicella" de Fulvio Risuleo

 

Prix Canal+ (court métrage):

"Ramona" d’Andrei Cretulescu

 

"Le Petit Prince", de Mark Osborne, qui est présenté en Sélection Officielle, Hors-Compétition, au 68ème Festival de Cannes, dévoile deux extraits en plein Festival ! Parmi ces deux extraits figure le mondialement connu "Dessine-moi un mouton". On vous rapelle que le film sortira en France le 29 Juillet 2015.

Synopsis: "Pour réussir son entrée à la prestigieuse Académie Werth, la Petite Fille et sa maman (Florence Foresti) emménagent dans une nouvelle maison. Les vacances studieuses de la Petite Fille (sérieuse et adulte avant l’âge), rythmées par l’emploi du temps rigoureux établi par sa maman, vont être perturbées par l’Aviateur (André Dussollier), un voisin aussi excentrique que généreux. Avec lui, elle va découvrir un monde extraordinaire où tout est possible. Un monde dans lequel l’Aviateur a autrefois croisé un mystérieux Petit Prince. C’est alors que l’aventure de la Petite Fille dans l’univers du Petit Prince commence. C’est aussi là que la Petite Fille redécouvre son enfance au travers des rencontres du Petit Prince avec le Renard (Vincent Cassel), la Rose (Marion Cotillard), le Serpent (Guillaume Gallienne), le Vaniteux (Laurent Lafitte), le Businessman (Vincent Lindon). Elle comprendra qu’on ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux."

 

Courtesy of Le Festival de Cannes, Paramount Pictures France & AFP

Partager cet article