Planète Cinéphile

Cette semaine

#CANNES2015: "PERLES" (VENDREDI 15)

#CANNES2015: "PERLES" (VENDREDI 15)
#CANNES2015: "PERLES" (VENDREDI 15)

La compétition officielle de cette édition 2015 débute avec deux longs métrages, présentés la veille: "Notre Petite Soeur" de Hirokazu Kore-Eda & "Tale Of Tales" de Matteo Garonne. Sans oublier le très attendu "Mad Max: Fury Road" !

Dixième long métrage et une première adaptation de manga pour le cinéaste japonais Hirokazu Kore-Eda qui avait remporté le Prix Du Jury avec "Tel Père, Tel Fils" en 2013. Ce cinquième projet présenté à Cannes, intitulé "Notre Petite Soeur", revient sur l'histoire de trois sœurs, Sachi, Yoshino et Chika qui vivent ensemble à Kamakura. Par devoir, elles se rendent à l’enterrement de leur père, qui les avait abandonnées une quinzaine d’années auparavant. Elles font alors la connaissance de leur demi-sœur, Suzu, âgée de 14 ans. D’un commun accord, les jeunes femmes décident d’accueillir l’orpheline dans la grande maison familiale… "Notre Petite Soeur" est un film d'auteur japonais doublement attendu par les cinéphiles. D'une part, car le cinéaste revient deux ans après avoir remporté le Prix Du Jury avec "Tel Père, Tel Fils" et, d'autre part, car il s'agit d'une adaptation de manga très populaire au pays du Soleil Levant, intitulé "Kamakura Diary". Si comme nous, vous aimez la culture japonaise, vous saurez apprécier la plongée dans l'intimité d'une famille au quotidien ainsi que la tranquilité des décors où se déroule le récit. Rien à redire sur la direction d'acteurs ainsi que sur le cadre et la lumière blanchâtre du chef opérateur Mikiya Takimoto. La ligne artistique s'accorde parfaitement au sujet et ne connaît aucunes fautes de goût. L'unique reproche que l'on peut formuler, celui d'une certaine platitude scénaristique - mais qui peut se révéler être une force, en étant perçu comme un "feel good movie". Surtout lorsque celui-ci est interprété par quatre jeunes femmes talentueuses, dont la jeune et trop chou, Suzu Hirose. Davantage ancré dans le réel et la société japonaise actuelle que Kawase par exemple, Kore-Eda propose un nouveau drame astucieux, en ne cédant pas à une fin tragique. Premier coup de coeur de la compétition. (Note: 4/5) - Sortie (France): 28 Octobre 2015.

Second film en lice pour la Palme d'Or 2015, "Tale Of Tales" du cinéaste italien Matteo Garonne. Vainqueur de deux Grands Prix à Cannes, le premier pour "Gomorra", en 2008, et le second pour "Reality", en 2012. "Tale Of Tales" raconte l'histoire de trois royaumes voisins où dans de merveilleux châteaux régnaient rois et reines, princes et princesses: un roi fornicateur et libertin, un autre captivé par un étrange animal, une reine obsédée par son désir d'enfant... Sorciers et fées, monstres redoutables, ogre et vieilles lavandières, saltimbanques et courtisans sont les héros de cette libre interprétation des célèbres contes de Giambattista Basile. En réadaptant librement au cinéma une fable baroque et folklorique, le metteur en scène Matteo Garonne cherche une fois encore à sonder les profondeurs du réel, et plus précisément à confronter le réalisme à l'artificiel. Lui, qui s'intéresse depuis toujours aux alternatives d'une réalité, par la fuite en avant ("Gomorra") ou par l'imagination ("Reality"). Durant les 120 minutes de métrage, on reste stupéfait par l'interprétation des comédiens qui donne l'impression d'être piégé face à un miroir et dont ils incarneraient leurs propres caricatures. Les choix de mise en scène restent cohérents, bien que les moyens semblent en deçà de l'ambition d'un tel projet cinématographique - généralement hollywoodiens (seconde confrontation ?). Au final, le message est assez clair: la réalité de la Vie n'a rien d'un conte merveilleux - les lois naturelles et universelles reprennent le dessus. Lourd dans le propos mais ennuyeux et pénible dans la longueur. Le compte n'y est pas, très moyen pour une compétition officielle. (Note: 2/5) - Sortie (France): 1er Juillet 2015.

Sorti le même jour que sa présentation, hors compétition, "Mad Max: Fury Road" est le quatrième volet de la saga du même nom, encore et toujours réalisé par George Miller. Hanté par un lourd passé, Mad Max estime que le meilleur moyen de survivre est de rester seul. Cependant, il se retrouve embarqué par une bande qui parcourt la Désolation à bord d'un véhicule militaire piloté par l'Imperator Furiosa. Ils fuient la Citadelle où sévit le terrible Immortan Joe qui s'est fait voler un objet irremplaçable. Enragé, ce Seigneur de guerre envoie ses hommes pour traquer les rebelles impitoyablement…

La récompense fut à la hauteur de l'attente ! "Mad Max: Fury Road" est sorti hier en salle, totalisant 270 000 entrées/France, dès son premier jour d'exploitation (meilleure démarrage de l'année). Film d'action et d'aventure post-apocalyptique qui s'inscrit dans la continuité de la précédente trilogie, déjà écrite et mise en scène par le génialissime George Miller. Une nouvelle histoire, des nouveaux personnages, des véhicules préparés encore jamais vus... Bref, un univers ultra développé tout droit sorti d'un roman graphique. Rythme à cent mille à l'heure, cadrages à couper le souffle et scènes d'action renversantes. Grosses performances de la part des comédiens principaux: Tom Hardy, Charlize Theron, Nicholas Hoult, Hugh Keays-Byrne & Zoé Kravitz. Un seul hic, lors du visionnage (en salle du soixantième), les très légères saccades dans les flux de mouvement (notamment lors des panos et travellings caméra). Mauvais transfert de la copie projetée ou mauvaise configuration du projecteur ? L'ensemble des superlatifs ayant déjà été utilisés par la presse et la blogosphère ciné, nous ne pouvons que vous recommandez d'aller découvrir le film sur grand écran, le son à fond ! Dès lors que l'on prend place dans son siège, il faut s'attendre à embarquer pour un aller-retour en enfer (en témoigne les monstrueuses ruptures moteur dès le générique début). (Note: 4,5/5) - Actuellement en salles.

Au programme, demain: "The Lobster" de Yorgos Lanthimos & "Le Fils De Saul" de Laszlo Nemes.

BONUS:

 

* Ce n'est pas parce qu'on est en plein Festival de Cannes qu'il faut bouder les autres festivals ! Le Festival du Cinéma Américain de Deauville fêtera sa 41ème édition cette année (du 4 au 13 Septembre 2015), et Benoît Jacquot sera le président du Jury. "Le cinéma est une Amérique qu'on découvre à chaque film, le rêve à chaque fois d'un moment inoubliable: je rêve de découvrir et de faire découvrir à Deauville un film inoubliable", explique-t-il. Benoît Jacquot n'a cessé de prouver son talent de réalisateur, encore récemment avec sa nomination pour "Le Journal D'Une Femme De Chambre", au Festival de Berlin.

 

* "The Sea Of Trees" (ou "La Forêt Des Songes" en VF) a été sifflé lors de sa première projection en Compétition Officielle, ce soir. Le film réalisé par Gus Van Sant ("Will Hunting") se dévoile un peu plus dans un premier extrait ou l'on peut voir Matthew McConaughey qui semble perdu dans une forêt. Et oui, tout cela titille encore plus notre curiosité qu'avant ! Le film sortira en France le 9 Septembre 2015.

 

Synopsis: "Dans la forêt d’Aokigahara, au pied du Mont Fuji, Arthur Brennan est venu mettre fin à ses jours, comme beaucoup avant lui en ces lieux. Alors qu’il a trouvé l’endroit qui lui semble idéal, il aperçoit soudain un homme blessé et perdu. Assailli par un sentiment d’humanité irrépressible, Arthur se porte à son secours. Alors qu’il s’était décidé à mourir, il va devoir aider un homme à survivre."

 

Courtesy of Le Festival de Cannes, SND, Le Festival Américain de Deauville & AFP

Partager cet article