Planète Cinéphile

Cette semaine

CRITIQUE: "LE TOUT NOUVEAU TESTAMENT"

CRITIQUE: "LE TOUT NOUVEAU TESTAMENT"

Dieu existe: il habite à Bruxelles ! En voilà une phrase d'accroche qui me plait ! Réalisé par Jaco Van Dormael (réalisateur du magnifique "M. Nobody") avec Benoit Poolvorde en rôle principal. Sélectionné dans la quinzaine des Réalisateurs, "Le Tout Nouveau Testament" a bien fait rire le public Cannois lors de sa présentation en mai dernier et fait partit des films que j'attendais depuis un moment.

 

Synopsis: "Dieu existe. Il habite à Bruxelles. Il est odieux avec sa femme et sa fille. On a beaucoup parlé de son fils mais très peu de sa fille. Sa fille c'est moi. Je m'appelle Ea et j'ai dix ans. Pour me venger j'ai balancé par sms les dates de décès de tout le monde..."

 

Critique :

 

"Et si Dieu était un sale type ?" voilà le début de la réflexion de Jaco Van Domael. Et oui, et si Dieu était.. et si Dieu n'était pas.. Suite de questions qui ont entraîné le réalisateur sur le film "Le tout Nouveau Testament". Dès les premières minutes on fait face à une image presque déroutante de Dieu... Il habite à Bruxelles dans un immeuble gris, il se balade en peignoir, tatane-chaussette, les cheveux en bataille, qu'il méprise sa femme et bat sa fille à coup de ceinture. Autant dire que Jaco Van Dormael le place à l'extrême opposé de l'idée que l'on pourrait avoir, en lui attribuant le rôle du méchant. On apprend aussi que Dieu à une fille. Elle le hait, va se venger de lui puis s'enfuir grâce à un coup de pouce de son frérot JC (Jésus Christ pour les intimes) pour trouver 6 nouveaux apôtres et écrire le tout nouveau testament. Et c'est là que ça devient (vraiment) intéressant ! Après quelques longueurs qui laissent plutôt froid au début du film, on rentre petit à petit dans l'univers surréaliste de Jaco Van Dormael qui a décidé de prendre jusqu'au bout le contre-pied des représentations habituelles (un obsédé, un clodo et un assassin c'est bien les derniers auxquels on penserait donner une mission divine).

 

On suit les 6 différents parcours des personnages selon un chapitrage précis, passant d'un destin à un autre, se mêlants parfois et s'entrecroisants souvent. Connaître la date de sa mort entraîne les hommes à tout foutre en l'air pour suivre leurs envies et offre ainsi plusieurs passages de folie, et de douceur. On flotte entre moments de tendresse et répliques hilarantes, inondé de métaphores en tout genre qui rendent le film visuellement agréable grâce à une mise en scène très travaillée.

 

Le film bénéficie d'un très bon casting, avec évidement Poelvoorde dans le rôle titre, fidèle à lui-même, irrité et insupportable, mais également de nombreux seconds rôles, avec des personnages opposés qui donnent au film une richesse de caractère assez intéressante. Yolande Moreau qui joue (très bien) la femme qui en prend plein la face mais qui ne veut pas s’énerver, mais aussi François Damiens, Catherine Deneuve et également quelques moins connus (qui sont tout aussi bons que les plus connus), dont la petite (et prometteuse) Pili Groyne, fille de Dieu, déjà vue dans "Un jour une nuit" des frères Dardenne.

 

Ajoutez à cette diversité de personnages la voix off de la jeune fille et une mise en scène colorée (voir jaunie parfois) et voilà une référence (même une inspiration) claire et nette au Fabuleux destin d'Amélie Poulain et à l'ambiance des films de Jeunet. On retrouve d'ailleurs plusieurs petits clins d’œil cinématographiques assez sympathiques tout au long du film.

 

"Le Tout Nouveau Testament" est un film qui prend un peu de temps à se mettre en place, mais qui, une fois installé nous plonge dans un univers décalé, fantaisiste, entre trash et poésie, et qui nous fait rapidement oublier les quelques première longueurs pour au final offrir un moment drôle, tendre et jubilatoire.

 

Note :  (4/5)

 

Courtesy of Le Pacte

 

Partager cet article