Planète Cinéphile

Cette semaine

CRITIQUE: "UNE ENFANCE"

CRITIQUE: "UNE ENFANCE"

Synopsis: "Jimmy est en CM2, mais il devrait être en sixième. Il doit s'occuper de son petit frère Kévin qui a 8 ans. En même temps il doit gérer la maison, car sa mère est une toxico et passe ses journées shootée avec son petit ami et parfois avec des amis aussi."

Sortie (France): 23 Septembre 2015

 

Critique

Un drame social qui sent bon la Belgique, mais qui est Français. Car oui dès que l'on avance un peu dans le récit on se rend vite compte des inspirations. Les Dardennes comme évidence avec des références comme "Rosetta" ou "Le Gamin Au Vélo" sautent aux yeux tant le style est identique. L'histoire phsyco-sociale est assez banale avec une construction classique, mais qui a le mérite de montrer ça avec des yeux d' enfant et ça marche bien pour le coup.

Les deux gosses jouent avec une sincèrité déconcertante et ils éclipsent presque les adultes tant leurs fragilités s'expriment à l'écran. Alexi Matiheu et Jules Gauzelin sont des acteurs à surveiller dans les prochaines années. Les autres protagonistes eux aussi bénéficent d'une bonne exposition et jouer ce genre de personnages demande beaucoup d'efforts, mais eux y arrivent avec succès.

Il y a malencontreusement des petits défauts de cohérence avec certains évènements. Rien de bien méchant, mais ça décrédibilise un peu le propos de base. Autre bémol, c'est qu'au mileu d'un film, l'histoire se perd et on s'ennuie devant comme un gosse qui cherche son jouet.

Car oui, même si c'est expliqué, on se sent perdu et on èrre avec Jimmy dans cette petite ville d'Alsace, sans réel but. Les clichés sur ces cas sociaux sont certes vrais, mais n'empêche qu'à certains moments on voit clairement que c'est trop gros. C'est plus dans le déroulement des péripéties que l'on ressent cette maladresse.

Des éléménts narratifs qui pourrait éventuellement faire basculer le récit ne sont pas utilisés. C'est assez déconcertant quand toutes les deux minutes on pense que tout cela va prendre un virage à trois-cent-soixante et finalement rien. Comme si, dans une certaine mesure, il n'osait pas choquer le spectateur.

Par ailleurs, c'est assez violent comme histoire et il n'y a pas de demi-mesure, là on ressent tout. Une vérité qui peu faire froid dans le dos, mais qui est suffisamment explicite pour nous mettre dans l'ambiance. Oui c'est une atmosphère très tendue qui nous attend dans ce film, même si on aurait aimé aller plus loin. La musique n'a rien de spéciale par contre. Quelques beaux instants, mais rien qui reste en tête.

Un long-métrage assez atypique dans le paysage du cinéma français qui apporte un air frais tout en respectant ses modèles. Philippe Claudel dépint une relation parents-enfants somme toute poignante. Ce n'est pas si courant et lui le fait honnêtement.

 

Note:   (3/5)

 

Courtesy of Les Films Du Losange

Partager cet article