Planète Cinéphile

Cette semaine

CRITIQUE: "ENRAGÉS"

CRITIQUE: "ENRAGÉS"

"Enragés" est le premier long métrage du réalisateur français Éric Hannezo qui réunit Guillaume Gouix (que j'avais adoré dans "Attila Marcel"), Lambert Wilson ("Des Hommes Et Des Dieux"), Franck Gastambide ("Les Kaïras") et Virginie Ledoyen ("Les Adieux À La Reine"). Remake du film italien "Rabid Dogs", réalisé par Mario Bava en 1974, il a été présenté en Séance Spéciale du Cinéma de la Plage de Cannes Classics en Mai dernier.

 

Synopsis: "Un braquage tourne mal. Les 4 criminels trouvent refuge dans un centre commercial où éclatent coups de feu et mouvements de panique. Cernés, ils abattent un homme et prennent en otage une femme. Acculés, ils arrêtent une voiture et prennent la fuite. A bord, un père et son enfant malade, qu'il doit emmener d'urgence à l'hôpital. Hors de contrôle, leur fuite va se transformer en traque sans merci. Désormais, il n'y a plus aucun retour possible pour ces chiens enragés..."

Sortie (France): 30 Septembre 2015

 

Critique

Commençons par le commencement et aussi rapidement que le film démarre: en trombe ! A peine un bout de générique, deux petites minutes et on se retrouve face à Guillaume Gouix qui se la joue "Drive" avec sa bande armée jusqu'aux dents, et ça part presque trop rapidement d'ailleurs, on a du mal à rentrer dedans dès les premiers instants: pour qui ? Pourquoi ? Pourquoi eux ? C'est qui ?... Heureusement, après une vingtaine de minutes, on oublie tout et on a plus qu'une seule question en tête: mais comment tout cela va t-il finir ?? Un bon rythme, des bons moments de tension et surtout des coups de gueules, chacun défoulant sa haine sur l'autre où à chaque fois l'on se dit: «Ça va péter! Ça va péter !» Au final le film possède le format idéal, 1h30, ce qui fait que l'on ne s'ennuie pas mais c'est suffisant.

Autre point qui peut laisser un peu perplexe: le lieu de l'action - où se déroule l'action ?! De nombreux plans laissent suggérer (voir démontrent carrément) que l'on se trouve quelque part en Amérique de Nord (oui, parce qu'une cavale dans les forêts de France, entre Melun et Toulouse ça sonne tout de suite moins bien pour un film d'action...) mais impossible de déterminer un cadre spatio-temporel précis. Cette imprécision permet à l'histoire de passer par divers lieux plus ou moins atypiques mais entraîne aussi quelques incohérences et moments de flou.

Même si l'histoire prend quelque temps à prendre forme, il faut quand même souligner le gros point fort du film, son casting. Avec Guillaume Gouix, parfait dans son blouson de cuir, chef d'une bande de braqueurs amateurs, froid, violent et bien décidé à atteindre son but. A ses côtés deux acolytes: Franck Gastambide, presque « le bon » du trio et François Arnaud dans un rôle taillé sur sa gueule de beau-gosse qui boit, fume, drague et ne pense qu'au fric. Les trois acteurs forment un groupe redoutablement efficace. Vient s'ajouter un Lambert Wilson angoissé, accroché à sa fille malade et toujours aussi bon ainsi que Virginie Ledoyen seule touche de féminité du film, dommage qu'elle ne soit pas sur le même niveau que ses compères masculins.

Enfin, dernier point qui peut faire la différence, ou pas d'ailleurs, les 5 dernières minutes du films. Dur de ne pas dévoiler ce qui pourrait vous faire changer d'avis, je me contenterai juste de dire que l'on se demande comment tout cela va finir, et bien cela mérite d'être vu au moins pour ces 5 dernières minutes et pour pouvoir répondre à toutes nos interrogations.

Au final, Éric Hannezo s'en sort plutôt bien pour une première fois et signe un film policier, qui malgré ses quelques erreurs, notamment au niveau de l'ambiance où l'on hésite entre le trop et le pas assez, offre de bons moments entre tension et action. le tout porté par une équipe d'acteurs plus énervés les uns que les autres.

 

Note:  (3/5)

 

Courtesy of Wild Bunch Distribution

Partager cet article