Planète Cinéphile

Cette semaine

CRITIQUE: "L'HOMME IRRATIONNEL"

CRITIQUE: "L'HOMME IRRATIONNEL"

Synopsis: "Professeur de philosophie, Abe Lucas est un homme dévasté sur le plan affectif, qui a perdu toute joie de vivre. Il a le sentiment que quoi qu’il ait entrepris - militantisme politique ou enseignement - n’a servi à rien.Peu de temps après son arrivée dans l’université d’une petite ville, Abe entame deux liaisons. D’abord, avec Rita Richards, collègue en manque de compagnie qui compte sur lui pour lui faire oublier son mariage désastreux. Ensuite, avec Jill Pollard, sa meilleure étudiante, qui devient aussi sa meilleure amie. Si Jill est amoureuse de son petit copain Roy, elle trouve irrésistibles le tempérament torturé et fantasque d’Abe, comme son passé exotique. Et tandis que les troubles psychologiques de ce dernier s’intensifient, Jill est de plus en plus fascinée par lui. Mais quand elle commence à lui témoigner ses sentiments, il la rejette. C’est alors que le hasard le plus total bouscule le destin de nos personnages dès lors qu’Abe et Jill surprennent la conversation d’un étranger et s’y intéressent tout particulièrement. Après avoir pris une décision cruciale, Abe est de nouveau à même de jouir pleinement de la vie. Mais ce choix déclenche une série d’événements qui le marqueront, lui, Jill et Rita à tout jamais."

Sortie (France): 14 Octobre 2015

 

Critique

Woody Allen… Oh, très cher Woody Allen. Depuis maintenant quelques années vous nourrissez avec votre public une relation de ‘J’aime ou J’aime pas’ et nous ressortons enthousiastes de la salle obscure que nous chérissons tant ou inversement, complètement déçus. Hélas, pour moi, je n’allais même plus voir vos films car je redoutais la déception. Alors pour ce nouveau film, nous n’avions aucune attente particulière, et nous nous sommes laissés emportés par votre histoire reposant sur les épaules de Joaquin Phoenix et Emma Stone.

"L'Homme Irrationnel" nous a réconcilié avec votre univers. En effet, votre style est remarquable entre tous. L’image est sophistiquée et rappelle par moments Wes Anderson ou alors ces contes merveilleux qui font la part belle au hasard et à la chance. C’est un peu comme un rêve éveillé. L’intrigue est simple mais tellement efficace: une rencontre, des complications, un professeur mûr, charmeur, mystérieux et irrésistiblement envoûtant d’un côté et de l’autre, une jeune fille naïve, étudiante en philosophie et lettres et qui souhaite voir son quotidien « s’emballer ». Jill s’ennuie et ne veut pas reconnaître tout de suite l’effet qu'Abe à sur elle. Quand à Abe, il ne veut pas céder aux avances de Jill car il a déjà une réputation de séducteur drogué et alcoolique qui porte préjudice à sa carrière universitaire. Abe, qui se réveillait chaque matin en se demandant quel sens donner à sa vie, reprend peu à peu goût à la vie au contact de Jill et découvre que les gens qui l’entoure souffrent… Il décide alors de « réparer » ces injustices en prenant conscience des tourments des uns et des autres.

Mais même si l’intention est louable, a-t-il le droit d’infléchir le destin ? Jusqu’où aller lorsqu’on est témoin d’injustice ? Quelle est la limite à franchir et à ne pas franchir? C’est le sujet du film : pouvons-nous décider du sort de quelqu’un juste parce que nous estimons que ses actions sont répréhensibles… Ce film parle de justice, mais surtout du choix cornélien auquel nous faisons face quand quelqu’un que l’on aime est directement impliqué: devons-nous faire comme si de rien n’était? Devons-nous le dénoncer? Pouvons-nous vivre avec cette culpabilité ? Ce point de vue est celui du « témoin/complice », confronté en permanence à ce dilemme. Du point de vue du « criminel », la question est de savoir s’il peut vivre avec ce poids. Que doit-il faire pour ne jamais être inquiété ?

Ce « crime parfait » n’est finalement pas si parfait que cela parce qu’on se rend compte que c’est une spirale infernale. Il y a un effet boule de neige que nous ne soupçonnons pas au début. Et, c’est ce qui en fait sa force.

Pendant deux heures, nous sommes rivés au grand écran, vivant à fond les aventures de Jill et Abe. Ce film ne plaira peut-être pas à tout le monde mais nous, nous avons été captivés par cette histoire qui parle de notre responsabilité en temps qu’acteur mais aussi en tant qu’observateur de ce qui se passe autour de nous.

Allez voir "L'Homme Irrationnel". Il vous étonnera, vous fera sourire par moments, vous stressera à d’autres mais pendant au moins deux heures vous vous plongerez dans cette histoire et rien d’autre n’aura d’importance que son dénouement.

Laissez-vous surprendre et entrez dans l’univers de Woody Allen…

 

Note:  (4/5)

 

Courtesy of Mars Distribution

Partager cet article