Planète Cinéphile

Cette semaine

GRAND ANGLE... XAVIER DOLAN

GRAND ANGLE... XAVIER DOLAN

Xavier Dolan est né le 20 Mars 1989 à Montréal. C'est la doublure vocale de plus d'une centaine de films au Canada et au Québec. Sa carrière commence tôt, car à l'âge de quatre ans il faisait déjà des publicités télévisées. C'est en 2009 qu'il se fait remarquer à la Quinzaine des Réalisateurs de Cannes avec son premier long métrage "J'ai Tué Ma Mère". 

 

 

Ce n'est que depuis quelques mois qu'il a vraiment explosé; on entend Xavier par-ci, Dolan par-là. En Mai 2014, pour son long métrage intitulé Mommy, il remporte le Prix du Jury - ex æquo avec Godard s’il vous plaît ! Je suis tombé par hasard sur son second long métrage qui s’intitule "Les Amours Imaginaires" et je me suis laissé tenter. Hésitant par rapport au discours du film, mais si novateur !

Je suis admiratif de ce genre de cinéma quelque peu minimaliste qui essaye quelque chose. Les thèmes abordés dans ses oeuvres sont à la fois dans l’air du temps et éternels, des sujets comme l’homosexualité et l’amour ou même les relations parentales, tout cela nourrit son cinéma jusqu’à présent. 

L’homosexualité c’est à la mode ok, lui-même en étant un, logique qu’il en parle. Enfin ce n’est pas stigmatisé ! il traîte cela comme n’importe quoi d’autre et n’apporte pas moins ou plus d’importance, c’est banal et ça fait du bien de voir que ces moeurs évoluent. Je ne suis pas friand de ces histoires et pas toujours d'accord, mais rien n’est plus plaisant que de voir ce genre de choses évoluer et finir par apprécier l’ensemble. 

La famille et la mère en particulier c’est sa seconde obsession, les relations mère-fils sont mises à l’honneur dans tous ses films de façon plus ou moins explicite. Tous traitent cela d’une bien belle manière sans dramatiser, sans manichéisme.

 

L’adolescence ce moment délicat où l’on défie l’ordre parental et qu’on ne fait plus attention au respect de la mère c'est du vu et revu, mais Dolan lui le montre sans faire de chichis. À la fois violente et passionnelle, il montre cette relation délicate mais au combien importante pour l’humain. 

Un film d’auteur est normalement réel et se dit quelque peu populaire mais avec Xavier ça prend tout son sens, les cinq films sont crus et ils bénéficient d’un lyrisme sidérant par moments. Aucune fois ces histoires ne sont pointées du doigt comme le cinéma français peut le faire, ici on est au plus près avec les protagonistes.

On ne juge pas on essaye de les comprendre. j’ai rarement senti une telle implication sincère dans ce genre. La mise en scène c’est le point le plus percutant de sa jeune carrière que l'on voit évoluée à vitesse grand V. Il sait ce qu’il veut et le transmet à l’écran, dès son premier film les bases étaient présentes. 

Le plus étonnant c'est qu'il a même changer de style, avec "Tom À La Ferme" où l'on se trouve devant un huit clos dans une ferme. Oppressant et doté d'une ambiance malsaine le tout passe comme une lettre à la poste. Tout ce qui fait un bon thriller est présent. On voit bien qu'il peut s'essayer à plusieurs genres et celui-ci n'est peu-être que le premier qui sait ?! 

Ses choix de cadres renforcent chaque scène, il impacte le spectateur par sa maîtrise. Rien n’est laissé au hasard tout est millimétré, dans "Mommy" le format 1:1 (carré) est évident, il traduit l’emprisonnement visuellement et il ne doit donc pas s’ennuyer à l’expliquer par on ne sait quel dialogue. 

 

 

Pourquoi en faire des tonnes alors que l’image peut traduire bien plus qu’on ne le pense ?

C’est son style et c’est frais. Les ralentis et les courts instants de grâces ont eux aussi un soin tout particulier, ils cassent le rythme parfois insoutenable de certaines scènes. La musique nous emporte et survole la perfection, la symbiose est totale.

Chaque morceau est choisi minutieusement, ils font partie de la mise en scène et tous à leurs échelles contribuent au déroulement de celle-ci. Que ça soit pour mettre en évidence un sentiment ou une situation la musique apporte un plus non négligeable à l'ambiance.

Ils sont peu à savoir aussi bien manier et exprimer autant par le son, lui a tout compris et magnifie ce qui lui semble important dans ce qu’il raconte. Les cinq oeuvres réalisées jusqu’à ce jour sont autant de bandes-son réussies et une fois finies, on s’empresse de réécouter ces morceaux tant ils nous ont marqués.

 

 

Pour conclure, je n’ai aucun doute sur le potentiel à venir de ce jeune québécois qui m’a surpris plus que je ne l’avais imaginé, une patte nouvelle est née. Un cinéma vrai qui prend aux tripes, ses expériences sont captivantes et profondes.

Actuellement, Xavier Dolan prépare deux nouveau longs métrages intitulés "Juste À La Fin Du Monde" avec un beau casting annoncé comme Léa Seydoux, Marion Cotillard, Nathalie Baye, Vincent Cassel et Gaspard Ulliel. Le second "The Death And Life Of Jhon F. Donovanqui est, par ailleurs, son premier en langue anglaise sans plus d'informations pour le moment. Ils sont tous les deux annoncés pour 2016.

 

Courtesy of MK2 Production & K-Films Amérique

 

Partager cet article