Planète Cinéphile

Cette semaine

CRITIQUE: "AU CŒUR DE L’OCÉAN"

CRITIQUE: "AU CŒUR DE L’OCÉAN"

Synopsis: "Hiver 1820. Le baleinier Essex quitte la Nouvelle-Angleterre et met le cap sur le Pacifique. Il est alors attaqué par une baleine gigantesque qui provoque le naufrage de l'embarcation. À bord, le capitaine George Pollard, inexpérimenté, et son second plus aguerri, Owen Chase, tentent de maîtriser la situation. Mais face aux éléments déchaînés et à la faim, les hommes se laissent gagner par la panique et le désespoir…"

Sortie (France - 3D): 9 Décembre 2015

 

Critique

Bien que nous soyons restés scotchés à nos fauteuils, bien que la cinématographie et les performances artistiques et techniques aient été au rendez-vous, nous n’avons pas été convaincu par "Au Cœur de L’Océan", le nouveau film de Ron Howard.

Alors oui, Howard est toujours aussi doué pour nous transporter et faire un beau spectacle. Ceci dit, nous aurions aimé avoir quelque chose de différent, quelque chose de nouveau. En effet, dernièrement, en matière de naufragés, nous avons pu voir "Invincible" d’Angelina Jolie, qui était vraiment à la hauteur de son héros disparu, en termes de monstres, nous avons également re-découvert "Godzilla", "Jurassic World" & Cie. Nous avons trouvé, qu’à part une figure très imposante, ce cachalot blanc n’est pas effrayant outre mesure. Il est redoutable, certes, fort, mais pas vraiment effrayant.

CRITIQUE: "AU CŒUR DE L’OCÉAN"
CRITIQUE: "AU CŒUR DE L’OCÉAN"

Cependant, à un niveau ‘humain’, ce film est intéressant parce qu’il pose les bonnes questions à savoir: jusqu’où pouvons-nous aller pour notre propre survie ? Que sommes-nous capable d’accepter, d’endurer pour ne pas mourir ? Que pouvons-nous cacher pour ne pas arrêter un business florissant et bien en marche ? Jusqu’où va l’humanité ?

En se mettant à la place des héros d’Howard, le spectateur ne juge jamais, n’est pas non plus dégouté, ce qui est très étonnant. Nous éprouvons de la pitié et de l’empathie pour eux mais jamais de dégout. Ce qui est également intéressant dans ce film, c’est de voir l’avidité dont l’Homme avec un grand H est capable de faire preuve. C’est fou de voir à quel point on oublie vite les conséquences d’un terrible naufrage en termes de pertes humaines et de sacrifices au profit de choses qui au fond sont relativement futiles et dérisoires. Mais c’est souvent par les personnes les moins affectées et touchées par ces drames que les décisions sont prises, n’est-ce pas ? C’est sûr, il est toujours plus facile de commander que de voir la vérité en face. Au lieu d’éprouver un certain soulagement et de la joie de voir quelques matelots rentrer sur la terre ferme, ces hommes ne pensent qu’au moyen de faire perdurer leur petit business aux risques et périls d’autres bien sûr. Il ne faudrait surtout pas se salir les mains.

En conclusion, pendant deux heures on regarde cette histoire sans se prendre la tête mais sans engouement particulier. Au bout d’un moment, on ne peut s’empêcher de regarder l’heure…

 

Note:  (3/5)

 

Courtesy of Warner Bros. France

Partager cet article