Planète Cinéphile

Cette semaine

CRITIQUE: "AVE, CÉSAR!"

CRITIQUE: "AVE, CÉSAR!"

Synopsis: "La folle journée d’Eddie Mannix va nous entraîner dans les coulisses d’un grand studio Hollywoodien. Une époque où la machine à rêves turbinait sans relâche pour régaler indifféremment ses spectateurs de péplums, de comédies musicales, d’adaptations de pièces de théâtre raffinées, de westerns ou encore de ballets nautiques en tous genres. Eddie Mannix est fixer chez Capitole, un des plus célèbres Studios de cinéma américain de l’époque. Il y est chargé de régler tous les problèmes inhérents à chacun de leurs films. Un travail qui ne connaît ni les horaires, ni la routine. En une seule journée il va devoir gérer aussi bien les susceptibilités des différentes communautés religieuses, pour pouvoir valider leur adaptation de la Bible en Technicolor, que celles du très précieux réalisateur vedette Laurence Laurentz qui n’apprécie que modérément qu’on lui ait attribué le jeune espoir du western comme tête d’affiche de son prochain drame psychologique.Il règle à la chaîne le pétrin dans lequel les artistes du studio ont l’art et la manière de se précipiter tous seuls. En plus de sortir une starlette des griffes de la police, ou de sauver la réputation et la carrière de DeeAnna Moran la reine du ballet nautique, Eddie Mannix va devoir élucider les agissements louches du virtuose de claquettes, Burt Gurney. Cerise sur le gâteau, il a maille à partir avec un obscur groupuscule d’activistes politique qui, en plein tournage de la fameuse superproduction biblique AVE CÉSAR lui réclame une rançon pour l’enlèvement de la plus grosse star du Studio, Baird Whitlok. Le tout en essayant de juguler les ardeurs journalistiques des deux jumelles et chroniqueuses ennemies, Thora et Thessaly Thacker. La journée promet d’être mouvementée."

Sortie (France): 17 Février 2016

 

Critique:

Dernière réalisation des frères Coen, "Ave, César!" est une satyre de l'industrie hollywoodienne des années 1950, une analyse points par points de chaque ressort des films de cette époque et en tire le petit détail ridicule et en fait une scène entière qui vous fera mourrir de rire. En effet dans le film, les effets comiques se créent sur la longueur. Ce n'est pas une ligne de dialogue qui vous fera rire, mais une bonne centaine... Would that it where so simple est déjà culte !

On assiste dans plusieurs scènes à une critique des acteurs qui jouent dans d'autres types de films que ceux qu'ils ont toujours fait. Cet acteur est ridicule dans ce type de film, garde ses habitudes et n'arrive pas à s'en défaire. Pour la faire courte... imaginez Vin Diesel en train de jouer une baby-sitter ! Ah mince ils l'ont déjà fait... Pas grave, vous avez saisis l'esprit non ? Oh bas tiens alors ! Le film critique donc à la fois le système de l'époque et le système actuel.

CRITIQUE: "AVE, CÉSAR!"

Nous devons bien avouer que nous avons tout de même eu très peur en début de film que le long-métrage soit raté. En effet la première scène du film présent dans la diégèse (le péplum "Avé, César !") est tournée avec des effets spéciaux modernes, donc fonds verts et tout le tralala. Faire un film sur l'hollywood de ces années sans respecter les codes nous aurait paru tout de même assez dérangeant. Mais fort heuresement ce principe est abandonné par la suite et les films sont réalisés avec les moyens de l'époque.

Si vous espériez voir Scarlett Johansson durant une bonne partie du film vous vous trompez. De même pour Channing Tatum ou Jonah Hill. Mais ce n'est pas un défaut car George Clooney et Josh Brolin portent à merveille le film et sont à fond dans chaque scène. De très grands acteurs de A à Z ! Le montage du film est efficace au possible et une petite voix-off vient de temps en temps nous rapeller un peu les enjeux.

CRITIQUE: "AVE, CÉSAR!"

Enfin, les retournements de situation sont parfaitement justifiés, grâce au contexte historique. Nous n'irons pas plus loin dans notre explication pour ne pas vous gâcher le plaisir de voir le film.

"Ave, César!" est un film réussi de bout en bout, qui tient ses promesses et même plus. A voir absolument !

Note:  (4,5/5)

Courtesy of Universal Pictures International France

 

 

Partager cet article