Planète Cinéphile

Cette semaine

CRITIQUE: "DALTON TRUMBO"

CRITIQUE: "DALTON TRUMBO"

Synopsis: "Hollywood, la Guerre Froide bat son plein.Alors qu’il est au sommet de son art, le scénariste Dalton Trumbo est accusé d’être communiste. Avec d’autres artistes, il devient très vite infréquentable, puis est emprisonné et placé sur la Liste Noire : il lui est désormais impossible de travailler.Grâce à son talent et au soutien inconditionnel de sa famille, Il va contourner cette interdiction. En menant dans l’ombre un long combat vers sa réhabilitation, il forgera sa légende."

Sortie (France): 27 avril 2016 

 

Critique:

Bryan Craston est le genre d'acteur qui après avoir marqué les esprits avec son personnage de Walter Wihte (Heisenberg pour les intimes) dans une série culte "Breaking Bad" se doit de confirmer son talent avec des rôles au cinéma. Il se glisse dans la peau de Dalton Trumbo, un scénariste communiste qui se bat pour ses convictions. 

Quand le cinéma parle de lui; c'est donc un biopic d'un artisant du 7e Art qui a été dans la Blacklist et qui doit malgré tout trouver des revenus pour vivre. Ce genre de longs-métrages qui parlent d'un homme sont délicats, car en tant que spectateur et ne connaissant pas spécialement le personnage, on ne peut savoir si c'est beaucoup romancé et à quel point il est fidèle à l'histoire. Car on ne parle pas de n'importe quelle période en plus, mais d'une crise qui a agité le média avec des conséquences graves.

L'interprétation est convaincante, mais rien d'époustouflant. Le personnage est bien traité cela dit rien d'extravagant là-dedans et il n'y a pas ces moments où l'incarnation prend le pas sur le rôle, peut-être qu'il n'y avait tout simplement pas besoin de cela pour Dalton. Le reste du casting est quant à lui dans le même registre. Voir de vraies têtes connues de l'époque et des films qui ont marqué où non cela fait toujours quelque chose. Il y a pas mal de scènes qui reprennent des diffusions télévisuelles ou encore de vrais moments qui se sont déroulés dans les années 50, nous trouvons cela un peu forcé et cela n'aide en rien à ce que le film soit plus ou moins authentique, car certains éléments sont malheureusement mal exploités.

CRITIQUE: "DALTON TRUMBO"CRITIQUE: "DALTON TRUMBO"

Certaines pistes sont données ici et là, mais elles sont rarement exploitées. On suit la vie de ce scénariste et c'est dommage de délaisser certains sujets, car s'ils n'avaient pas mentionné cette fameuse liste noire, on serait dans le flou. Si l'on ne connaît pas tous les tenants et aboutissants de cette époque,  on est perdu. Il y avait de bonnes raisons à cela, car il incorpore des scénettes télévisuelles ou encore des moments qui se sont réellement passés sans jamais vraiment expliquer le pourquoi. C'est une bonne remise en contexte, mais en savoir plus sur cette liste de dix personnes aurait été intéressant. De plus on n'apprend pas beaucoup sur ce métier qui est; il faut le dire peu représenté dans le cinoche, dommage...

On se concentre sur Trumbo sans expliquer le fond, c'est bien, mais terriblement frustrant, il y a tant à dire que l'on reste sur sa faim. Les décors sont corrects, mais rien de bien fou là-dedans. Certaines personnalités connues font une apparition et cela permet de remettre tel ou tel événement dans la tête. Là aussi c'est effleuré on ne comprend jamais à quel point la collaboration entre Dalton et une telle personalité est importante dans sa carrière. On passe vite de la conversation à la conclusion même si on voit le bonhomme trimer, ce n'est jamais réellement passionnant. Les relations familiales, elles sont bien traitées pour le coup. 

CRITIQUE: "DALTON TRUMBO"

Un biopic qui met la lumière sur un homme de l'ombre et c'est bien fait pour l'occasion, si vous aimez le cinéma et que les coulisses vous passionnent alors vous y trouverez quelque chose. Á part ça, c'est vide et un potentiel qui demande à être exploré dans d'autres longs-métrages, vu la richesse du film. Il est généreux dans sa diversité tout de même et cela reste un bon film dans le genre. 

Note:  (3,5/5)

Courtesy of UGC Distribution

Partager cet article