Planète Cinéphile

Cette semaine

CRITIQUE: "LA VACHE"

CRITIQUE: "LA VACHE"

"La Vache" est le deuxième long-métrage Mohamed Hamidi (réalisateur de "Né Quelque Part") avec Lambert Wilson, Jamel Debbouze, Fatsah Bouyahmed. Il a reçu le prix du public, le prix spécial du jury et le prix Michel Galabru (prix d'interprétation) pour Fatsah Bouyahmed, lors de la dernière édition du Festival International du Film de Comédie de l'Alpe d'Huez.

Synopsis: "Fatah, petit paysan Algérien n’a d’yeux que pour sa vache Jacqueline, qu'il rêve d'emmener à Paris, au salon de l'Agriculture. Lorsqu'il reçoit la précieuse invitation devant tout son village ébahi, lui qui n’a jamais quitté sa campagne, prend le bateau direction Marseille pour traverser toute la France à pied, direction Porte de Versailles.L’occasion pour Fatah et Jacqueline d’aller de rencontres en surprises et de vivre une aventure humaine faite de grands moments d’entraide et de fous rires. Un voyage inattendu et plein de tendresse dans la France d’aujourd’hui."

Sortie (France): 17 février 2016

 

Critique:

Au début du film, on commence par une légère appréhension. En effet, tout les gags de la bande-annonce sont dans les premières minutes et on a peur d'être déçu et d'avoir déjà tout vu. Mais en réalité les meilleurs passages sont après. L'histoire prend un autre tournant, les situations deviennent plus incongrues et plus drôles. En effet le scénario est très bon. C'est frais, c'est léger, c'est drôle, c'est touchant. Le film est bien rythmé et bien équilibré. 

En réalité, "La Vache" est un film avec une histoire qui est à la fois originale tout en restant simple et réaliste. Elle porte un message qui touche tout le monde: comment faire pour réaliser un rêve ? Comment un homme va réussir à atteindre son but en n'ayant pas grand chose ? C'est notamment grâce à cette idée que "La Vache" passe d'un film qui aurait pu être des plus ennuyants, à une véritable comédie qui va au-delà des rires, qui touche en profondeur.

CRITIQUE: "LA VACHE"

Seulement pour que le message passe il faut un bon casting. En effet, l'histoire repose sur les trois personnages principaux, joués par Fatsah Bouyahmed, Jamel Debbouze et Lambert Wilson. Il s'avère que le trio fonctionne très bien, ils se complètent parfaitement. Les relations entre eux sont travaillées, même celle entre Fatsah et Jacqueline, la (belle) vache du film. Lambert Wilson est tout à fait crédible en comte ruiné, Jamel Debbouze est tout aussi bon en énervé de service, mais le point fort, la véritable force du film c'est cet acteur : Fatsah Bouyahmed. Premier véritable rôle au cinéma et première réussite. Il est touchant, drôle, sympathique et plein d'humilité. Il y a quelque chose de vrai dans ce personnage qui le rend incroyablement juste. En sortant du film, on se rend compte que personne d'autre n'aurait pu jouer ce rôle. Et on est surtout pressés de le retrouver de nouveau à l'écran.

On émettra tout de même un petit reproche sur la fin qui prend une tournure légèrement "télévisuelle" et qui fait perdre un peu de charme au film. Mais cela reste du détail et n'empêche pas d'apprécier le film du début jusqu'aux dernières minutes.

CRITIQUE: "LA VACHE"

Au final "La Vache" est un road-movie comme vous n'en avez jamais vu. C'est un film avec une âme, délicat et plein de sincérité, il est fait avec le cœur et ça se sent, ça se transmet. C'est sa simplicité qui le rend beau et agréable. On est touchés par l'histoire de cet homme qui dans le fond veut simplement réaliser son rêve et on en ressort heureux et avec le sourire. On recommande chaudement !

Note:  (4,5/5)

Courtesy of Pathé Distribution

Partager cet article