Planète Cinéphile

Cette semaine

CRITIQUE: "PATTAYA"

CRITIQUE: "PATTAYA"

Synopsis: "Franky et Krimo rêvent de quitter la grisaille de leur quartier pour partir en voyage dans la célèbre et sulfureuse station balnéaire thaïlandaise de PATTAYA. Pour pouvoir s’y rendre à moindre coût, les deux amis ont la folle idée d’inscrire à son insu le nain de leur quartier au championnat du monde de Boxe Thaï des Nains. Mais ce qui devait être pour eux des vacances de rêves va se transformer en l’aventure la plus dingue et périlleuse de leurs vies."

Sortie (France): 24 Février 2016

 

Critique:

"Pattaya", "Pattaya", "Pattaya", oh "Pattaya" ! La nouvelle comédie déjantée de Franck Gastambide est notre version de "Very Bad Trip", disons un peu moins réussie ! Moins réussie parce que la plupart des sketches sont assez prévisibles et surtout tous ont été vus dans les différents teasers du film. Ceci-dit, nous retrouvons le cocktail gagnant de ce genre de comédies : testostérones (Gastambide est le sosie parfait de Vin Diesel et il cultive sa ressemblance dans ce film – c’est marrant, nous n’avions jamais réalisé à quel point ils se ressemblaient avant de voir "Pattaya"), les clichés du culte et de l’inculte et évidemment une touche de féminité mêlant vulgarité et glamour.

Tout au long du film, nous suivons deux amis et leur ‘nain’ dans leur périple Thaïlandais. Il faut dire que ça commence fort. Les deux compères entrainent un nain en Thaïlande, à son insu dans le seul but d’aller à Pattaya tout frais payé. Sauf que, la monnaie d’échange du voyage gratuit est : un combat à mains nues entre le poulain de Gad Elmaleh, jusqu’alors invaincu, et le nain, qui lui ne s’est jamais battu ! La seule issue possible est la mort du nain. C’est pourquoi les trois s’échappent du camp d’entrainement et c’est alors que les péripéties (les galères) commencent.

Alors oui, c’est sûr, ce film n’a ni queue ni tête mais parfois, c’est tellement gros qu’on ne peut s’empêcher de rire et nous retrouvons notre sens de l’humour que nous avions à l’âge de 5 ans où les blagues pipi/caca nous faisaient rire.

CRITIQUE: "PATTAYA"CRITIQUE: "PATTAYA"
CRITIQUE: "PATTAYA"

Ce qu’il faut avant tout retenir de "Pattaya" c’est sa bande son et l’investissement sans limites de ses acteurs et équipe technique. En effet, la bande son de "Pattaya" regroupe la crème de la crème du Rap : DJ Kore, avec la participation de Gradur, Mister V, Lacrim, SCH et encore bien d’autres. Eric Neveux, grand compositeur, dont on ne vente plus les mérites, fait également parti de l’aventure.  Sans se mentir, la bande son déchire ! Avec elle et son rythme de folie, les images à l’écran sont décuplées et nous font penser aux grosses machines Américaines avec le son à fond sur images au ralentis. Quand à l’investissement des acteurs… Disons que le ridicule ne tue pas. Ils y vont à fond et ça fait plaisir de voir cela. 

Devez-vous aller voir "Pattaya" ? 

Si les films enchainant galères sur galères, un côté humour et déjanté et le goût de l’aventure vous attirent tels que "Very Bad Trip", "Dirty Papy" & Cie, alors la réponse est oui. Ce film est fait pour vous. 

Si vous êtes plutôt film d’auteur ou romance, il ne vous conviendra pas. En même temps, nous ne vous apprenons rien, le titre et l’affiche parlent d’eux-mêmes. 

 

Note:  (2,5/5)

 

Courtesy of Gaumont Distribution

Partager cet article