Planète Cinéphile

Cette semaine

CRITIQUE: "THE REVENANT"

CRITIQUE: "THE REVENANT"

Synopsis: "Hugh Glass fait partie d'une troupe de trappeurs qui explorent l'Ouest encore vierge quand tout d'un coup il est laissé pour mort. Son seul but désormais, c'est de retrouver les siens et faire vengeance."

Sortie (France): 24 Février 2016

 

Critique:

On a ici un film prenant place durant le début de la conquête de l'Ouest avec une faune et une flore sauvage où la pitié n'existe pas. Une nature puissante où c'est la loi du plus fort qui triomphe, l'homme est au même niveau que l'animal. Les relations entre trappeurs et Amérindiens sont tendues et même entre tribus indiennes, c'est difficile. Cela dépeint une période sombre qui ne laisse pas de place aux faibles. Notre homme Glass en fait les frais puisque son fils Hawk est à moitié un Autochtone, dans le groupe cela passe mal et le racisme pointe vite le bout de son nez. C'est la forêt qui est reine, elle domine ce monde qui se construit, elle a ses propres règles et c'est aux hommes de s'y plier. C'est brutal, dur et extrême. 

Le pari fou d'Alejandro González Innaritú, c'est de transposer à l'écran cette cruauté dans un contexte où la réalité est rude, une époque qui se cherche. La mise en scène souligne ceci avec maestria et l'on ressent l'héritage "Birdman" avec de longs plans-séquences qui permettent de capter cette tension et la faire monter crescendo pour en apercevoir toute sa subtilité et finir par donner le potentiel recherché. L'environnement est le principal acteur de cette histoire et durant tout le long, il s'en dégage une atmosphère unique; l'humidité, la neige et autres intempéries jaillissent dans cette mise en scène pour qu'au final le spectateur se surprenne à avoir froid ou même mal pour Leonardo Di Caprio. Car oui rien n'est édulcoré et l'on vit l'aventure avec ses personnages, rien n'est caché, cela peut paraître dur, mais rarement on a vu la nature aussi présente et vorace.

CRITIQUE: "THE REVENANT"

C'est viscéral, il faut le voir pour comprendre, mais c'est d'une puissance presque inégalée! La virtuosité de ce long-métrage est folle. La partition musicale, est elle, aussi de la partie et elle renforce ce côté poignant, elle ne fait qu'un avec l'image pour rendre ce film fort.

Les acteurs, voire l'orchestration de ce monde sont bluffants, on s'y croit et tout est fait pour rendre cela crédible, mais n'oublions pas la performance de notre Léo, car oui s'il n'a pas l'Oscar avec "The Revenant" alors on ne comprend plus rien. Si l'on était sarcastique, on dirait qu'il supplie les jurés pendant deux heures et demie, mais c'est bien plus que cela, il incarne ce trappeur avec ses tripes et tout est dans l'expression, il est en retenue et jamais il ne surjoue. Pareil pour tous les autres acteurs, ils sont tous irréprochables et c'est un réel plaisir de voir des pointures comme Tom Hardy ou même d'autres personnalités être dans ce registre. On y croit, on vous laisse la surprise pour le reste de la distribution.

CRITIQUE: "THE REVENANT"

Un film qui laissera sa marque dans le cinéma, tant le long-métrage est disproportionné dans plein d'aspects. Un tournage dur, un budget dépassé de plus de quarante millions et un résultat hallucinant! Bref, ce début d'année est très fort et voir un Western qui réinvente le genre, c'est du pain bénit pour tout cinéphile. Attention aux âmes sensibles certaines scènes peuvent choquer, mais c'est amplement justifié selon nous. Alors, oui on pourrait chipoter et dire qu'il est un poil trop long à certains moments ou encore qu'il en fait trop, mais forcé de constater que le produit final est gargantuesque et on pardonne aisément ces petits défauts. Il ne vous laissera pas indifférent, une oeuvre totalement assumée.

Note:  (4,5/5)

 

Courtesy of Twentieth Century Fox France

Partager cet article