Planète Cinéphile

Cette semaine

GRAND ANGLE... DAVID LYNCH

GRAND ANGLE... DAVID LYNCH

Le cinéma est un art et il a ses auteurs, on peut voir de tout et ressentir bon nombre d'émotions grâce à lui. Le cinéaste du jour, c'est David Lynch, un homme qui a une vision particulière de ce média.

David Keith Lynch est né le 20 janvier 1946, à Missoula dans le Montana.  Étudiant en arts-plastiques, il s'essaye à plusieurs formes d'art et il découvre très vite le cinéma, il l'expérimente ici et là pour très vite aboutir à son premier long-métrage "Eraserhead" sorti en 1976. Son grand thème de prédilection est les rêves et dans chaque oeuvre cinématographique qu'il va réaliser l'imaginaire va être au coeur du récit. Dans toute sa filmographie, il se dégage une ambiance qui lui est propre et inimitable, il vous immerge dans son monde où le spectateur est invité au voyage. Il obtient la Palme d'or, en 1991, avec "Sailor et Lula", un road movie ou amour et rébellions se marient à merveille.

GRAND ANGLE... DAVID LYNCH

Dans "Eraserhead" tout y est; comme une ébauche de ses intentions, ce long-métrage nous plonge dans un délire angoissant et malsain avec une poésie toute particulière. On ère dans la tête du personnage principal pour tenter de comprendre ce qu'il pense. Autant vous dire qu'il faut laisser ses repères quand on visionne une oeuvre Lynchienne, l'exploration d'un univers et le comprendre (ou pas) fait partie intégrante du film. C'est rare ce genre de cinéma qui vous met dans un cocon pour manipuler la suite du récit quitte à perdre le spectateur. Comme un Labyrinthe ou un puzzle, les pièces s'assemblent au fur et à mesure. De manière générale les personnages sont tous intrigants. Ils sont tous pleins de questionnements et aucun d'eux n'est jamais sûr de ce qu'il fait où il est. Une recherche constante de soi et bien souvent elle s'avère longue et étrange. Une part de fantastique partout dans chaque long-métrage, on est intrigué au même titre que le protagoniste tant cela peut nous sembler étrange, mais diablement fascinant! Une plongée au coeur du subconscient, c'est ce que nous propose David et c'est à nous de trouver la clé de l'énigme, car même si les réponses peuvent être présentes, elles sont rarement explicites.

GRAND ANGLE... DAVID LYNCHGRAND ANGLE... DAVID LYNCH
GRAND ANGLE... DAVID LYNCH

Une partie de ses oeuvres est dans cette optique, on peut en noter plusieurs dont "Blue Velvet", "Lost Highway", "Mulholland Drive" et "Inland Empire". Chacune de ces histoires invite à la découverte d'un monde insolite avec ses codes, comme pour créer une dimension différente de la "réalité", car oui chez Lynch, cette notion de réel est floue à tel point que l'on va souvent se demander si c'est censé être un rêve ou l'imaginaire. Jouer avec cette frontière pour brouiller les pistes et semer le doute, c'est là une des réussites de ces oeuvres précédemment citées. "Sailor&Lula" a lui aussi ce côté fantastique, mais c'est beaucoup moins présent et l'idylle amoureuse est au centre du récit. Hollywood est violemment critiqué et ses dérivent extrêmes sont montrés, la société américaine avec sa prétendue grandeur, est elle aussi sévèrement remise en question dans le travail de David Lynch. "Elephant Man" nous raconte l'histoire d'un rejeté de la société victorienne dans un Londre où préjugés et  apparances sont de rigueur. La différence est le pivot de toutes ses démarches pour tenter de faire évoluer cet électron libre dans ce microcosme.

Comment ne pas parler de la série "Twin Peaks"? Un show qui a eu deux saisons et qui a été diffusé, il y a déjà plus de 25 ans sur la chaîne ABC. "Laura Palmer est retrouvée morte dans un sac plastique au bord d'un lac." De là tout va s'accélérer pour découvrir la vérité sur ce meurtre macabre, un beau prétexte pour voir le comportement de chaque habitant qui vit dans cette petite ville. Ils sont tous plus énigmatiques les uns que les autres et c'est avec un plaisir non dissimulé que l'on va suivre les péripéties de ce village situé non loin de la frontière canadienne. LA force de la série, c'est  d'avoir pris un fait d'hivers et d'y avoir mis la patte du maître Lynch dessus.

GRAND ANGLE... DAVID LYNCH

Á partir d'une simple idée durant le tournage, ils vont tourner une scène qui va changer la série et la rendre fantastique et c'est là que le génie intervient. tout est calculé pour que l'on doute de ses habitants qui en apparence semblent innocents. Le détective Cooper du FBI est celui que l'on va le plus suivre, car comme nous il débarque dans cette bourgade et l'identification au personnage est directe. Un mélange de fantastique et de réel qui fonctionne et durant toute la saison une et la première partie de la seconde pour une parfaite fusion des genres. Malheureusement, l'histoire est parfois moins belle que les contes et la fin de la série fut bâclée, car Lynch alla tourner sa Palme d'or "Sailor et Lula". Délaissé par un de ses créateurs les audiences ont chuté et la série s'est arrêtée alors qu'il y avait un énorme potentiel.

L'ambiance n'est rien sans la bande-son et là encore c'est particulier, car c'est à la fois très jazzy et en même temps on a des sons à cordes pour un mélange constant. On passe de l'insouciance à l'angoisse très facilement tout en restant dans le même élément. Visuellement c'est aussi à part, car tout cela baigne dans une atmosphère chaleureuse, mais malsaine. Un mélange surprenant qui contre toutes attentes est cohérent. 

GRAND ANGLE... DAVID LYNCH

Un cinéma atypique qui a ses règles et qui s'amuse avec pour en ressortir ses plus beaux effets. David Lynch est un artiste complet puisque même s'il n'a pas réalisé de film depuis 2006 et oui dix en déjà, il n'a pas chômé puisqu'il peint, sculpte et il est photographe aussi, ses oeuvres sont exposées ici et là. Il a même sorti plusieurs albums. Un homme qui a plein de facettes et qui impressionne par sa singularité. Il n'a réalisé que dix films, dont deux qui sont plus difficile à appréhender: "Dune" et "Une Histoire Vraie" tous les deux sont diamétralement opposés à l'univers Lynch, le premier parce que le tournage fut chaotique et qu'il devait être réalisé par Ridley Scott qui quitta le navire pour aller réaliser ce qui deviendra "Alien" et aussi parce que David n'a pas eu le final cut et c'est une oeuvre douloureuse qui est sorti en salles. Cela se ressent lors de son visionnage; le film était d'une ambition folle, mais sa production difficile empêcha de mener à bien le projet.

GRAND ANGLE... DAVID LYNCHGRAND ANGLE... DAVID LYNCH

 Le deuxième long-métrage est beaucoup plus simpliste et nous narre l'histoire d'un vieil homme qui va retrouver son frère et pour faire le voyage qui est très, mais alors très long, il va le parcourir en tracteur, car il n'a pas de permis. Un film sur la vieillesse qui très touchant et qui pourtant n'a rien de Lynch. Notons par ailleurs qu'il a réalisé bon nombre de courts-métrages et de publicités aussi bien pour Playstation que pour Dior, un touche-à-tout! 

Une troisième saison de Twin Peaks est en tournage au moment où l'on rédige ce grand angle et notre cinéaste est aux commandes pour la chaîne Showtime. La série est prévue pour 2017 pour notre plus grand plaisir.  

Courtesy of Studio Canal, Disney, Universal Pictures, Action Cinema/ Théâtre Du Temple, Mission, ABC, New Line Cinema, CiBy Production

Partager cet article