Planète Cinéphile

Cette semaine

CRITIQUE: "13 HOURS"

CRITIQUE: "13 HOURS"

Synopsis: "Benghazi (Libye), 11 septembre 2012. Face à des assaillants sur-armés et bien supérieurs en nombre, six hommes ont eu le courage de tenter l’impossible. Leur combat a duré 13 heures. Ceci est une histoire vraie."

Sortie (France): 30 Mars 2016

 

Critique:

Michael Bay nous a habitué à l’action et à la testostérone avec une touche d’humour, de glamour et de sexy à chaque fois. Et c’est ce cocktail qui a fait la renommée de Bay. Il est donc normal que "13 HOURS" reste dans cette lignée.

JACK

TYRONE

Oz

TIG

TANTO

BOON

BUB

Voici les noms à retenir de cette épopée cauchemardesque.

Parce qu’en plus d’être un film d’action très bien orchestré et haletant, "13 HOURS" relate l’histoire vraie d’une attaque contre les États-Unis en Libye. Une attaque qui a vu la mort de l’ambassadeur Américain ainsi que de nombreux fervents et vaillants citoyens de celui-ci. Il n’y a pas beaucoup de termes pour décrire l’horreur de cet événement : un bain de sang, un combat vain et inutile, la mort pour la mort sans aucune cause valable ; juste l’envie de détruire. Voilà peut-être la meilleure façon de décrire cette attaque sanglante. Bay n’y va pas de main morte. Il n’hésite pas à montrer l’horreur de la situation à travers les blessures de ses protagonistes. L’image d’Oz avec le bras qui pend et lui qui « joue » avec en disant à Jack, ‘Regarde ! Comment ça peut tenir encore…’ ne quittera jamais mon esprit. Jusqu’au dernier moment, les protagonistes, mais aussi nous, les spectateurs, ne savons quelle issue aura ce combat. Dans leurs regards, nous voyons toute leur détresse, leur désarroi. Tous se demandent pourquoi ils sont ici loin des gens qu’ils aiment pour un combat qui n’est même pas le leur et qu’ils comprennent encore moins. C’est ce qui s’appelle mourir en vain. L’image de leurs familles leur permet de tenir mais l’adrénaline est telle et la peur de mourir omniprésente qu’ils n’ont pas l’occasion de se focaliser sur cela. C’est une fois l’adrénaline retombée et le sommeil se faisant sentir que leurs émotions refont surface.

CRITIQUE: "13 HOURS"CRITIQUE: "13 HOURS"
CRITIQUE: "13 HOURS"
CRITIQUE: "13 HOURS"CRITIQUE: "13 HOURS"

C’est une histoire vraie et par conséquent cet article ne pourra vous spoiler le dénouement. Il vous suffit de regarder sur internet pour savoir ce qu’ils sont devenus. Aujourd’hui, tous les survivants se sont reconvertis et ont fait le choix de vivre une vie paisible auprès de leurs familles. Leurs blessures marqueront leurs chairs à vie et les images enteront leurs nuits mais ce qu’il faut retenir c’est que la vie est toujours plus forte et que malgré tout elle vaut toujours la peine d’être vécue. Ils ont vu l’horreur devant leurs yeux mais aujourd’hui, bien que cet événement ne pourra jamais être oublié – tant ils ont frôlés la mort – les sourires de leurs enfants, l’amour dans les yeux de leurs femmes et les petites joies que la vie nous offre chaque jour font que le soleil brille à nouveau dans leur vie, leurs corps et leurs cœurs. 

Même si leur histoire est triste et cauchemardesque et que nous respectons l’enfer qu’ils ont vécu et leurs efforts pour s’en sortir, le film reste un peu long. En effet, il dure 2h30 et à notre avis, nous aurions pu nous passer d’une bonne trentaine de minutes. 

 

Note:  (3/5)

Courtesy of Paramount Pictures France

Partager cet article