Planète Cinéphile

Cette semaine

CRITIQUE: "BELGICA"

CRITIQUE: "BELGICA"

Synopsis : "Jo et Frank sont frères, et comme souvent dans les familles, ces deux-là sont très différents. Jo, célibataire et passionné de musique, vient d’ouvrir son propre bar à Gand, le Belgica. Frank, père de famille à la vie bien rangée et sans surprise, propose à Jo de le rejoindre pour l’aider à faire tourner son bar. Sous l'impulsion de ce duo de choc, le Belgica devient en quelques semaines the place to be…"

Sortie (France): 2 mars 2016

 

Critique:

Après "Alabama Monroe", César du meilleur film étranger en 2014, voici le tout dernier film de Felix Van Groeningen: "Belgica"(Tom Vermeir, Stef Aerts, Hélène De Vos), est sorti le 2 mars dernier, dans les salles. Servi par une très discrète promotion, ce nouveau film mérite pourtant toute notre attention.

Le réalisateur effectue, une nouvelle fois, une introspection personnelle et réintroduit les thèmes de la famille, et de la parentalité. En effet, les deux frères, composent eux-mêmes un seul personnage central à deux têtes, forme de Janus contemporain. Felix Van Groeningen aime soumettre ses personnages unis par un lien supérieur, à l'épreuve des aléas de la vie. Et malgré leurs différences, ils sont complémentaires. Signe majeur de leur unité, le réalisateur a spécialement voulu que l'un deux joue un handicap visuel, qui reflète parfaitement pourquoi les deux sont aussi liés.  Il y a un  réel intérêt pour les acteurs à interpréter leurs personnages, ils prennent du plaisir et cela se voit! L'un tourné vers un avenir complaisant et positif, et l'autre plus inconstant et imprévisible, plonge suffisamment loin dans les méandres de la fête et de l'alcool, pour que le beau projet utopique d'un "Belgica" ouvert à tous, sombre lui aussi... 

CRITIQUE: "BELGICA"

Les scènes de fête sont très réussies, et de fait le film répond parfaitement aux attentes d'un bon "party movie", qui entraîne le spectateur au coeur de l'action, devant une caméra tenue à l'épaule, et qui se faufile dans la foule, le tout servi par une mise en scène survitaminée, au rythme des beatboxes d'une bande-originale signée par le groupe pop électro "Soulwax". A noter cependant, qu'on a dû mal à comprendre pourquoi, il a fallu placer de longues minutes de concerts qui nuisent au rythme du film. En bref, "Belgica" c'est aussi une histoire sur la fin d'un idéalisme, et l'effondrement d'une liberté communautaire. Dans une Belgique, provinçiale, livide, pauvre, digne d'un "Germinal" à la Zola, les personnages veulent échapper à la morosité de leur quotidien, et plutôt que la mesure, choisissent la démesure, à s'en brûler les ailes... 

Le moteur de leur communauté c'est l'égalité dans la liberté, sauf que comme dit si bien le dicton, "la liberté des uns commence là où s'arrête celle des autres" et le bar "Belgica" doit vite revoir ses ambitions à la baisse... 

Note:  (4/5)

 

Courtesy of Pyramide Distribution

Partager cet article