Planète Cinéphile

Cette semaine

CRITIQUE: "MOONWALKERS"

CRITIQUE: "MOONWALKERS"

Synopsis: "Juillet 1969, Tom Kidman, l'un des meilleurs agents de la CIA de retour du Vietnam, est envoyé à Londres pour rencontrer Stanley Kubrick et le convaincre de filmer un faux alunissage au cas où la mission Apollo 11 échouerait. Kidman ne trouve pas Kubrick, mais il tombe sur Jonny, le manager raté d'un groupe de rock hippie. Tout les oppose, mais ils n’auront pas d’autre choix que de travailler ensemble, remplacer Kubrick, tromper la CIA, éviter les drogues hallucinogènes et sauver leur vie en montant la plus grosse supercherie de l’histoire."

Sortie (France): 2 mars 2016.

 

Critique:

Mais qu'est-ce donc que "Moonwalkers?" Personne (ou presque) n'en a entendu parler. Entre films à Oscars et blockbusters de super-héros il faut reconnaître que en ce moment les sorties sont plus attendues les unes que les autres et que certains films se font bien plus discrets. "Moonwalkers" en fait partie. C'est donc un film britannique réalisé par un petit français, Antoine Bardou-Jacquet avec à son casting l'anglais Rupert Grint (aka Ron Weasley dans "Harry Potter") et l'américain Ron Perlman, rien que ça. Si ce mélange vous intéresse attendez de voir l'affiche. Une typographie qui rappelle étrangement un certain "Orange Mécanique" sur un fond complètement psyché. Si ça fait vous fait pas deux raisons pour aller voir le film on ne sait pas ce qu'il vous faut.

CRITIQUE: "MOONWALKERS"

Voilà qu'on a piqué notre curiosité et on peut dire que l'ensemble est pour le moins très intéressant. Mais alors que vaut "Moonwalkers" ? Et bien c'est un pari réussi. Reprendre une théorie (qui n'a jamais était démentie) qui placerai les États-Unis comme la plus grosse puissance manipulatrice, au travers d'un duo angliche-american, Grint-Perlman, et bien cela fonctionne complètement. D'ailleurs le duo en question est aussi improbable que bon. Rupert Grint est en accord parfait avec l'époque et même bon acteur, et c'est un plaisir de voir à l'écran. (comparé à ses deux autres compagnons de "Harry Potter", il est le moins plébiscité). Ron Perlman ("Sons Of Anarchy", "Hellboy") colle totalement au personnage de l'ex-vétéran de guerre hanté par ses fantômes. On note également tous les seconds rôles, dont Robert Sheehan ("Misfits") en Kubrick plus souvent défoncé que clean et totalement crédible.

CRITIQUE: "MOONWALKERS"

Autre réussite du film: l'ambiance. Ah les seventies, cette douce période colorée où l'on nage entre les femmes nues et la consommation de drogues sans limites. Tous les éléments sonnent juste et l'ensemble est particulièrement cohérent. Entre les costumes, kitschs à souhait, plus flash les uns que les autres, et les décors directement sortis d'un clip des Beatles (ou d'une hallucination au LSD). Le côté drogues et autres substances illicites est bien travaillé, on aurait pu craindre un film qui baigne complètement dans la drogue où tout n'est qu'un énorme défonçage de crâne et où les acteurs surjouent plus les uns que les autres, or ce n'est pas le cas. Bref on évolue dans cette ambiance hippie en suivant les problèmes de Johnny, Rupert Grint (qui soit dit en passant porte très bien le col pelle à tarte) et on se laisse transporter par cet univers totalement psychédélique. Le tout sur une BO rock, folk entraînante.

Antoine Bardou-Jacquet signe donc ici un film assez efficace même si l'on notera tout de même quelques maladresses. En effet, on a pu noter quelques faux-raccords, changements de rythme trop secs ainsi que deux ou trois longueurs, mais on mettra tout ça sur le dos d'un premier essai et on gardera plutôt les diverses références et influences du film: Stanley Kubrick, Quentin Tarantino, Guy Ritchie, Matthew Vaughn...

CRITIQUE: "MOONWALKERS"

"Moonwalkers" est donc au final un film assez ingénieux qui malgré ses quelques maladresses est plein de bonnes idées. On est transporté dans un univers complètement délirant porté par un très bon duo. C'est original, inventif, surprenant, nouveau, frais, drôle et à voir en VO uniquement.

Note: (3,5/5)

 

Courtesy of Mars Distribution

Partager cet article