Planète Cinéphile

Cette semaine

CRITIQUE: "ROOM"

CRITIQUE: "ROOM"

Synopsis: "Jack, 5 ans, vit seul avec sa mère, Ma. Elle lui apprend à jouer, à rire et à comprendre le monde qui l’entoure. Un monde qui commence et s’arrête aux murs de leur chambre, où ils sont retenus prisonniers, le seul endroit que Jack ait jamais connu. L’amour de Ma pour Jack la pousse à tout risquer pour offrir à son fils une chance de s’échapper et de découvrir l’extérieur, une aventure à laquelle il n’était pas préparé."

Sortie (France): 9 Mars 2016

 

Critique:

Dur, voir un film sans nécessairement connaître l'histoire à parfois du bon et dans ce cas-ci c'est une bonne chose. Durant toute la première partie, on se demande bien se qu'il se passe pour que Jack et sa mère restent dans cette fameuse <pièce> et puis on comprend. Cela permet à nous en tant que spectateur de se mettre dans la peau de ce jeune homme nommé Jack et qui pense que cette pièce est le monde et du coup, c'est joliment décrit durant tout le long et on se surprend comme un enfant à imaginer ce monde avec lui. C'est à la fois un huit clos angoissant et mélancolique; cet enfermement est un mélange subtil qui nous met dans un cocon coupé du monde avec une question en plus que ces deux habitantes; que s'est t'il passé? Une fois sorti de l'abri le film prend une tout autre ampleur.

On voit la réaction d'un gamin qui ne connaît rien au monde extérieur et qui doit tout réapprendre. Le choc et comment ce dernier est géré, c'est sur quoi s'attarde cette deuxième partie du long-métrage. Un passage difficile pour ces deux personnes qui ont été coupées du monde pendant 7 ans! La mère, Joy n'est pas en reste puisqu'elle non plus ne sait pas comment réagir face à des proches qu'elle n'a pas fréquentés depuis des années. La liberté demande un apprentissage pour ces deux victimes.

CRITIQUE: &quot;ROOM&quot;CRITIQUE: &quot;ROOM&quot;

Ce long-métrage a deux facettes et on le voit bien, car dans les deux parties bien distinctes l'ambiance change; dans la pièce, on est dans du bleu très froid et une fois chez les grands-parents, on bascule dans des teintes plus jaunes et donc plus chaleureuses. L'histoire a de quoi être rude. Le petit qui joue Jack, Jacob Tremblay, est boulversant par sa justesse et l'émotion qu'il dégage, il permet de faire passer ce calvaire plus facilement que cela soit à nous ou à sa mère et dans son jeu tout prend sens. Les autres acteurs sont tous bons, mais mention spéciale à Brie Larson qui a remporté l'Oscar de la meilleure actrice ne l'a pas volée. Même si elle est plus en retrait que son fils dans le film, Brie par son jeu de mère dépressive qui peut craquer à tout moment est elle aussi, dans un registre très dur et s'en sort très bien. 

Les seuls vrais petits points négatifs sont la réaction de l'entourage qui à notre goût n'est pas assez exploitée et quelques longueurs à gauche à droite. Si l'on écarte ses petits défauts "Room" est un film-choc qui pose de bonnes questions et qu'il faut voir pour prendre conscience de ce fait. 

Note:  (3,5/5)

 

 

Courtesy of Universal Pictures International France

Partager cet article