Planète Cinéphile

Cette semaine

GRAND ANGLE... GEORGE LUCAS

GRAND ANGLE... GEORGE LUCAS

Peu sont ceux qui peuvent prétendre avoir changé le cours de l'industrie cinématographique, Steven Spielberg a remis au goût du jour les blockbusters avec son "Les Dents De La Mer" (cela sera peut-être pour une prochaine fois...) et notre homme du jour; celui qui en un film a réussi à marquer de son empreinte au fer rouge ce média avec un petit film "Star Wars". George Lucas est né le 14 mai 1941, à Modesto en Californie, il est parenté à Mr. Marlon Brando par son père, si c'est pas la classe... Il rêve d'être pilote, mais à ses dix-huit printemps un accident brise ses espoirs. Il s'intéresse à des réalisateurs de la nouvelle vague comme Truffaut ou Godard et même Fellini; il décide de suivre des cours d'audio-visuel à Los Angeles et c'est là que débute notre histoire.

Beaucoup le considèrent comme un génie. Nous allons décortiquer toute son oeuvre pour voir si c'est le cas. George réalise quelques courts-métrages et l'un d'eux "THX1138 4EB" va faire l'objet d'un long-métrage intitulé sobrement "THX1138". Et oui on enlève 3 caractères et hop un film ! L'histoire de science-fiction se passe dans un futur dystopique ultra contrôlé qui ressemble plus à une fourmilière qu'a une société humaine. Ce qui frappe dès le départ, c'est le soin apporté à l'univers. Ils sont tous sont chauves et il y a plusieurs grades; chacun à sa propre apparence et une fonction bien précise dans ce microcosme. Un fonctionnaire dénommé THX1138 va être pris sur le vif copulant avec une femme, ce qui est interdit dans cette société. Il va donc être mis en quarantaine et il va tout faire pour s'en échapper.

Ce que l'on peut déjà constater, c'est la précision visuelle et sonore du film, même si l'histoire est assez basique, l'atmosphère est riche et l'un des aspects importants de Lucas est déjà présent: l'anarchie dans un monde quadrillé. Ce "THX1138" est une ébauche de Star Wars dans un sens, alors certes, pas tout, cela dit certains éléments sont déjà implémentés et ils y seront décuplés dans la saga. 

GRAND ANGLE... GEORGE LUCASGRAND ANGLE... GEORGE LUCAS

Comment ne pas parler de Francis Ford Coppola sans qui rien ne serait possible. Francis et George ont fondé une société de production: American Zoetrope. Un studio indépendant qui signe un accord avec Warner Bros. et le premier long-métrage n'est autre que "THX1138" oui encore lui, les premiers films sont très importants pour comprendre un réalisateur; ils sont l'ébauche de tous leurs projets. Le film n'est cependant pas convenable pour Warner qui décide de le remonter pour pouvoir enfin le sortir. Après ça, Lucas va créer sa propre boîte de production Lucasfilms. Son second long sera "American Graffiti" celui-ci dépeint la nuit de la jeune génération des années 50-60. Au programme; drague et course de voitures. Là aussi, on peut y voir une forme de rébellion avec ses adolescents qui prennent le pouvoir durant la nuit pour vivre leurs propres aventures.

Le film a son petit succès outre-Atlantique et rafle plusieurs récompenses aux Golden Globes et aux Oscars. Dans le film, on peut apercevoir un tout jeune Harrison Ford qui va refaire parler de lui dans les années suivantes (Han Solo et Indiana Jones) chuuut, il n'est pas si connu.

Bon allez, on attaque un gros morceau, Star Wars !

C'est après le succès de son deuxième film que Georges planche sur un nouveau projet mêlant science-fiction et mythologie, on parle bien évidemment de "Star Wars", il frappe à la porte de plusieurs studios, mais c'est la 20th Century Fox qui accepte et alloue un budget de 8 millions de dollars. Pourquoi commencer par le IV? Tout simplement parce que l'idée derrière Star Wars était si ambitieuse que Lucas commence par le plus divertissant et le plus facile à mettre en scène. En cas de succès, on peut toujours élargir l'univers avant et après cet épisode. L'accueil colossal de ce premier (ou quatrième...) volet explose les compteurs et devient le plus gros succès au box-office à l'époque. C'est tout naturellement que la mise en chantier de la suite peut voir le jour, enfin de beaux jours. Un tel phénomène a pris des proportions tellement folles que la force de "Star Wars" est transgénérationnelle. Jamais on n'a vu une licence être si populaire quel que soit l'âge et qui rassemble autant. Une popularité planétaire qui surplombe n'importe quelle franchise cinématographique ou culturelle. 

GRAND ANGLE... GEORGE LUCASGRAND ANGLE... GEORGE LUCAS

Jamais au grand jamais, un univers fictif n'a été tant plébiscité partout à travers le monde. Que l'on soit fan ou non de Star Wars tout le monde connaît la saga et personne ne peut nier ce succès démesuré, on ne reviendra pas en détail dessus, d'autres en parlent mieux que nous. Parlons plutôt de la production de Lucas et l'influence de celle-ci dans l'industrie. Car oui là aussi il est allé mettre sa pierre à l'édifice. Si l'on vous dit "Indiana Jones" ou "Willow" (oui ce dernier est moins connu par la jeune génération) vous connaissez forcément et bien, c'est Lucasfilms derrière. Spielberg et Lucas sont devenus amis et Steven voulait à l'époque (1977) réaliser un James Bond, c'est George qui lui soumet l'idée de faire Indiana. Steven Spielberg séduit, il n'hésite pas une seule seconde et l'on connaît la suite. 3 volets d'anthologie et un 4e quoi? non il n'existe pas! 

D'autre part LucasArts a sorti de nombreux jeux durant les années 90 qui sont tous devenus des classiques du genre comme "Monkey Island" et bien d'autres. Une corde de plus à l'arc de cet homme ! 

On vous a menti, revenons un peu à Star Wars pour la dernière fois; c'est un rêve de gosse sur grand écran, il s'est inspiré ici et là pour créer son oeuvre même si certains lui reprochent la réalisation des épisodes 1, 2 et 3, ils apportent une dimension politique qui permet d'encrer encore plus l'univers dans sa réalité. Une qualité dont peu de productions peuvent se targuer, car réussir à instaurer sa propre crédibilité à son monde, c'est du génie. Alors oui ils sont critiquables sur pas mal d'aspects et les effets spéciaux ont mal vieillis, mais cela n'empêche pas qu'à eux trois, ils offrent une vision plus profonde de l'oeuvre Star Wars. Par rapport à ses 2 premiers films c'est légitime, puisque l'ordre établi dans la prélogie permet l'anarchie dans les suivants et c'était déjà le cas dans "THX1138" ou "American Graffiti".

La puissance du marketing n'étant pas loin, Star Wars a vu bon nombre d'objets dérivés, à tort ou à raison pour le plus grand bonheur des fans, pour n'en citer qu'un; les Ewoks font partie de cette stratégie. Introduire, ces peluches (oui, on les appellent) était un moyen de faire recette. Bref, le merchandising est immense là aussi c'est un raz-de-marée; pas un jour sans que l'on parle pas de Star Wars. Cela en devient presque gênant pour les gens qui ne sont pas particulièrement fans, mais tout le monde apprécie de près ou de loin cette galaxie lointaine, très lointaine...

GRAND ANGLE... GEORGE LUCASGRAND ANGLE... GEORGE LUCAS
GRAND ANGLE... GEORGE LUCAS

Le plus fort dans l'histoire, c'est que Lucas est le premier à avoir créé une oeuvre qui se passe de la littérature, alors oui il s'en est inspiré, mais n'empêche que la saga Star Wars est totalement pensée pour le cinéma et non une adaptation. L'on ne peut que saluer le travail titanesque qu'a effectué George, car imaginer un univers, c'est une chose, mais le garder en vie pendant plus de 30 ans avec une telle attente pour chaque épisode, c'est du jamais vu.

Un homme qui en peu de productions et de réalisations a su laisser son héritage au cinéma, car oui c'est bien de cela dont il est question. La cohérence de sa saga culte qui est une des raisons du succès est rentrée en si peu de temps dans la pop culture, et avec le rachat de Disney en 2013 c'est parti pour durer. "Star Wars: Le Réveil De La Force" qui est sorti en 2015 est dans cette optique d'hommage et de continuité. George Lucas était au bon moment au bon endroit, il fait partie de cette génération qui a vu des Coppola ("Le Parrain"), Scorsese ("Taxi Driver"), Spielberg ("Indiana Jones" ) ou encore Zemeckis ("Retour Vers Le Futur") qui lui est arrivé juste après. Une révolution à Hollywood qui a changé le cours de l'histoire. Que cela soit avec le label THX, la société d'effets spéciaux Industrial Light & Magic, Lucasfilms ou encore LucasArts, et il a même mis son nez dans les débuts de Pixar; autant de domaines qui encore aujourd'hui sont une référence au cinéma ou dans les jeux vidéo. 

Voilà ce qui définit à notre humble avis un homme comme George Lucas, un visionnaire qui a su réaliser ses ambitions et imposer son univers; un auteur parmi les auteurs qui tire son épingle du jeu par sa singularité. Être fan ou non de Star Wars ce n'est pas être Lucas addict, il faut aller plus loin pour comprendre la réussite fulgurante de George. Une réussite à l'américaine qui peut facilement être comparée à Walt Disney pour ce qu'il a conçu et apporté au monde.

 

Courtesy of LucasFilms, LucasArts, THX, Industrial Light&Magic, Pixar, Disney, Warners Bros.

Partager cet article