Planète Cinéphile

Cette semaine

@ L'AFFICHE, 9 MARS 2016

@ L'AFFICHE, 9 MARS 2016

Nouvelle programmation cette semaine chers cinéphiles : notre équipe a vu la ballade new-yorkaise "Brooklyn", qui sort au même moment que le nouvel épisode de la saga "Divergente". Enfin, le talentueux réalisateur Hou Hsiao-Hsien, déjà multi-récompensé, soumets, enfin, son film "The Assassin" au regard du public, après en avoir reçu le prix de la mise en scène à Cannes en 2015.

 

Cette semaine sort le film de Hou Hsiao-hsien "The assassin". Le réalisateur a récolté les moissons de ses recherches sur les "chuanqi", ces nouvelles médiévales chinoises, en obtenant le prix de la mise en scène à Cannes en 2015. Le film est à l'image de cette littérature : noire et mystique, mais spirituelle. Il mérite bien la réputation qui le précède, l'image en est simplement bluffante d'esthétisme, et de mécanique à travers ces longs plan-séquences qui perçent les branches des forêts derrière lesquelles se jouent des drames néo-historiques... (voir la critique ici).

Cette semaine sort le nouvel opus de la saga "Divergente" réalisé par Robert Schwentke (Shailene Woodley, Theo James, Jeff Daniels). Tris vit dans un monde post-apocalyptique où la société est divisée en cinq clans (Audacieux, Érudits, Altruistes, Sincères, Fraternels). À 16 ans, elle doit choisir son appartenance pour le reste de sa vie. Cas rarissime, son test d’aptitude n’est pas concluant : elle est Divergente. Les Divergents sont des individus rares n’appartenant à aucun clan et sont traqués par le gouvernement. Dissimulant son secret, Tris intègre l’univers brutal des Audacieux dont l’entraînement est basé sur la maîtrise de nos peurs les plus intimes.

Notre équipe a également vu "Brooklyn" un film sans surprise mais réussi sur l'intégration et la question de l'immigration. Dans les années 50, attirée par la promesse d'un avenir meilleur, la jeune Eilis Lacey quitte son Irlande natale et sa famille pour tenter sa chance de l'autre côté de l'Atlantique direction : New York. Sa rencontre avec un jeune homme lui fait vite oublier le mal du pays... Mais lorsque son passé vient troubler son nouveau bonheur, Eilis se retrouve  entre deux pays... et entre deux hommes (voir notre critique ici).

Dans "Seul contre tous" de Peter Landesman, Will Smith affronte une ligue de football américain, et se mets dans la peau d'un neuropathologiste nigérian. Pas très convaincant ceci dit, puisque le film est assez inégal (Alec Baldwin, Albert Brooks). Le Dr Bennet Omalu, un neuropathologiste de médecine légale, a mené un combat digne de David contre Goliath : il fut le premier à découvrir l’encéphalopathie traumatique chronique, une affection cérébrale liée à la pratique du sport chez les joueurs professionnels, et s’est démené pour révéler son existence contre ceux que cela gênait. La croisade d’Omalu l’opposa dangereusement à l’une des institutions les plus puissantes du monde…

On termine avec "Lettres au père Jacob", de Klaus Härö (Kaarina Hazard, Jukka Keinonen). Condamnée à perpétuité pour meurtre, Leila est mystérieusement libérée après seulement douze ans. Envoyée auprès d’un vieux prêtre aveugle et isolé pour être sa nouvelle assistante, elle devra répondre à l’abondant courrier qu’il reçoit chaque jour. Indifférente à tout cela, Leila va tenter de profiter de la cécité de son hôte…Selon Klaus, le thème principal de son film est la faiblesse humaine, le film soulevant de nombreuses questions comme celle-ci : que devenons-nous lors de nos moments de faiblesses, lorsque nous ne sommes pas suffisamment forts ? Bonne semaine à tous!

 

Courtesy of Saje Distribution, Sony Pictures Releasing France, Ad Vitam, Twentieth Century Fox France, SND

Partager cet article