Planète Cinéphile

Cette semaine

CRITIQUE: "BOULEVARD"

CRITIQUE: "BOULEVARD"

Synopsis: "Si Nolan et sa femme Joy vivent sous le même toit, ils font chambre à part depuis longtemps. Employé de banque modèle, Nolan affiche pourtant un air absent et se montre insensible à une promotion. Rien ne semble pouvoir combler le vide de son existence. Un soir, alors qu'il circule le long d'une avenue déserte, il fait la rencontre de Léo, jeune homme écorché. Rattrapant le temps perdu, Nolan retrouve un nouveau sens à sa vie et décide enfin de ne plus se mentir..."

Sortie (France): 18 Mai 2016

 

Critique:

Quand un homme se cache toute sa vie, la décision de changer est radicale. C'est ce que tente maladroitement Nolan qui après des années à jouer la comédie pour que tout le monde soit content. Il veut enfin assumer sa sexualité. Le jeu du regretté Robin Williams est magistral, toujours dans la délicatesse, il joue ce personnage avec ses failles et l'on a de l'empathie pour lui. C'est lui qui mène la danse et c'est lui qui impressionne le plus. La justesse de sa performance est encore une dernière fois à saluer. Bob Ondenkirk aka Saul dans "Better Call Saul" incarne ici un rôle bien différent de celui de la série dont il est le héros. Une fois n'est pas coutume, il démontre sa vaste palette d'acteur. Car à côté l'histoire, elle n'avance pas vraiment et on se demande comment il va poursuivre cette liaison étrange avec cet homme. Nolan ne prend aucune décision radicale et donc le film a beaucoup de moment flottant où le doute s'installe aussi bien chez le personnage principal, que chez le spectateur. 

CRITIQUE: "BOULEVARD"
CRITIQUE: "BOULEVARD"
CRITIQUE: "BOULEVARD"

Sa femme Joy ne semble pas plus surprise que cela et même si elle est sous le choc, la réaction reste assez minime. Le film démarre avec une intrigue qui semble assez plan plan, mais au final, il va dans une direction que l'on ne voyait pas forcément venir et rien que pour cela, il interpelle. La mise en scène est très, mais alors très classique tout en restant efficace dans ce qu'elle raconte. Le film se laisse voir sans réellement bouleverser, heureusement que Robbin est là! C'est à l'image de son protagoniste discret, mais régulier. Fait assez étonnant, c'est la longueur du long-métrage, il est court par rapport aux productions actuelles et donc tout est condensé en 1H24 et bon, il faut le dire, c'est pas génial. On voit défiler cette histoire sans saveur qui ne prend pas de risque. Les acteurs sauvent un peu la mise. 

Encore une fois, on est ébailli par Robin Williams qui avait une profondeur dans son regard et dans son incarnation qui touchait n'importe qui. Peut-être est-ce parce que l'on a grandi avec lui, mais il est important d'insister, car ce n'était ni plus ni moins que l'un des meilleurs acteurs de sa génération. 

Note:  (3/5)

 

Courtesy of Zelig Films Distribution

Partager cet article