Planète Cinéphile

Cette semaine

CRITIQUE: "MAL DE PIERRES" QUAND LE CINÉMA D'AUTEUR EST ENNUYEUX

CRITIQUE: "MAL DE PIERRES" QUAND LE CINÉMA D'AUTEUR EST ENNUYEUX

Synopsis: "Gabrielle a grandi dans la petite bourgeoisie agricole où son rêve d’une passion absolue fait scandale. A une époque où l’on destine d’abord les femmes au mariage, elle dérange, on la croit folle. Ses parents la donnent à José, un ouvrier saisonnier, chargé de faire d’elle une femme respectable. Gabrielle dit ne pas l’aimer, se voit enterrée vivante.
Lorsqu’on l’envoie en cure thermale pour soigner ses calculs rénaux, son mal de pierres, un lieutenant blessé dans la guerre d’Indochine, André Sauvage, fait renaître en elle cette urgence d’aimer. Ils fuiront ensemble, elle se le jure, et il semble répondre à son désir. Cette fois on ne lui prendra pas ce qu’elle nomme « la chose principale ». Gabrielle veut aller au bout de son rêve.
"

Sortie (France) 19 Octobre 2016

 

Critique:

Marion Cotilard, elle est souvent critiquée, mais elle reste une bonne actrice tout de même. Oscarisée pour son rôle de Piaf dans "La Môme" elle est à l'affiche du "Mal des Pierres" tiré d'un bouquin du même nom.  Le film est construit comme un gros flash-back pour une révélation en fin de film qui doit normalement surprendre son spectateur pour qu'au final, il ne se sente pas lésé. Malheureusement, cela n'a pas du tout fonctionné avec nous et l'on va vous expliquer pourquoi. 

Connaissant la structure narrative du long-métrage tout ce qui est raconté est censé nous en apprendre plus sur cette femme. C'est laborieux et long. De mémoire, on n'a pas vu de film aussi lent cette année, tant cela fut un combat pour s'accrocher au récit. Les acteurs sont tous bons pourtant, mais tout semble lourd et tellement sérieux que l'on se sent très vite exclu de cette histoire. Á noter que l'apparition du personnage de Louis Garrel insuffle une bouffée d'air frais. Le protagoniste nous est décrit comme fou, mais rien dans le jeu de Marion Cotillard (à part au début) ne nous laisse croire que la folie est au coeur du récit. Certes, la fin va dans ce sens, mais il faut être courageux pour avoir la récompense. Tout est censé être vu avec un second degré de lecture, mais c'est difficile dans ce cas-ci.  

Ne pas comprendre où veut en venir le long-métrage réduit considérablement l'investissement critique qu'il nous est demandé. Non pas que nous n'aillions pas les clés, mais le discours proposé n'est pas pertinent, car il n'arrive pas à capter l'attention qu'il exige. Du côté de la réalisation; c'est classique! Aucune fulgurance ou encore d'idées ingénieuses dans la mise en scène. C'est simple et c'est peut-être là que le récit aurait dû jouer pour que l'on s'intéresse à lui. C'est sûrement une question générationnelle, mais pour le coup, on ne peut être réellement objectif, car le film ne nous a pas parlé sur ses 2h!

 

CRITIQUE: "MAL DE PIERRES" QUAND LE CINÉMA D'AUTEUR EST ENNUYEUX CRITIQUE: "MAL DE PIERRES" QUAND LE CINÉMA D'AUTEUR EST ENNUYEUX
CRITIQUE: "MAL DE PIERRES" QUAND LE CINÉMA D'AUTEUR EST ENNUYEUX

Télérama le qualifie de réussi et Yan Moix dans l'émission, On n'est pas couché a survendu le film face à la réalisatrice comme un chef-d'oeuvre déjà culte. NON, c'est un cinéma d'auteur chiant qui va en lasser plus d'un. Le cinéma Français regorge de talent et "Mal De Pierre" n'est clairement pas dans notre coeur. On n'est pas la cible.

Note: 2/5 

 

Courtesy of Studio canal

Partager cet article