Planète Cinéphile

Cette semaine

CRITIQUE: "ARÈS" AUX ARMES, CITOYENS !

CRITIQUE: "ARÈS" AUX ARMES, CITOYENS !

Synopsis: "Dans un futur proche, la France est dévastée par la pauvreté, comptant une dizaine de millions de chômeurs. Face à la situation du pays, la population se divise entre la révolte et la résignation. Au sein de ce chaos sont organisés de violents combats télévisés, où les différents combattants se dopent en toute légalité. Reda (Ola Rapace) autrement appelé"Arès" parmi les participants, n’est alors que l’un des hommes de main de la Police. Mais lorsque sa soeur se fait arrêter, celui-ci va tout mettre en oeuvre afin de protéger ses nièces."

Sortie (France) : 23 novembre 2016

 

Critique:

Cette histoire semble plutôt "simple" au premier abord, mais part d’une simple question : que se passerait-il si la France devenait un pays économiquement pauvre ? Il est ici question de rachat de la dette publique par des groupes privés, dont les retombées sont chaotiques pour la population : face à l’importance de l’Argent, la Loi et l’éthique n’existent plus ! Avec une pauvreté grandissante, la société implose entre les manifestants et les personnes complètement désespérées.

CRITIQUE: "ARÈS" AUX ARMES, CITOYENS !

Si le thème du "Capitalisme et ses dérives morales" n’est pas quelque chose de nouveau au Cinéma, il est évident que ce scénario fait terriblement écho aux faillites économiques de certains pays. En constatant l’importance de cette crise financière et ses conséquences sur les populations, Jean-Patrick Benes (le réalisateur) s’est tout simplement demandé : "Et si la France s’était complètement effondrée, que deviendrait notre société ?". Ce parallèle avec l’actualité est une des forces de ce long-métrage ! Ce scénario peut à la fois être considéré comme une histoire classique du "capitalisme contre le peuple" mais aussi et surtout comme un miroir (sur certains points) de ce qui est arrivé ou aurait pu se produire depuis la crise économique de 2007.

Si l’histoire est intéressante, l’ambiance chaotique de ce Paris hypothétique est également très efficace ! En effet "Arès" est un film plutôt sombre, visuellement : cela contribue à cette volonté d’immerger le spectateur au sein de cette population désordonnée, en perte de repères. Nous pouvons voir certains quartiers de la capitale totalement délabrée, montrant avec un sens prononcé du détail, la pauvreté de la situation. La réalisation participe grandement à cette immersion et cette impression de chaos : par exemple, le réalisateur a réellement filmé des manifestations durant le repérage de lieux de tournage (modifiées ensuite par effets-spéciaux) rendant certaines scènes véritablement authentiques !

CRITIQUE: "ARÈS" AUX ARMES, CITOYENS !

L’impression chaotique et injuste de cette société se traduit notamment par la violence : l’existence de combats télévisés où le dopage est parfaitement légal, en est un très bon exemple ! La médiatisation de ces affrontements est une représentation évidente des jeux de la Rome antique : tout ceci est organisé afin de permettre au peuple de réfréner sa violence, en l’exprimant au travers des combattants. Pour le spectateur, le travail apporté au son durant ces scènes de combats est essentiel : l’impact des coups est mis en avant et cela rend les confrontations très efficaces ! La manière de filmer l’action est également percutante. Cela dit, l’interdiction aux moins de 12 ans est ici pleinement justifiée car rien n’est vraiment caché…

Malheureusement, toutes ces bonnes idées sont un peu gâchées par une histoire trop classique, aux rebondissements prévisibles. Hormis le parallèle avec notre actualité, il n’y a aucune surprise dans ce scénario ! Tous les personnages sont ce qu’ils paraissent : le personnage louche est un meurtrier, le responsable financier est amoral, le rebelle est irréprochable… Il n’y a pas de nuances scénaristiques car ce qu’imagine le spectateur arrivera obligatoirement. Sur la surface, le scénario est véritablement cliché et déjà-vu. Toutefois, dès que le spectateur accepte cet état de fait, il peut s’apercevoir que les différents acteurs sont appréciables chacun dans leur rôle : Ola Rapace interprète un ancien combattant plutôt charismatique, Eva Lallier est une jeune rebelle intrépide et Micha Lescot apporte un humour non-négligeable.

CRITIQUE: "ARÈS" AUX ARMES, CITOYENS !

En somme, "Arès" n'est pas un film vraiment révolutionnaire : l'histoire est classique, les rebondissements sont attendus et les personnages un peu clichés. Toutefois, il détonne par sa réalisation, son ambiance et son dynamisme : une petite bouffée d'air frais pour le cinéma de science-fiction français, qui n'est encore que trop rare dans nos salles !

Note:  (3/5)

 

Courtesy of Gaumont Distribution

Partager cet article