Planète Cinéphile

Cette semaine

CRITIQUE: "LES ANIMAUX FANTASTIQUES" LA CHASSE AUX MONSTRES EST OUVERTE

CRITIQUE: "LES ANIMAUX FANTASTIQUES" LA CHASSE AUX MONSTRES EST OUVERTE
Synopsis:
"New York, 1926. Le monde des sorciers est en grand danger. Une force mystérieuse sème le chaos dans les rues de la ville : la communauté des sorciers risque désormais d'être à la merci des Fidèles de Salem, groupuscule fanatique des Non-Maj’ (version américaine du "Moldu") déterminé à les anéantir. Quant au redoutable sorcier Gellert Grindelwald, après avoir fait des ravages en Europe, il a disparu… et demeure introuvable. 
Ignorant tout de ce conflit qui couve, Norbert Dragonneau débarque à New York au terme d'un périple à travers le monde : il a répertorié un bestiaire extraordinaire de créatures fantastiques dont certaines sont dissimulées dans les recoins magiques de sa sacoche en cuir – en apparence – banale. Mais quand Jacob Kowalski, Non-Maj’ qui ne se doute de rien, libère accidentellement quelques créatures dans les rues de la ville, la catastrophe est imminente. Il s'agit d'une violation manifeste du Code International du Secret Magique dont se saisit l'ancienne Auror Tina Goldstein pour récupérer son poste d'enquêtrice. Et la situation s'aggrave encore lorsque Percival Graves, énigmatique directeur de la Sécurité du MACUSA (Congrès Magique des États-Unis d'Amérique), se met à soupçonner Norbert… et Tina. 
Norbert, Tina et sa sœur Queenie, accompagnés de leur nouvel ami Non-Maj’ Jacob, unissent leurs forces pour retrouver les créatures disséminées dans la nature avant qu'il ne leur arrive malheur. Mais nos quatre héros involontaires, dorénavant considérés comme fugitifs, doivent surmonter des obstacles bien plus importants qu’ils n’ont jamais imaginé. Car ils s'apprêtent à affronter des forces des ténèbres qui risquent bien de déclencher une guerre entre les Non-Maj’ et le monde des sorciers.
"
Sortie (France): 16 novembre 2016
Critique
Trop long ce synopsis non? On a notre candidat du côté d'HP en ce mois de novembre 2016 . Il s'inscrit donc dans la mode des préquelles, spin-off et autres prolongations d'univers. Harry Potter est indéniablement LA saga qui a marqué la génération 90-2000. "Les Animaux Fantastiques"  s'inscrit dans la lignée de son aîné tout en étant contemporain de ses compères.  
C'est avec une joie non dissimulée que l'on retrouve l'esthétique des derniers volets de la saga HP où la magie est constamment visible à l'écran. La ville de New York change bien évidemment de Londres tout en gardant ce côté victorien très marqué, so British. La bande originale n'est pas mémorable ne nous voilons pas la face. Le thème principal d'Harry Potter se laisse entendre à de très rares occasions, mais à aucun moment une autre mélodie marquante ne prend le dessus. Ce sont plus des musiques de situation qu'un bon gros son qui porte le film. D'autre part, la réalisation va dans ce sens, c'est aussi spectaculaire que les autres films réalisés par David Yates avec beaucoup plus de 3D (mieux incorporé) sans réelle rupture, on reste dans la continuité. C'est récurrent dans ce genre l'univers étendu. Á l'instar de "Star Wars: Le Réveil De La Force" on garde ce qui a fait le succès, tout en changeant de lieux. 
CRITIQUE: "LES ANIMAUX FANTASTIQUES" LA CHASSE AUX MONSTRES EST OUVERTE
CRITIQUE: "LES ANIMAUX FANTASTIQUES" LA CHASSE AUX MONSTRES EST OUVERTE
CRITIQUE: "LES ANIMAUX FANTASTIQUES" LA CHASSE AUX MONSTRES EST OUVERTE

Ce qui est le plus original reste sans aucun doute le scénario. J.K. Rowling la maman d'Harry est aux commandes et cela se voit dans la farandole de personnages qui ont tous leur personnalité ou encore dans les décors, ça fourmille de détails et de références à l'univers d'Harry Potter. On reste dans la même ambiance, mais avec un sentiment de nouveauté. L'histoire dénote assez de la quête de Harry Potter, car ici il n'est pas question d'enfant surpuissant voulant tuer sa plus grande peur (no spoil), mais d'une chasse aux monstres. Norbert Dragonneau est à la recherche de ses bêbêtes qui se sont égarées dans New York. C'est bien plus fantastique que magique pour le coup! Il y a une seconde intrigue plus classique, elle prépare les autres films et elle est quand même en dessous de celle avec les animaux, plus classique et mise en filigrane.

Le quatuor que l'on suit est plaisant et pas cliché pour une fois. Le non-maj, enfin le moldus Jacob Kowalski, reflète le spectateur qui découvre ce monde à travers les yeux de ce personnage. Il est un peu benêt et maladroit ce qui le rend sympathique, il a un air évident de Laurel et Hardy qui fonctionne bien. Les deux soeurs sont complémentaire, une forte et l'autre plus sensuelle. Pour finir notre gars; Norbert Dragonneau est moins niait que le pouvait être Harry plus vieux. Une belle équipe qui promet un bel avenir à cette nouvelle franchise. Le monde dans le monde (pour ceux qui ont vu) est fantastique et l'on est comme des enfants, émerveiller par tant de féerie à l'écran. Les Fans de la première heure vont y trouver ce qui faisait le sel des 8 volets précédents avec une approche un peu différente. On ne mentionne pas la seconde intrigue qui réserve (ou non) son lot de surprises.

Pour finir, revenons un peu la polémique Jhonny Deep, il est, certes, prévu qu'il soit dans les suites, mais à aucun moment cet élément perturbe la qualité du film donc S.V.P ne prêtez pas attention à ces idioties. C'est un bon film pour qui aime Harry Potter, mais qui a ses limites. 

 

Note:   (4/5)

 

Courtesy of Warner Bros. France

Partager cet article