Planète Cinéphile

Cette semaine

CRITIQUE: “ASSASSIN’S CREED” OU UNE RÉUSSITE INCOMPRISE !

CRITIQUE: “ASSASSIN’S CREED” OU UNE RÉUSSITE INCOMPRISE !

Synopsis: Grâce à une technologie révolutionnaire qui libère la mémoire génétique, Callum Lynch revit les aventures de son ancêtre Aguilar, dans l’Espagne du XVe siècle.  Alors que Callum découvre qu’il est issu d’une mystérieuse société secrète, les Assassins, il va assimiler les compétences dont il aura besoin pour affronter, dans le temps présent, une autre redoutable organisation : l’Ordre des Templiers.”

 

Sortie (France): 21 décembre 2016

 

 

Critique:


Le scénario de ce film est à peu de choses près, le reflet du premier jeu-vidéo : cela dit, il diffère dans le suivi de son histoire par le spectateur. Les joueurs ont découvert cet univers en 2007, au travers le personnage de Desmond (Callum, dans le film) qui revivait le destin de son ancêtre Assassin Altaïr (l’équivalent d’Aguilar). Il s’agit de ce dernier qui était le centre de cette expérience vidéoludique : les séquences dans le passé correspondait à 80 % du jeu-vidéo, alors que les séquences modernes ne représentaient que des “pauses scénaristiques”. En effet, au niveau du Gameplay et de l’immersion du joueur, il était logique que le scénario se concentre en grande majorité sur l’histoire de l’Assassin Altaïr. Si le conflit entre Templiers et Assassins était plutôt bien abordé, beaucoup de questions restaient en suspens : qui était Desmond ? Quels étaient les dangers de l’Animus ? Quand-on y réfléchit finalement, l’univers de la saga “Assassin’s Creed” n’était pas pleinement présenté par ce premier jeu… Concernant cet aspect, le film surpasse son aîné !

CRITIQUE: “ASSASSIN’S CREED” OU UNE RÉUSSITE INCOMPRISE !

Cette fois-ci, l’Assassin n’est pas l’objet principale du film, mais plutôt son descendant. Le spectateur découvre en même temps que le personnage de Callum les tenants et aboutissants de cet univers ! L’image de la saga vidéoludique auprès du grand public se résume souvent à “un Assassin dans le passé qui tue de méchants Templiers, en courant sur les toits”. Ce n’est absolument pas une critique gratuite du genre “Oh ils ont rien compris, les nuls !” car les développeurs des jeux eux-mêmes, se sont uniquement concentrés sur l’histoire passée dans les derniers épisodes sortis à ce jour. Le film “Assassin’s Creed” est un retour à ce qui fait l’intérêt même de cette saga : l'interaction entre le Présent et le Passé ! Cela n’aurait aucun sens de privilégier les évènements de l’Inquisition espagnole par rapport à ceux de l’époque moderne (ou inversement). Ces deux aspects sont complémentaires afin de présenter tous les éléments de cette histoire !
Si deux ou trois éléments peuvent être en contradiction avec la logique du scénario, cela ne dérange en rien la compréhension de l’ensemble. Plusieurs critiques dénoncent la “débilité” de pouvoir revivre la vie d’un ancêtre à l’aide de notre “mémoire génétique”, en proclamant haut et fort que tout ceci n’a aucun sens : oui c’est vrai, dans notre réalité, ce principe n’est pas possible. Mais ces personnes auraient-elles oublié ce que l’on appelle “la suspension d’incrédulité” ? il s’agit d’une sorte de pacte invisible, qui se noue entre le scénariste et le public, en établissant dès le début de l’histoire, les règles d’un univers.

CRITIQUE: “ASSASSIN’S CREED” OU UNE RÉUSSITE INCOMPRISE !

Cette notion implique que le public accepte des événements et des situations fausses ou impossibles. Si cela est établi, le seul véritable non-sens serait que le scénario du film entre en opposition avec ses propres règles. Dans le cas où un spectateur n’accepte pas la logique du film, ce n’est en aucun cas la faute du scénario et cela ne peut être imputé à la qualité du long-métrage : si une personne n’aime pas cette idée de scénario, ce n’est pas grave, il ne faut juste pas discréditer un film en se basant uniquement sur ses goûts personnels. Or “Assassin’s Creed” respecte pleinement son univers, en ne trahissant jamais ses principes scénaristiques !
Cela étant dit, qu’en est-il de la réalisation de ce film : que ce soit au niveau du rythme de la narration et de la lisibilité des scènes d’action ? Selon la majorité des critiques, tout ce qui se passe à l’époque moderne est inintéressant et l’action serait illisible… En ce qui concerne la réalisation : avez-vous vu le film “Taken 3” ? Ce dernier est un exemple de mise en scène découpée en mille morceaux, où les plans d’une scène ne durent pas plus d’une seconde ! Justin Kurzel lui a réalisé le film “Assassin’s Creed” de manière dynamique certes, mais le spectateur ne perd jamais le fil de l’action : cela permet de découvrir des chorégraphies des plus efficaces ! La présence de certains plan-séquence permet également d’apprécier la beauté des décors. La réalisation apporte globalement une fraîcheur au film d’action-aventure, qui peine à se renouveler ces dernières années. L’un des points à noter par rapport au jeu est que le traitement de l’Animus est beaucoup plus énergique : Callum reproduit tous les mouvements de son ancêtre et cela se traduit par un montage entre Aguilar et son descendant bien effectué (ne cassant pas le rythme).

CRITIQUE: “ASSASSIN’S CREED” OU UNE RÉUSSITE INCOMPRISE !

À propos de la narration du film, il faut savoir que beaucoup se plaignent des séquences, qui se déroulent à notre époque, déclarant que le film aurait été beaucoup plus intéressant si l’histoire était centrée sur le personnage d’Aguilar. Cela aurait donné un tout autre film, dont l’univers de la saga ne serait qu’à moitié présenté et expliqué. L’originalité de la saga “Assassin’s Creed” à la base, ne réside pas uniquement à un personnage qui court sur les toits, en assassinant des Templiers. Ce qui est intéressant est qu’il s’agit d’un conflit entre deux visions du monde qui s’opposent violemment depuis des milliers d’années, jusqu'à nos jours. L’enjeu est alors de savoir comment arrêter cette violence : le spectateur découvre alors deux possibilités, qui d’un côté comme de l’autre, ont leurs défauts et qualités.


Contrairement aux derniers jeux sortis, cette guerre n’est pas manichéenne et cela se comprend par le traitement des personnages. Si le spectateur est parfaitement en mesure de comprendre les motivations des différents protagonistes, il est vrai que certains points sont rapidement abordés. L’on ressent une simplicité dans le comportement de certaines personnes, où l’on aurait apprécié quelques détails supplémentaires. Toutefois, il vaut mieux parfois être simple et clair dans ses propos, plutôt que travaillés mais confus (n’est-ce pas “Batman v. Superman : L’aube de la Justice” ?). Les acteurs et actrices de ce film font un travail très efficace et permettent aux spectateurs de comprendre tous les personnages : Michael Fassbender présente à la fois un criminel en manque de repère, mais aussi un Assassin très efficace ! Il est dommage que l’on en apprenne pas davantage concernant ce dernier, mais celui auquel le spectateur doit s’attacher est Callum. Marion Cotillard n’est également pas en reste : elle interprète une femme tiraillée entre sa passion scientifique et sa volonté d’établir une Paix. Jeremy Irons est toujours aussi charismatique, mais son rôle est trop basique…

CRITIQUE: “ASSASSIN’S CREED” OU UNE RÉUSSITE INCOMPRISE !

Finalement, est-ce un grand film ? Non, car certains points sont trop rapidement traités et de petites incohérences se sont glissées ici et là dans le scénario. Cela dit, mérite-t-il autant de haine de la part de la majorité des critiques ? Absolument pas : “Assassin’s Creed” a de grandes qualités que certains autres blockbusters n’ont pas réussi à atteindre cette année ! Que la qualité d’un film fasse débat auprès des professionnels et du public, c’est tout à fait normal : mais nous avons assisté en 2016 à une extrémisation de la critique ! Ce film n’échappe pas à cette mode du “bashing” où la mauvaise-foi est Reine ! Il s’agit clairement d’un bon film, qui apporte une fraîcheur en comparaison à l’universalisation de certaines franchises cinématographiques.

Note:  (4/5)

 

Courtesy of Twentieth Century Fox France

Partager cet article