Planète Cinéphile

Cette semaine

UN AN APRES LE RÉVEIL DE LA FORCE... (OU LE PROBLÈME DE LA SUBJECTIVITÉ)

UN AN APRES LE RÉVEIL DE LA FORCE... (OU LE PROBLÈME DE LA SUBJECTIVITÉ)

Il y a un an sortait l'événement cinéphile de la décennie: "Star Wars: Le Réveil De La Force". 2 milliards de dollars plus tard, "Rogue One: A Star Wars Story", premier spin-off de la saga s'apprête à envahir les salles mondiales. L'occasion de revenir sur l'événement du réveil de la force.

Avertissement:

Cet article étant une analyse personnelle reflétant mon avis sur ce qui se passe dans ma petite tête avec cette franchise, il est écrit à la première personne. Je ne revendique pas avoir la sainte parole, mais je présente juste mon avis car je n'ai jamais lu une seule ligne qui dépeint réellement ce que je ressens autour de cette franchise.

 

Ce qui me frappe le plus quand je parle du film, c'est de voir à quel point toutes les personnes qui l'ont vu sont capables de développer leur avis, d'expliquer en quoi ils ont aimé ou pas aimé le film. Le film a réveillé quelque chose chez les spectateurs dits lambdas. Le débat est ouvert avec ce film, là où la plupart du temps les films types "Transformers", et de super-héros en général créent une sorte d'avis général, trop souvent imposé comme une vérité. Il nous faudra des années pour prendre du recul sur cet épisode 7. Nous n'arriverons peut-être même jamais à s'entendre sur un avis global. ET TANT MIEUX.
 

UN AN APRES LE RÉVEIL DE LA FORCE... (OU LE PROBLÈME DE LA SUBJECTIVITÉ)

En relisant ma critique du film (que je vous conseille de lire ICI), je ne suis plus tellement d'accord avec ce que j'y ai dit. Seules les trois premières phrases s'avèrent encore d'actualité: "Je l'ai vu. "Star Wars: Le Réveil De La Force" est dans ma mémoire. Il restera à tout jamais gravé dans mon esprit pour l'attente énorme qu'il aura suscité et l'événement cinéphile qu'il est.". On touche ici un point que je souhaite développer. Nous aurons beau tout faire pour parvenir à l'objectivité, elle sera sûrement toujours inatteignable. Je revendique ensuite avoir "digéré" le film 24H après l'avoir vu. C'était faux, mais je ne le savais pas. Je le sais maintenant car un an après, je ne l'ai toujours pas digéré. Non mais vous imaginez ? STAR WARS 7 QUOI ! Le film que j'ai le plus attendu de toute ma vie, le film que je rêvais de voir !

Vient ensuite le problème de faire face aux critiques de la critique. Je n'ai jamais caché mon affection particulière pour cette saga, j'étais conscient que j'en attendais beaucoup et que c'était risqué et je voyais venir de loin les remarques que l'on allait me faire sur mon avis. Si mon avis sur le film s'avérait être positif: "De toute façon tu es fan, tu n'es pas objectif", et pour le contraire: "Normal, tu en attendais trop."

J'étais beaucoup trop confus au moment où j'ai écrit ma critique, et cela se ressent parfaitement dans la façon dont je l'ai structurée. Mon introduction est mauvaise, je rentre trop vite dans le sujet et je ne saisis pas assez bien mon avis. Un avis est changeant, et c'est pour cela que j'essaye dans mes critiques de ne me baser qu'uniquement sur ma subjectivité. Ma subjectivité à ce moment était confuse. Mon avis sur "Rogue One" sera subjectif, et ne sera sûrement plus le même quand je relirai ma critique plus tard. Peut-être même que ce qui est écrit ici ne sera plus en adéquation avec ce que je penserai...

Vive la subjectivité.

 

Courtesy of The Walt Disney Company France

Partager cet article