Planète Cinéphile

Cette semaine

CRITIQUE: "THE BIRTH OF A NATION", UNE RÉBELLION SANS FRISSON

CRITIQUE: "THE BIRTH OF A NATION", UNE RÉBELLION SANS FRISSON

Synopsis: "Trente ans avant la guerre de Sécession, Nat Turner est un esclave cultivé et un prédicateur très écouté. Son propriétaire, Samuel Turner, qui connaît des difficultés financières, accepte une offre visant à utiliser les talents de prêcheur de Nat pour assujettir des esclaves indisciplinés. Après avoir été témoin des atrocités commises à l’encontre de ses camarades opprimés, et en avoir lui-même souffert avec son épouse, Nat conçoit un plan qui peut conduire son peuple vers la liberté…"

Sortie (France): 11 Janvier 2016

 

Critique:

Les films historiques sont un genre qui permet de mettre en lumière des événements marquants de notre histoire et ce "Birth Of A Nation" à ne pas confondre avec le film de 1915, parle de la révolte des esclaves d'une plantation de cotons. Le très bon "12 Years A Slave" ou même dernièrement "Free State Of Jones" notre critique est ici, ils parlent à peu près de la même chose. Enfin surtout "12 Years A Slave" qui a eu l'oscar du meilleur film, en 2014. Celui dont il est question aujourd'hui à lui aussi eut deux prix au festival de Sundance, mais que vaut-il vraiment?

Ce film se veut <vrai> avec la mention <basé sur une véritable histoire> pour que le spectateur soit rassuré, mais, c'est bien là que les problèmes commencent. Il y a de gros soucis vis-à-vis des motivations de nos protagonistes et surtout la prise de conscience de Nat. On a une heure d'exposition pour une une seconde partie qui tente de se mettre dans un rythme qu'elle ne trouve pas. C'est lent et on n'y croit pas, le maître devient méchant parce qu'il boit, enfin ce n'est pas subtil! Des exemples comme celui-là, il y en a des tas! Pour ne pas aider, le montage est hasardeux, on est perdu et on ne sais pas qu'elle est temporalité du long-métrage. Tout se déroule en une semaine ou plus, rien n'est mentionné. Sauf au début, une date ouvre le film pour mieux le situer. Ensuite, c'est le flou total et l'on est largué.

"The Bith Of A Nation" échoue à nous capter, alors oui les blancs sont très méchants et l'on a pitié des pauvres esclaves, mais la narration est passée à côté en simplifiant l'impact narratif et par la même occasion les bonnes idées qu'elle apporte. La réalisation n'est pas si mal pourtant, il y a une direction artistique qui donne un cachet aux plans et la musique est particulièrement bonne et donne un souffle à un montage qui souffre. 

CRITIQUE: &quot;THE BIRTH OF A NATION&quot;, UNE RÉBELLION SANS FRISSON
CRITIQUE: &quot;THE BIRTH OF A NATION&quot;, UNE RÉBELLION SANS FRISSON
CRITIQUE: &quot;THE BIRTH OF A NATION&quot;, UNE RÉBELLION SANS FRISSON

Voir ce film qui avait un potentiel pour le gâcher de la sorte, c'est navrant. Se vouloir révolutionnaire, mais rester classique sans aucune audace, ne permet pas à ce long-métrage de marquer son temps. Une déception en ce début d'année.

 Note :   (2,5/5) 

Courtesy of Twentieth Century Fox France

Partager cet article