Planète Cinéphile

Cette semaine

CRITIQUE: "A CURE FOR LIFE" LA DESCENTE AUX ENFERS A DES YEUX BLEUS

CRITIQUE: "A CURE FOR LIFE" LA DESCENTE AUX ENFERS A DES YEUX BLEUS

Gore Verbinski, réalisateur des trois premiers "Pirates des Caraïbes" revient quatre ans après l'échec de "Lone Ranger" avec un thriller horrifique mettant en scène Dane DeHaan, Jason Isaacs et Mia Goth.

 

Synopsis: "Lockhart, jeune cadre ambitieux, est lancé sur la trace de son patron disparu dans un mystérieux centre de bien-être en Suisse.Pris au piège de l’Institut et de son énigmatique corps médical, il découvre peu à peu la sinistre nature des soins proposés aux patients. Alors qu’on lui diagnostique le même mal qui habite l’ensemble des pensionnaires, Lockhart n’a plus d’autres choix que de se soumettre à l’étrange traitement délivré par le centre…la Cure."

 

Sortie (France): 15 février 2017

CRITIQUE: "A CURE FOR LIFE" LA DESCENTE AUX ENFERS A DES YEUX BLEUSCRITIQUE: "A CURE FOR LIFE" LA DESCENTE AUX ENFERS A DES YEUX BLEUS

Critique:

Venez découvrir le fabuleux Institut du docteur Volmer, suivez ces infirmières aux attitudes zombifiées et aux coiffes du siècle dernier, déambulez dans ces grands couloirs sans fin aux carreaux décolorés, percez le secret de cette cure pas comme les autres. "A Cure For Life" c'est une plongée dans un univers parallèle, un monde où le temps semble s'être arrêté 200 ans plus tôt. Nous voilà a la croisé entre le centre de soin de "Youth", les couloirs labyrinthiques du culte "Shining" ou encore l'atmosphère pesante de "Shutter Island" qui nous fait retenir notre souffle à chaque passage de porte. "A Cure For Life" nous offre une travail de la photo absolument incroyable. L'atmosphère créée par les décors est sublimée par le travail de la lumière et la grande minutie des cadrages (qui n'est pas sans rappeler encore un fois les nombreux plans hyper-composés de "Shining"). L'ensemble nous offrant ainsi un film esthétiquement glauque, à l'image de son histoire pour le moins troublante. Si l'intrigue nous tient en haleine toute la première moitié du film, elle s'estompe et perd de son énergie dans la deuxième partie. Mais les derniers instants remontent en intensité et offre une fin de film à la hauteur de nos espérances.

CRITIQUE: "A CURE FOR LIFE" LA DESCENTE AUX ENFERS A DES YEUX BLEUS
CRITIQUE: "A CURE FOR LIFE" LA DESCENTE AUX ENFERS A DES YEUX BLEUS

Derrière le personnage de Lockhart, se trouve un homme qui va devoir se battre contre la folie. Si Dane DeHaan (inoubliable Jason de "The Place Beyond The Pines") est parfaitement dans le rôle on peut en dire de même pour tout le reste du casting. Et on oubliera pas l’envoûtante Mia Goth et sa présence si troublante. Mais "A Cure For Life" c'est aussi un travail sur la question de celui qui ne voyait pas et qui finit par voir, celui qui en a trop vu, et celui qui ne veut pas voir. Celui qui ne voyait pas n'étant pas conscient d'être dans l'ignorance, comme la ballerine bleue qui danse les yeux fermés et qui ne sait pas qu'elle rêve. Un réveil par une descente aux enfers aussi violente que la chute de la ballerine. Toutes ces questions se traduisent par l'attention porté aux yeux, que ce soit le regard perçant de Dane DeHaan, celui ensorcelant de Mia Goth ou encore celui si glaçant de Jason Isaacs (Lucius Malefoy? Ah oui c'est ça!). En poussant légèrement l'analyse on peut retrouver cette question de l'ignorance et la connaissance avec les (nombreux) plans qui utilisent les reflets. Que ce soit ceux de l'eau, des fenêtres, des miroirs, ils nous offre une deuxième réalité, un deuxième regard, une super-vision. On a aussi cette importance de l'eau qui est cœur de l'histoire mais aussi des images. Toutes ces images sont portés par une musique avec qui elles forment une unité parfaite.

CRITIQUE: "A CURE FOR LIFE" LA DESCENTE AUX ENFERS A DES YEUX BLEUS
CRITIQUE: "A CURE FOR LIFE" LA DESCENTE AUX ENFERS A DES YEUX BLEUS

"A Cure For Life" c'est un moment perdu dans les montagnes de la Suisse, où l'on est transporté dans un Institut à l'ambiance glauque, aux pensionnaires mutiques et aux activités pour le moins étranges. Une folie visuelle qui nous offre des images magnifiques, portée par des acteurs déstabilisants. Si on se rapproche par moments du film d'horreur, du moins d'épouvante, on ne peut calmer notre soif de continuer à regarder attentivement, captivés par cette ambiance.

 

Note:    (4/5)

 

Courtesy of Twentieth Century Fox France

Partager cet article