Planète Cinéphile

Cette semaine

CRITIQUE: "LION" LE RETOUR AUX ORIGINES

CRITIQUE: "LION" LE RETOUR AUX ORIGINES

Synopsis: "Une incroyable histoire vraie : à 5 ans, Saroo se retrouve seul dans un train traversant l’Inde qui l’emmène malgré lui à des milliers de kilomètres de sa famille. Perdu, le petit garçon doit apprendre à survivre seul dans l’immense ville de Calcutta. Après des mois d’errance, il est recueilli dans un orphelinat et adopté par un couple d’Australiens.
25 ans plus tard, Saroo est devenu un véritable Australien, mais il pense toujours à sa famille en Inde.
Armé de quelques rares souvenirs et d’une inébranlable détermination, il commence à parcourir des photos satellites sur Google Earth, dans l’espoir de reconnaître son village.
Mais peut-on imaginer retrouver une simple famille dans un pays d’un milliard d’habitants ?
"

Sortie (France): 22 février 2017

Critique:

Une histoire incroyable, c'est ce que "Lion" raconte. Le film est basé sur une histoire vraie et il se déroule en deux parties bien distinctes. Certes, le récit de base bouleverse, il est à peine croyable, mais le film a sa manière de le montrer. Il faut bien le dire; la première est de loin la plus réussie et la plus poignante. On suit donc Saroo qui erre dans une Inde méconnue à la recherche de sa petite famille. L'interprétation du jeune Sunny Pawar pour qui c'est le premier film est saisissante! Il a cette fragilité dans le regard et dans son attitude qui rend son personnage attachant et l'on est indéniablement touché par lui. Sunny est une révélation qui mérite plus de rôles tant, il est crédible. 

La deuxième partie du long-métrage est avec l'excellent Dev Patel que l'on a découvert avec "Slumdog Millionaire" (on y reviendra). On suit Sarro qui a grandi et se retrouve maintenant en Australie. C'est là que la magie perd de son charme, il vit tranquillement jusqu'au jour où quelque chose l'interpelle et il décide de partir en quête de son origine. Le film est à deux vitesses et quand notre personnage se dit soudainement qu'il faut se mettre à chercher d'où il vient, c'est là que ça ne colle pas. L'impact de ce que l'on a vécu avec lui précédemment est si puissant que lorsque le déclic surgit, on se dit: MAIS, il a perdu la mémoire!? L'élément déclencheur n'est pas surprenant et il est logique, mais ce garçon si complexe devient tout d'un coup très simplet. A partir du moment où la recherche commence et ce jusqu'au dénouement final le film est touchant! 

CRITIQUE: "LION" LE RETOUR AUX ORIGINES CRITIQUE: "LION" LE RETOUR AUX ORIGINES
CRITIQUE: "LION" LE RETOUR AUX ORIGINES

L'histoire est clairement découpée; quand cela se déroule en Inde, le film prend le temps d'installer son ambiance et il construit ce petit homme. Tout n'est pas blanc ou noir et le film est assez subtil, mais lorsque l'on passe en Australie, c'est l'inverse. Oui, Nicole Kidman et David Wenham sont correctes, mais ils manquent de profondeurs comme le reste du récit d'ailleurs! La mise en scène et le montage qui narrent le tout s'emballent et le film devient classique dans ce qu'il montre. C'est là que l'on voit qu'un Danny Boyle est au-dessus avec "Slumdog Millionaire" et oui, on est obligé de comparer. Bizarrement, c'est le même acteur dans les deux films, mais à aucun moment on se dit que c'est le même protagoniste! Non, le film de Danny Boyle gère son rythme du début à la fin, là où Garth Davis ne parvient pas a garder la même intensité durant tout le long. 

La mise en scène n'est pas particulière, mais les décors sont variés et l'on est clairement dans un long voyage. La musique, elle souligne le côté mélancolique de Saroo. "Lion" est tantôt touchant, tantôt maladroit. Malgré cela, il parvient à être intéressant et l'on se prend à douter et à espérer pour qu'il n'arrive rien de mal à Saroo. Un film inégal. 

 

Note: (3/5)

Courtesy of SND

Partager cet article