Planète Cinéphile

Cette semaine

CRITIQUE: "SEULS" QUAND L'AUDACE PAYE

CRITIQUE: "SEULS" QUAND L'AUDACE PAYE

Synopsis: "Leïla, 16 ans, se réveille en retard comme tous les matins. Sauf qu'aujourd'hui, il n'y a personne pour la presser. Où sont ses parents? Elle prend son vélo et traverse son quartier, vide. Tout le monde a disparu. Se pensant l'unique survivante d'une catastrophe inexpliquée, elle finit par croiser quatre autres jeunes: Dodji, Yvan, Camille et Terry. Ensemble, ils vont tenter de comprendre ce qui est arrivé, apprendre à survivre dans leur monde devenu hostile… Mais sont-ils vraiment seuls?"

Sortie (France): 8 février 2017

Critique:

Le film est une adaptation d'une BD pour les 12-16 ans du même nom, à savoir Seuls. Il ne s'agit pas d'un drame, ni une comédie, mais bien d'un film FANTASTIQUE français! Autant le dire tout de suite, c'est bien un genre qui occupe assez peu le paysage audio-visuel. Cinq jeunes se trouvent livrés à eux-mêmes dans un Paris désert. L'inquiétude et la curiosité poussent notre petit groupe à chercher ce qui s'est passé, les surprises sont au rendez-vous! 

Les acteurs sont tous des nouvelles têtes à l'exception de Dodji et Leïla qui sont joués par Stephane Bak que l'on a déjà pu voir dans " Profs" et dans " Gamins". Sofia affres on a déjà pu la voir dans "Nous Trois Ou Rien" et "Le Ciel Attendra". Que cela soit; Jean-Stan du Pacaka aka Terry, Paul Scarfoglio aka Yvan et Kim Lockhart aka Camille, ils sont tous convaincants! Á de rares occasions Paul Scarfoglio loupe une réplique ou deux, mais vu que c'est une première pour lui, on passe très facilement outre. Ils forment une belle équipe et le feeling passe très bien! ados ont tous une personnalité intéressante. Ce ne sont pas juste des stéréotypes ou des personnages fonction, mais bien des jeunes qui doutent, qui sont fougueux et surtout des ados qui ont cette naïveté qui les rend si attachants.

 Cette ambiance est renforcée par la réalisation qui est excellente, des décors qui donnent un sentiment de grandeur à l'échelle de ces jeunes perdus dans la capitale. La direction artistique est très belle (la photographie est juste à tomber). L'utilisation du clair-obscur donne à ce Paris sans âmes un certain cachet! Le long-métrage est très sombre et ce sont les ambiances nocturnes qui sont les plus présentes. On a donc un jeu de couleurs très intéressant qui contraste avec le jour et ce brouillard qui rend le film fade avec son image désaturée (c'est volontaire). Un régal pour les amateurs de beaux plans.  

CRITIQUE: "SEULS" QUAND L'AUDACE PAYE
CRITIQUE: "SEULS" QUAND L'AUDACE PAYE
CRITIQUE: "SEULS" QUAND L'AUDACE PAYE

Le travail du son est très malin et permet d'instaurer une tension par moments et la spatialisation du son est bien gérée également. Les effets spéciaux, sont eux aussi, très bons et ils ne font pas tache. Techniquement il n'y a rien à dire de négatif, la maîtrise est de la partie. L'écriture est subtile et intelligente, il n'y a pas les grosses ficelles qui ternissent la caractérisation des protagonistes ou de l'intrigue, mais au contraire elle raconte avec malice l'univers dépeint dans "Seuls". L'histoire n'est pas inédite, mais les effets de surprise dynamisent le long-métrage et ce grâce à un montage efficace. Les thèmes abordés sont traités frontalement sans artifices et cela rend le propos du film plus profond.   

Oui, il n'y a pas de défauts majeurs, c'est une franche réussite et l'on a été conquis de bout en bout! Une aventure qui prend sont temps, qui révèle des acteurs et qui a sa propre ambiance. Un film comme on aimerait en voir plus souvent, donc foncez! 

Note: (4,5/5)

 

Courtesy of StudioCanal

Partager cet article