Planète Cinéphile

Cette semaine

CRITIQUE "SILENCE": QUAND SCORSESE MET EN IMAGES LA FOI

CRITIQUE "SILENCE": QUAND SCORSESE MET EN IMAGES LA FOI

"Silence" est le dernier film de Martin Scorsese. Gros projet qui tenait à cœur au réalisateur depuis de nombreuses années, le film est l'adaptation du roman éponyme, écrit par Shūsaku Endō en 1966. Pour cela, il réunit à l'écran Andrew Garfield, Adam Driver et Liam Neeson.

Synopsis: "XVIIème siècle, deux prêtres jésuites se rendent au Japon pour retrouver leur mentor, le père Ferreira, disparu alors qu’il tentait de répandre les enseignements du catholicisme. Au terme d’un dangereux voyage, ils découvrent un pays où le christianisme est décrété illégal et ses fidèles persécutés. Ils devront mener dans la clandestinité cette quête périlleuse qui confrontera leur foi aux pires épreuves."

Sortie(France): le 8 février 2017

CRITIQUE "SILENCE": QUAND SCORSESE MET EN IMAGES LA FOICRITIQUE "SILENCE": QUAND SCORSESE MET EN IMAGES LA FOI

Critique:

Parlons d'abord de la photo si vous le permettez. Et quelle photo...! Pour "Silence", Martin Scorsese a fait appel au directeur photo Rodrigo Prieto, avec qui il avait déjà travaillé sur "Le Loup De Wall Street" (et qui, au passage, est l'ancien directeur photo des premiers films d'Iñárritu, oui ceci explique cela). "Silence" c'est avant tout un film avec un énorme travail sur ce côté technique, en découle ainsi des images à la fois pures et majestueuses. Le travail des lumières naturelles donnant un aspect très enivrant à l'ensemble. On retrouve, comme dans la plupart des films de Scorsese, le fameux «point de vue de Dieu», ces plans où les personnages sont filmés vus de haut, la caméra étant parallèle au sol. Et là encore Scorsese nous offre des images magnifiques, on pense notamment au plan des escaliers du début, et où l'histoire des «points de vue de Dieu» n'ont jamais pris autant leur sens. Brouillard, vagues, forêts, prisons de bois... tout dans ce film prend une portée esthétique parfois insoupçonnée et nous en met plein les yeux. C'est juste si on trouve pas une scène de crucifixion magnifique (vous comprendrez rapidement à quelle moment nous faisons référence).

"Silence" c'est aussi l'histoire d'un homme qui ne veut pas abandonner. Rodrigues est interprété par un Andrew Garfield bluffant (oui oui "The Amazing Spider-man" c'est bien lui). Naturel, convainquant, habité par le personnage, l'acteur livre ici une performance qui devrait lui attirer une certaine reconnaissance. On fera aussi au passage une remarque sur le maquillage des acteurs qui est tout simplement incroyable. Quand au reste du casting, là encore aucun commentaire. Liam Neeson et Adam Driver sont tout aussi convaincants et justes que Andrew Garfield. Pareil pour tout les autres seconds rôles, notamment les deux chrétiens japonais principaux, qui semblent directement sortis de leur petit village du 17ème siècle.

CRITIQUE "SILENCE": QUAND SCORSESE MET EN IMAGES LA FOICRITIQUE "SILENCE": QUAND SCORSESE MET EN IMAGES LA FOI

Seulement toutes ces prouesses techniques et cette précision dans la direction d'acteurs (dont Scorsese a prouvé maintes et maintes fois qu'il maîtrisait) viennent se heurter au seul défaut du film: sa durée. Car oui c'est long 2H45. Alors oui c'est beau. Mais c'est long. Le film fonctionne sur une temporalité très lente, dont on se rend rapidement qu'elle était nécessaire. Nécessaire à la contemplation et nécessaire pour capter la force de la foi de Rodrigues. Sans ce traitement du temps, le film aurait clairement perdu toute sa puissance et aurait sûrement plus frôlé avec le film d'aventure où deux prêtres partent chercher leur ancien maître dans un japon mystérieux. Là n'était pas le but du film on l'a bien compris. Mais quand même 2H45 de lent ça finit par être long. Même si on peut justifier les longueurs et la lenteur du film, on est quand même heureux de sortir retrouver la lumière naturelle. A notre avis, des raccourcis auraient pu être possible au début et à la fin du film. Celle-ci d'ailleurs dénote un peu avec le reste du film, on se dit que un encart avant générique aurait peut-être pu éviter le dernier quart d'heure.

CRITIQUE "SILENCE": QUAND SCORSESE MET EN IMAGES LA FOICRITIQUE "SILENCE": QUAND SCORSESE MET EN IMAGES LA FOI

En conclusion, "Silence" est une nouvelle preuve du grand art de Martin Scorsese. Techniquement irréprochable, le film offre des plans somptueux, entraînés par des acteurs plus que convaincants. Une parenthèse enivrante qui trouve sa seule faille dans sa durée mais qui ne nous empêchera pas de vous le recommander.

 

Note:  (4/5)

 

Courtesy of Metropolitan FilmExport

Partager cet article