Planète Cinéphile

Cette semaine

BACK 2 CLASSICS: "RETOUR VERS LE FUTUR" (1985)

BACK 2 CLASSICS: "RETOUR VERS LE FUTUR" (1985)

Lorsque "Retour vers le futur" débarqua sur les écrans français, en 1985, bon nombre de critiques reçurent ce film de Robert Zemeckis avec une volée de bois vert. Trente ans plus tard, le premier volet de ce qui devint une trilogie et une licence à succès fait figure de monument dans la culture populaire. Cela pourrait faire réfléchir pas mal de monde.

Avec son complice scénariste Bob Gale, Robert Zemeckis, sous la houlette de Steven Spielberg, ressortit du placard le script de "Retour vers le futur" grâce au succès de son film précédent, la comédie d’aventure "À la poursuite du diamant vert", succès surprise de l’été 1984. Démarrant sur un plan rendant hommage à "La machine à explorer le temps" (de George Pal), suivi par le puissant "The power of love" de Huey Lewis and the News, "Retour vers le futur" est un film de science-fiction malin, où  l’on ne s’ennuie pas une seconde. Le mérite en revient essentiellement à un scénario sans temps mort, accumulant les scènes d’anthologie et les répliques qui font mouche et à des personnages attachants, entrés depuis au panthéon du septième art.

BACK 2 CLASSICS: "RETOUR VERS LE FUTUR" (1985)BACK 2 CLASSICS: "RETOUR VERS LE FUTUR" (1985)

Si, dans un premier temps, le rôle de Marty Mc Fly devait être tenu par Eric Stolz (qui tourna d’ailleurs quelques scènes), Michael J. Fox le remplaça rapidement, endossant avec bonheur le rôle du jeune héros, au point que cette prestation resta la plus marquante de sa carrière. Face à lui, en scientifique exubérant, le génial Christopher Lloyd donna vie à Doc’ Brown avec le talent que l’on sait. Le duo vedette, entouré de solides seconds rôles, est pour beaucoup dans la réussite de "Retour vers le futur". D’ailleurs, qu’il s’agisse de Michael J. Fox ou de Christopher Lloyd, tous deux restent encore aujourd’hui prisonniers (volontaires) de leurs personnages et le public connaît mal leurs autres prestations.

Film mêlant avec brio intelligence et divertissement "Retour vers le futur", truffé de références diverses à la culture populaire, est devenu, avec les années un élément à part entière de cette culture et est cité régulièrement dans d’autres oeuvres. Plus de trente ans après sa sortie, impossible de ne pas songer à ce film en voyant une De Lorean, l’automobile reconvertie en machine à voyager dans le temps, par exemple. Les péripéties de Marty Mc Fly, envoyé trente ans en arrière et devant faire en sorte que ses parents tombent amoureux avant de pouvoir revenir dans son présent, tout en inventant le rock’n roll, ont séduit plus d’une génération. Il faut dire que le film est réalisé de main de maître et qu’il entraîne le spectateur sans le laisser une seule fois sur la route.

L’histoire de "Retour vers le futur" pourrait servir de leçon à pas mal d’observateurs du monde du cinéma. Voilà un film regardé de haut en son temps par pas mal de critiques, devenu depuis l’un des classiques de la science-fiction et du divertissement, connu de tous ou presque. Nom de Zeus !

Remerciements à Laurent de "Deuxième Séance" (http://deuxiemeseance.blogspot.fr)

Partager cet article