Planète Cinéphile

Cette semaine

BACK 2 CLASSICS: "BLADE RUNNER" (1982)

BACK 2 CLASSICS: "BLADE RUNNER" (1982)

Cinéaste remarqué pour "Duellistes", après une carrière dans la publicité, Ridley Scott fit ses premiers pas dans la science-fiction en 1979, avec "Alien, le huitième passager". Mais c’est son film suivant qui, bien qu’ayant été accueilli de façon un peu froide lors de sa sortie, est le sujet de ce billet. "Blade Runner", qui a droit ces jours-ci à une suite "Blade Runner 2049", 35 ans après sa sortie, est, à n’en pas douter, un chef d’oeuvre de la science-fiction, de ces films que les aficionados peuvent voir et revoir à l’envie.

Ils sont rares, les films qui portent en eux autant de thèmes et se montrent finalement si difficiles à classer. A la fois film d’anticipation et policier noir, "Blade Runner", inspiré plus qu’adapté de la nouvelle "Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques", touche, tout en restant divertissant, à des sujets fondamentaux: qu’est-ce qui fait de nous des êtres humains ? Avons-nous le droit de créer la vie ? Et si oui, de la reprendre ?

BACK 2 CLASSICS: "BLADE RUNNER" (1982)BACK 2 CLASSICS: "BLADE RUNNER" (1982)

Nombre des éléments décrits dans "Blade Runner" font désormais partie de notre paysage. Fidèle à sa tradition du layering (saupoudrage), Ridley Scott utilise les détails et le décor pour installer l’ambiance inimitable du Los Angeles du futur. Assisté aux effets spéciaux par le grand Douglas Turnbull, celui qui allait devenir l’un des plus grands noms du cinéma livre un troisième film narrant la chasse aux réplicants. Cinq de ces derniers, androïdes dernier cri d’ordinaire dévolus aux tâches ingrates, ont décidé de s’évader et cherchent à prolonger leur existence. Le Blade Runner Rick Deckard, incarné par l’immense Harrison Ford, se lance à leur poursuite...

Décédé avant la sortie du film, Philip K. Dick put voir quelques séquences de "Blade Runner" et approuva la vision de Ridley Scott. Quand on a lu le roman original, on est forcé de reconnaître l’énorme travail d’adaptation et d’appropriation fait par Scott et son équipe. Si loin, et pourtant si proche de l’écrit de Dick, "Blade Runner" a donné lieu à de multiples théories, en plus d’avoir été l’objet de plusieurs montages (le Director’s Cut diffère grandement du happy end imposé par Warner Bros.). Se bonifiant d’année en année, ce film est pour beaucoup le meilleur réalisé par Ridley Scott. La sortie, 35 ans plus tard, d’une suite, est de nature à faire frissonner l’admirateur de l’oeuvre originelle.

À noter qu'une édition Collector remasterisée 4K (Blu-ray) du film original vient de sortir, pour fêter comme il se doit le 35ème anniversaire de sa sortie.

Remerciements à Laurent de "Deuxième Séance" (http://deuxiemeseance.blogspot.fr)

Partager cet article