Planète Cinéphile

Cette semaine

CRITIQUE: "JE NE SUIS PAS UN HOMME FACILE"

CRITIQUE: "JE NE SUIS PAS UN HOMME FACILE"

Après "Blockbuster" de July Hygreck, parlons du second long métrage français produit et distribué par Netflix. "Je Ne Suis Pas Un Homme Facile" réalisé par Eléonore Pourriat semble être la continuité de son court-métrage "Majorité Opprimée", sorti en 2010. En effet, ces deux œuvres évoquent la place des femmes dans la société et questionne sur la façon dont elles doivent vivre face aux hommes qui les dirigent. On va suivre Vincent Elbaz, en vrai macho, qui collectionne les conquêtes... Jusqu'au jour où, après avoir sifflé des filles dans la rue, il se prend un poteau et s’évanoui. Il va se réveiller dans un Monde dominé par les femmes, où les hommes doivent leur obéir.

L’idée de dénoncer les inégalités des sexes en inversant le Monde est une excellente idée mais, ici, elle est malheureusement mal traitée. Nous avons affaire à un film très lent où l’histoire est quasi inexistante puisqu’après que Damien (Vincent Elbaz) se soit réveillé dans le monde inverse, nous découvrons ce monde dominé par les femmes - la façon dont les hommes sont traités mais cela s’arrête là! L’histoire complexe entre Damien et Alexandra Lamour (Marie-Sophie Ferdane) est vide, plate avec un plutôt intérêt limité.

CRITIQUE: "JE NE SUIS PAS UN HOMME FACILE"

Néanmoins, le film dénonce clairement le rôle (très souvent) secondaire des femmes dans notre société où elles sont reléguées au rôle de secrétaire des hommes qui sont leurs chefs (directeurs, par exemple). On voit la différence entre les deux mondes où d’un côté les femmes ne sont quasiment pas là et, d’un autre, où elles sont au premier plan: il est certain qu’il y a encore des progrès à faire quant au milieu du travail pour les femmes. Malheureusement, il ne me semble pas utile de faire passer les femmes comme des hommes machos et vulgaires. On aurait simplement pu montrer leur supériorité par rapport aux hommes, continuer à mettre des robes, faire son sport avec un t-shirt et j’en passe... Pourquoi dénoncer une société où les femmes sont considérées comme inférieures aux hommes en les faisant copier le comportement de ceux-ci? Pourquoi ne pas simplement reprendre le comportement des femmes d’aujourd’hui pour se faire respecter? Je pense que le film a voulu choquer certains hommes sur la vie quotidienne des femmes et ce qu’elles subissent, mais c’est sûrement trop caricatural et cela ne fonctionne pas.

Le film rate aussi dans sa conclusion. Le personnage principal n’en tire absolument aucune leçon. Il continu à être un macho et dans le monde inversé il est considéré comme un marginal (un "masculiste" dérivé de "féministe"), il ne change pas de comportement et est tout de même forcé à être au même niveau que les femmes. Si même le personnage principal ne prend pas conscience de la position des femmes dans la société, où est-ce que veut en venir le film? Peut-être pour faire prendre conscience aux hommes sur ce que serait leur vie, si les rôles étaient inversés? Faire également passer un message sur la condition des femmes pour faire évoluer la situation d’aujourd’hui? La prise de conscience peut avoir lieu mais tant que cela reste de la fiction, je ne pense pas que le film va faire l’effet d’une bombe dans la société contrairement à son court-métrage. Le film s’en retrouve faible et plat ce qui est dommage avec un tel sujet.

Note: 2/5

Remerciements à Justine de "Ptite Cinéphile" (http://ptitecinephile.wordpress.com)

Partager cet article