Planète Cinéphile

Cette semaine

"UNE HISTOIRE SIMPLE", L'ÉDITION RESTAURÉE LE 13 JUIN!

"UNE HISTOIRE SIMPLE", L'ÉDITION RESTAURÉE LE 13 JUIN!

Claude Sautet rejoint la collection des films restaurés Pathé. Réalisé en 1978, "Une Histoire Simple" est la cinquième collaboration du cinéaste avec Romy Schneider. Écrit pour l'actrice, le réalisateur nous présente pour la première fois un récit au féminin à travers le regard de celle qui lui a inspiré ses plus beaux personnages de femmes. Cette sortie le 13 juin 2018, dans une très belle édition DVD/Blu-ray, est l'occasion de redécouvrir l'art de ce réalisateur qui incarne merveilleusement notre cinéma.

Après avoir exploré les travers de la psychologie masculine ("Les Choses de la Vie"; "Vincent, François, Paul et les Autres"; "César et Rosalie"; "Mado"), Claude Sautet place enfin une femme en première ligne d'Une histoire simple. Toujours en retrait dans ses précédents films, les femmes n'en constituaient pas moins des personnages forts mais elles ne se trouvaient jamais au centre de l'intrigue.

Cette fois, l'histoire est celle de Marie (Romy Schneider) qui rompt avec Serge (Claude Brasseur) et décide de ne pas garder l'enfant qu'elle attend de lui. À l'inverse des hommes, les femmes de Claude Sautet sont plus assurées et plus déterminées. Ici, Marie illustre une forme d'émancipation féminine forte et courageuse dans la société française de l'époque. Elle est libre, sans attache, maîtresse de son destin. Incarnée par Romy Schneider, elle est radieuse. L'actrice livre en effet une performance d'une grande justesse qui lui vaudra son deuxième César.

"UNE HISTOIRE SIMPLE", L'ÉDITION RESTAURÉE LE 13 JUIN!

Aux côtés de Marie, on retrouve néanmoins dans Une histoire simple les figures masculines chères au réalisateur: des hommes imposants et assurés dans les hautes responsabilités de leur carrière. Tous ont pourtant leurs faiblesses comme le tragique personnage de Jérôme (Roger Pigaut), dépressif et aussi angoissé à la perspective de perdre son travail que de le conserver; ou Serge, l'amant gouailleur parfaitement interprété par Claude Brasseur.

C'est avec pudeur que Sautet filme ses acteurs. Il ne les juge pas, se tient en retrait et se contente d'être un témoin privilégié. Les personnages de Sautet pourraient être chacun de nous, l'art du cinéaste étant de parvenir à nous les rendre incroyablement accessibles le temps de son film. Au hasard d'une ville, il isole un échantillon d'humains pour sonder leurs cœurs, capturer leurs expressions fugitives et leurs douleurs soudaines. Derrière les dialogues ciselés de Jean-Loup Dabadie, Marie, Georges, Serge, Gabrielle et Jérôme nous bouleversent dans leurs amours qui se nouent et se dénouent, dans leurs rêves et leurs aspirations. C'est dire combien Sautet est proche du réel. Quarante après, ses tableaux impressionnistes de la société nous ébranlent encore.

Courtesy of Pathé / Copyrights droits réservés

Partager cet article