Planète Cinéphile

Cette semaine

CRITIQUE: "LE FLIC DE BELLEVILLE"

CRITIQUE: "LE FLIC DE BELLEVILLE"

Réalisé par Rachid Bouchareb qui nous emmène à Belleville où vit Baaba Keita (Omar Sy), un policier spécialisé dans l’arrestation des pickpockets. Un soir, son meilleur ami est tué (Frank Gastambide qui interprète un agent d’Interpol) devant lui et il décide de reprendre son enquête sur un trafic de stupéfiants à Miami pour arrêter ses meurtriers. Il va devoir s’allier avec Ricardo Garcia (Luiz Guzman), un policier américain.

C’est un film qui assume entièrement ses références aux buddy cop movies mais se veut proche essentiellement du "Flic de Beverly Hills". Malheureusement, en plus d’être cliché au niveau des personnages, le récit est très paresseux, voir plat, n’apportant aucune surprise et aucun rebondissement notable. On se retrouve face à un film qui nous guide et nous offre toutes les réponses sur un plateau ne laissant pas le temps au spectateur de participer à l’enquête. Les quelques indices sont semés grossièrement et tout est beaucoup trop simple. Il en est de même avec les scènes d’action peu spectaculaires et convenues. Certes, le film est inspiré des films américains des années 80, mais celui-ci n’arrive pas à rendre un bel hommage français pour ce type de film.

CRITIQUE: "LE FLIC DE BELLEVILLE"

Finalement, c’est un buddy movie raté où les deux policiers ne semblent pas vraiment avoir de réelles connexions (malgré ce qu’on nous montre à l’écran), il reste toujours un vide entre les deux personnages où chacun fait ce qu’il décide de faire et ne réfléchissent jamais ensemble. Omar Sy prend toutes les décisions et s’impose laissant Luis Guzman au second plan, servant juste de prétexte pour former Omar (ce qui n’arrive jamais). C’est un duo plutôt cliché de l’Américain face au Français qui sert uniquement à montrer les différences dans les pratiques policières afin de les mettre en opposition. De plus, le fait que l’un soit drôle (Omar Sy inspiré d’Eddie Murphy) et l’autre râleur (Luis Guzman) sert à renforcer leurs différences afin d’amener de l’humour et de la narration.

Certains passages sont drôles (quand les scènes humoristiques ne nous sont pas montrées dans la bande-annonce afin de gâcher notre plaisir devant le film) mais vite oubliables. La mère de Baaba (jouée par Biyouna) est essentielle à l’intrigue amoureuse de son fils mais reste très effacée durant tout le film. Il en est de même pour la petite amie de Baaba (interprétée par Diem Nguyen) qui sert de prétexte pour mieux nous présenter le héros du film. On aurait largement pu se passer de l’intrigue amoureuse du film qui n’apporte rien.

On reste déçu que l’action reste aussi prévisible et rend le film très fade avec une enquête banale et sans surprise. Le final n’arrive pas à sauver le film même s’il y a un effort pour apporter de la tension. Les tueurs sont montrés dès le début, technique narrative qui plombe entièrement le suspense et malgré une volonté d’apporter quelques rebondissements, le film n’arrive pas à décoller.

Note: 2/5

Remerciements à Justine de "Ptite Cinéphile" (http://ptitecinephile.wordpress.com)

Partager cet article