Planète Cinéphile

Cette semaine

FONDATION SEYDOUX-PATHÉ: CARTE BLANCHE AU SWEDISH FILM INSTITUTE

FONDATION SEYDOUX-PATHÉ: CARTE BLANCHE AU SWEDISH FILM INSTITUTE

La Fondation Jérôme Seydoux-Pathé propose à ses spectateurs de découvrir des petits chefs-d'œuvre du cinéma suédois souvent injustement délaissés. Accompagnés au piano, ces bijoux du cinéma muet retrouveront tous leurs éclats sur l'écran de la salle Charles Pathé, le temps de cette carte blanche inédite.

 

Du 21 novembre au 11 décembre 2018, la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé donne carte blanche au Swedish Film Institute (Svenska Filminstitutet). Fondé en 1963, cet Institut mène un travail de sauvegarde gigantesque en s'appuyant sur des copies nitrate plus ou moins détériorées. En septembre 1941, un incendie dévastateur a en effet brûlé presque tous les négatifs originaux des fictions muettes suédoises. 

FONDATION SEYDOUX-PATHÉ: CARTE BLANCHE AU SWEDISH FILM INSTITUTE

La carte blanche du Swedish Film Institute permettra d'apprécier son travail colossal. Deux programmes de 13 courts-métrages uniques Pathé, tournés entre 1903 et 1912, seront présentés. Ces films ont tous été récemment sauvegardés dans le laboratoire photochimique du Swedish Film Institute, d'après des copies en noir et blanc, teintées ou coloriées au pochoir.

 

Parmi les chefs-d'œuvre qui constitueront ce cycle inédit, le public de la Fondation pourra notamment découvrir l'un des premiers longs métrages de fiction réalisés en Suède, "I lifvets vår / Au printemps de la vie" (1912). Ce film avait été produit par la filiale Pathé frères à Stockholm et le négatif avait été conservé en France. Il fut retrouvé dans les collections de la Cinémathèque française en 2004.

 

Le cycle rendra également hommage au réalisateur le plus prolifique de cette période: Gustaf Molander. Son talent fut reconnu jusque dans les années soixante. Son film "Ingmarsarvet", réalisé en 1925, rappelle les films classiques de Sjöström et Stiller. Il s'agit d'une adaptation - à gros budget - d'une célèbre œuvre littéraire. Le film fut réalisé en décor naturel, montrant l'interaction des personnages avec la nature. "Synd / Sin" qu'il a réalisé en 1928 est une coproduction suédo-britannico-allemande qui se déroule à Paris. Le film est révélateur de la tendance de l'époque où des stars étrangères, telles que Elissa Landi et Gina Manès, figuraient au générique.

 

Plus d'information: www.fondation-jeromeseydoux-pathe.com

Courtesy of Fondation Jérôme Seydoux-Pathé / Copyrights droits réservés

Partager cet article