Planète Cinéphile

Cette semaine

#ALADDIN: REPORTAGES INÉDITS SUR LES HÉROS!

#ALADDIN: REPORTAGES INÉDITS SUR LES HÉROS!
#ALADDIN: REPORTAGES INÉDITS SUR LES HÉROS!

L’un des plus grands défis pour ce projet a été le casting. Tout le monde voulait voir de nouveaux visages dans les rôles d’Aladdin et de Jasmine, des visages qui incarnent la diversité du Moyen-Orient et du sous-continent indien en général. Le studio a donc lancé une recherche massive en 2016 pour les découvrir. Au cours des 12 mois suivants, l’équipe de production a vu près de 2 000 acteurs, de Londres au Caire, d’Abu Dhabi à Delhi ou Bombay. Au final, "Aladdin" est le film qui a le casting le plus éclectique de toute l’histoire des studios Disney.

Pour "Aladdin", l’équipe recherchait un jeune homme charmant et capable d’autodérision, quelqu’un que le public pourrait aimer et soutenir dans ses aventures, et qui soit aussi capable de chanter, de danser et d’exécuter le nombre important de cascades que demandait le rôle. Mena Massoud a été choisi pour le rôle-titre et a reçu un appel l’informant de la bonne nouvelle sur le tournage de la série "Jack Ryan" juste trois semaines avant le début du tournage.

Naomi Scott ("Power Rangers") est une chanteuse et actrice d’origine sud- asiatique qui a grandi à Londres. Elle confie avoir toujours eu de l’affection pour Jasmine et était ravie d’avoir la chance de faire vivre la princesse au cinéma. Beaucoup de cultures et de populations différentes avaient été représentées dans le film d’animation, et le studio a voulu retrouver cette pluralité dans le nouvel "Aladdin". Dans le film, la mère décédée de Jasmine vient du royaume sud-asiatique de Shehrabad. Jasmine est donc moitié sud-asiatique, moitié arabe, et l’influence de sa mère est visible dans ses vêtements, qui sont inspirés de l’esthétique de l’Asie du Sud.

Le film avait besoin d’un comédien au registre très large, capable de jouer de façon drôle et dramatique, qui pouvait être émouvant, qui pouvait chanter, danser, amuser... Quelqu’un comme Will Smith. Par chance, celui-ci s’est montré très intéressé par le projet. L’acteur, producteur, humoriste et rappeur que l’on a pu voir dans "Ali", "Men in Black" et "Independance Day" a aimé l’idée de réinventer le personnage et de se l’approprier: « C’est le premier projet depuis « Le Prince de Bel-Air » qui me permet de faire autant de choses que j’aime. Dans ce film, j’ai pu chanter, danser, rapper, être un acteur de comédie et un acteur dramatique… J’ai vraiment pu jouer sur toute la gamme de mes aptitudes, être un artiste complet. »

« Speechless / Parler » est une nouvelle chanson originale écrite par Alan Menken, Benj Pasek et Justin Paul. Elle est interprétée par Jasmine, qui s’apprête à devenir la femme qu’elle veut réellement être. Alan Menken explique: « Cela commence avec un piano seul, c’est très intime; on entre vraiment dans l’âme de Jasmine. Puis le morceau s’étoffe au fur et à mesure, s’enrichit grâce aux arrangements, gagne en intensité, pour revenir à la fin au piano uniquement, avec la voix de Jasmine qui s’élève au-dessus. La chanson a un bel arc musical, avec un son principalement orchestral et pianistique. »

Le producteur exécutif Marc Platt ("Le Retour de Mary Poppins") retrouve Benj Pasek et Justin Paul après avoir travaillé avec eux sur "La La Land". Il commente: « C’est la grande chanson de Jasmine, le moment où elle décide de défendre ce en quoi elle croit. La chanson est le reflet de l’évolution du personnage dans l’histoire: au début, elle est chantée timidement par Jasmine, puis, plus tard dans le film, elle revient comme un moment de libération et d’affirmation de soi. Jafar a pris le pouvoir alors que son père est impuissant, et elle a enfin la force de lui dire ce qu’elle envisage pour son avenir. »

Justin Paul ajoute: « Au fur et à mesure de l’élaboration du scénario, il est devenu évident que Jasmine allait être plus forte et plus ardente que jamais et qu’il était temps pour elle d’avoir son grand numéro. Son personnage émergeait comme quelqu’un qui en viendrait à s’affirmer pour ce qu’elle est et veut. ». Benj Pasek précise: « C’est une femme à qui l’on dit qui elle doit être et comment elle doit vivre. Elle n’a pas voix au chapitre. Il était tout à fait logique que cette femme si forte, cette femme que tant de petites filles, de jeunes filles et de femmes ont aimée et gardent dans leur cœur, s’exprime pour reprendre le pouvoir et la maîtrise de son destin. »

Courtesy of The Walt Disney Pictures France - Crédits photos: Daniel Smith

Partager cet article