Planète Cinéphile

Cette semaine

#LBADLS #ELEPHANTMAN

#LBADLS #ELEPHANTMAN

À l'occasion de la réouverture des salles obscures françaises, le mercredi 22 juin, Carlotta Films en association avec StudioCanal offrira aux cinéphiles la nouvelle copie restaurée 4K de "Elephant Man", supervisée par David Lynch himself !

Avec "Elephant Man", son deuxième long-métrage après l’expérimental "Eraserhead" (1977), le réalisateur américain David Lynch entre de plein fouet dans la légende du cinéma. Hymne poignant à la tolérance et au respect de la dignité humaine, ce mélodrame atypique dans la carrière du cinéaste vaut également pour l’interprétation de ses acteurs, les remarquables Anthony Hopkins ("Le Silence des Agneaux") et John Hurt ("Alien"), méconnaissable sous son maquillage. Nominé huit fois aux Oscars, lauréat du César du meilleur film étranger, "Elephant Man" reste un chef-d’œuvre inégalé dans l’histoire du 7e art, d’une beauté et d’une pudeur rarement atteintes. L’acte de naissance d’un immense cinéaste !

Dès le lancement du projet, David Lynch sait qu’il veut tourner son film en noir et blanc – comme c’était déjà le cas pour "Eraserhead". Non pour des considérations purement esthétiques, mais par souci de coller le plus possible à l’atmosphère de l’époque, le Londres de la période victorienne. « C’était un choix, à cause de l’ambiance, l’industrie, la fumée, les petites rues sombres », explique le réalisateur. "Elephant Man" est célèbre pour son noir et blanc métallique tout en contrastes, et pour ses multiples nuances de gris qui renvoient à l’atmosphère si particulière de la ville, avec son bien-nommé London fog. Les décors ne sont pas les seuls à refléter le climat de cette société en pleine révolution industrielle, la bande-son s’y mêle aussi par le biais de bruits répétitifs qui font planer une menace sourde sur cet environnement et sur John Merrick en particulier, « anomalie » de ce monde. Mais cette atmosphère presque réaliste est constamment contrebalancée par l’onirisme de Lynch, observé dès les premières images du film.

Un climat de mystère et de suspense vient également s’installer à mesure que l’œuvre progresse. Une influence est clairement à noter du côté des films de la Hammer, célèbre société de production britannique qui révolutionna l’esthétique du cinéma d’horreur dans les années 1950 et pour laquelle travailla notamment Freddie Francis, le directeur de la photographie du film. Toutefois, jamais le cinéaste n’a recours à ce genre pour caractériser le personnage d’Elephant Man: l’horreur figure autour de lui, il en est la victime et non l’auteur.

#LBADLS #ELEPHANTMAN
#LBADLS #ELEPHANTMAN#LBADLS #ELEPHANTMAN

Au-delà de la fresque sociale, j’ai voulu montrer comment le personnage réagissait au contact de différentes situations. Il passe de l’univers de la pauvreté à celui de la richesse. Les deux mondes s’ignorent et se veulent différents mais leur curiosité vis-à-vis du ‘‘monstre’’ est la même.

David Lynch, cinéaste

 

"Elephant Man" a été restauré en 4K par StudioCanal sous la supervision de David Lynch en partenariat avec L’Immagine Ritrovata.

Le négatif caméra d’origine était stocké à Londres depuis les années 1980, il a été scanné en 4K High Dynamic Range puis a été restauré au travers d’un workflow HDR 16 bits de bout en bout afin d’obtenir le meilleur résultat possible aujourd’hui pour cette œuvre exceptionnelle. La stratégie de restauration était d’utiliser le HDR afin de retrouver le « film look » d’origine du film.

Cette restauration StudioCanal a été opérée par L’Immagine Ritrovata (Bologne et Paris), sous la supervision intense de David Lynch, qui s’est impliqué personnellement dans l’étalonnage de cette version restaurée à FOTOKEM, Los Angeles. À partir de cette version restaurée HDR Cinema « film look », de nouveaux masters d’exploitation ont été déclinés, afin que l’ensemble des médias, cinéma, vidéo/VOD et TV puissent redécouvrir Elephant Man dans une définition inédite, signée David Lynch.

Sortie (France): 22 juin 2020

Courtesy of Carlotta Films & StudioCanal / Photos - Copyright 1980, BROOKSFILMS LTD. Tous droits réservés

Partager cet article