Planète Cinéphile

Cette semaine

"À BOUT DE SOUFFLE", 60ÈME ANNIVERSAIRE

"À BOUT DE SOUFFLE", 60ÈME ANNIVERSAIRE

Le 28 octobre, Carlotta Films proposera aux cinéphiles la restauration 4K du chef-d'œuvre signé Jean-Luc Godard, "À bout de souffle" (1960), à l’occasion du 60ème anniversaire de sa sortie en salle.

 

Il y a exactement 60 ans, la gouaille de Jean-Paul Belmondo et le charme moderne de Jean Seberg font souffler un vent nouveau sur le cinéma français. En partant d’un fait divers écrit par François Truffaut, Jean-Luc Godard compose un film semi-improvisé, bardé de références au cinéma américain et formellement insolent. Conçu comme une partition libre de jazz, "À bout de souffle" est une œuvre qui se livre en quatrième vitesse: celle du défilement haletant de la pellicule tout comme celle du rythme heurté de sa grammaire novatrice. Le noir et blanc rugueux de Raoul Coutard imprime une course en avant de crime et d’amour mêlés, qui fonce éperdument dans une impasse mortelle. Lauréat du prix Jean Vigo 1960, le film connaît un succès immédiat qui élève Belmondo, Seberg et Godard au rang d’icônes. Déflagration originelle de la Nouvelle Vague, "À bout de souffle", aujourd’hui restauré en 4K à l’occasion de son 60e anniversaire, a conservé intact l’œil visionnaire et génial de Jean-Luc Godard.

"À BOUT DE SOUFFLE", 60ÈME ANNIVERSAIRE
"À BOUT DE SOUFFLE", 60ÈME ANNIVERSAIRE"À BOUT DE SOUFFLE", 60ÈME ANNIVERSAIRE

Voilà un film qui comble toutes mes passions.

Quentin Tarantino

La révolution formelle apportée par "À bout de souffle" en 1960 est indissociable de la méthode de travail que Godard invente au fur et à mesure du tournage. Profitant de la précarité de la production et du quasi-anonymat des membres de l’équipe, Godard ne leur transmet qu’au dernier moment les dialogues et indications de tournage. Les journées se déroulent selon l’humeur, parfois on ne tourne quasiment pas. Le producteur Georges de Beauregard est scandalisé par les caprices et la nonchalance assumée du jeune cinéaste, mais la méthode Godard se fait accepter peu à peu. À ceci s’ajoute une poignée d’inventions folles, comme la caméra cachée dans une voiturette de poste qui permet de « voler » des plans à la foule sur les Champs-Élysées, ou encore l’idée de tourner avec une pellicule noir et blanc Ilford utilisée pour la photographie de reportage, et collée bout à bout pour former des bobines de film. Sommé de réduire son film à 90 minutes, Godard décide au montage de couper à l’intérieur même des plans en enlevant les moments inutiles. Il crée ainsi un rythme haché, palpitant, brut, et donne au film son mouvement fou. En inventant les jump cut, en osant les faux raccords, Godard inaugure un style, une signature.

 

La numérisation et la restauration 4K d’"À bout de souffle" a été faite par Studiocanal avec l’aide du CNC dans le cadre de l’Aide sélective à la numérisation des œuvres cinéma-tographiques du patrimoine. La restauration a été effectuée par le laboratoire L’Image Retrouvée (Paris) à partir du négatif image monté original et du marron d’époque de première génération (5 plans). Cette version 4K permettra aux publics français et international de redécouvrir "À bout de souffle" dans une définition jamais vue, respectant intégralement les intentions artis- tiques originales de l’équipe du film.

 

L'édition collector Ultra HD 4K du film sera proposé à la vente à partir du 4 novembre 2020.

 

Courtesy of Carlotta Films & LaCinetek

Partager cet article