Planète Cinéphile

Cette semaine

CANNES QUOTIDIE * JEUDI 15




La compétition officielle du Festival de Cannes propose jeudi deux auteurs pour la première fois en lice pour la Palme d'Or: l'Argentin Pablo Trapero et l'Israélien Ari Folman.

- En compétition:

"Leonera" de l'Argentin Pablo Trapero (Argentine, Corée du sud, Brésil, 1h53) avec Martina Gusman, Elli Medeiros, Rodrigo Santoro.

Julia, 26 ans, enceinte de quelques semaines, découvre chez elle le corps du père de son enfant. Incapable de se souvenir des circonstances du meurtre, elle est incarcérée dans une prison spéciale pour jeunes mères en attente de son procès. Elle y met au monde son enfant.

Le film a été tourné dans des prisons de haute sécurité avec un casting mêlant vraies détenues, personnel pénitentiaire et comédiens professionnels.

Le réalisateur argentin était déjà venu en 2002 dans la section Un Certain Regard avec "El Bonaerense".

"Waltz with Bashir" ("Valse avec Bashir") film d'animation de l'Israélien Ari Folman (Israël/France/Allemagne, 1h27)

Un soir, dans un bar, un vieil ami raconte au réalisateur un rêve récurrent qui vient hanter toutes ses nuits et dans lequel il est poursuivi par 26 chiens féroces. Les deux hommes en concluent qu'il y a certainement un lien avec leur expérience commune dans l'armée israélienne lors de la première guerre du Liban, au début des années 80. Ari est surpris de n'avoir plus aucun souvenir de cette période. Il décide de partir à la rencontre de ses anciens camarades de guerre maintenant éparpillés dans le monde entier. Au fur et à mesure de ses rencontres, Ari plonge alors dans le mystère et sa mémoire commence à être parasitée par des images de plus en plus surréalistes.

- Hors compétition:

"Kung Fu Panda" des Américains Mark Osborne, John Stevenson (Etats-Unis, 1h35) - Film d'animation avec les voix d'Angelina Jolie, Jacky Chan, Lucy Liu, Dustin Hoffman...

Passionné, costaud et quelque peu maladroit, Po est le plus grand fan de Kung Fu. Serveur dans le restaurant de nouilles de son père, son habileté reste encore à prouver. Élu pour accomplir une ancienne prophétie, le rêve de Po devient réalité lorsqu'il rejoint le monde du Kung-Fu pour apprendre les arts martiaux sous les ordres de leur professeur et entraîneur, maître Shifu. Mais Taï Lung, le léopard des neiges fourbe et animé d'un désir de vengeance, approche à grands pas et c'est Po qui sera chargé de défendre la vallée face à cette menace grandissante.

- Sélection "Un Certain Regard" :

"Hunger" du Britannique Steve McQueen avec Liam Cunningha, Michael Fassbender (Royaume-Uni, 1h40), projeté en ouverture

Prison de Maze, Irlande du Nord, 1981. Raymond Lohan est surveillant, affecté au sinistre Quartier H où sont incarcérés les prisonniers politiques de l'IRA qui ont entamé le "Blanket and No-Wash Protest" pour témoigner leur colère. Détenus et gardiens y vivent un véritable enfer.

Le jeune Davey Gillen vient d'être incarcéré. Il refuse catégoriquement de porter l'uniforme réglementaire car il ne se considère pas comme un criminel de droit commun. Rejoignant le mouvement du Blanket Protest, il partage une cellule répugnante avec Gerry Campbell, autre détenu politique, qui lui montre comment passer des articles en contrebande et communiquer avec le monde extérieur grâce au leader Bobby Sands qu'ils croisent lors de la messe dominicale.

"Tokyo!" du sud-Coréen Bong Joon Ho et des Français Leos Carax, Michel Gondry (France, Japon, Corée du sud, Allemagne, 1h50)

Le film, composé de trois chapitres, est librement inspiré de Tokyo et tourné au coeur de la ville. "Interior Design" de Michel Gondry suit les traces d'un jeune couple qui tente de s'installer à Tokyo. Lui veut devenir réalisateur, elle a le sentiment diffus de perdre le contrôle de sa vie.

"Merde" de Leos Carax raconte la panique que sème une mystérieuse créature dans les rues de Tokyo qui suscite passion ou répulsion. Enfin "Shaking Tokyo" de Bong Joon-ho relate la vie d'un homme, un hikikomori, qui vit depuis plus de 10 ans enfermé dans son appartement, réduisant au strict minimum tout contact avec le monde extérieur jusqu'à ce qu'une livreuse de pizza s'évanouisse chez lui durant un tremblement de terre.

- Sélection "Quinzaine des réalisateurs":

"Quatre nuits avec Anna" du Polonais Jerzy Skolimovski avec Artur Steranko, Kinga Preis (Pologne, France, 1h27), projeté en ouverture

Dans une petite ville en Pologne, Léon Okrasa est employé dans un hôpital. Il a, dans le passé, été témoin d'un viol brutal. La victime, Anna, est une jeune infirmière qui travaille dans le même hôpital. Léon passe son temps à espionner Anna, à la guetter de jour comme de nuit. Cela devient une véritable obsession. Un soir, il finit par s'introduire dans l'appartement d'Anna par la fenêtre qu'elle laisse entrouverte. Alors, Léon s'installe sur son lit, l'observe dans son sommeil, s'imprègne de son univers. Où s'arrêtera t-il ?

- Sélection "Semaine internationale de la critique"

"Les 7 jours" des Israéliens Ronit Elkabetz et Shlomi Elkabetz avec Sulika Kadosh, Shlomi Elkabetz (Israël, 1h55), projeté en ouverture.

Israël, 1991. Toute la famille Ohaion pleure la disparition de l'un des siens. Fidèles à la tradition, les proches sont censés se réunir dans la maison du défunt et s'y recueillir pendant sept jours. Alors que chacun semble se plier à la coutume, la cohabitation devient de plus en plus pesante. Contraints de se supporter jour et nuit, frères et soeurs ne tardent pas à laisser l'amertume et les disputes prendre le pas sur le recueillement.

"Moscow, Belgium" du Belge Christophe Van Rompaey avec Barbara Sarafian, Jurgen Delnaet (Belgique, 1h42), premier film.

Matty, mère de trois enfants, heurte le camion de Johnny sur le parking d'un supermarché. Il est furieux des dégâts occasionnés à son pare-chocs et insulte Matty qui ne se laisse pas faire. Leur discussion se transforme alors en dispute et la police doit intervenir. Arrivée chez elle, Matty prend un bain chaud pour se remettre de ses émotions, quand le téléphone sonne. C'est Johnny qui appelle pour s'excuser de son comportement...

Avec "Moscow, Belgium", le réalisateur belge signe une comédie souvent drôle sur une femme pleine de bosses et de bleus.

- Cannes Classics (section dédiée au cinéma de patrimoine)

"La collection Cinéma Cinémas" du Français Claude Ventura (France, 1h44)

20 ans après "Cinéma Cinémas" d'Anne Andreu, Michel Boujut et Claude Ventura, l'équipe s'est remise au travail sous la direction de Claude Ventura pour un film-montage à partir des séquences originelles les plus emblématiques de cette émission télévisée, pour éviter que ne se perdent les témoignages fantastiques accumulés.

"Peppermint frappé" de l'Espagnol Carlos Saura avec Géraldine Chaplin, Maria José Charfole, Anna Maria Custodio, Jose Luis Lopez Vazquez(Espagne, 1H32, 1968). Film sélectionné au 21e Festival de Cannes de 1968, dont la projection avait été interrompue par le mouvement social et étudiant. Julian, célibataire et médecin, tombe amoureux d'Elena, blonde et mariée à son ami d'enfance. Un beau jour, Julian rencontre une infirmière, une brune, qui ressemble incroyablement à Elena.

- Cinéma de la plage (projections en plein air, ouvertes au public, sur la plage Macé)

"Bonnie and Clyde" de l'Américain Arthur Penn avec Warren Beatty et Faye Dunaway (Etats-Unis, 1h51, 1967)

La dramatique aventure de Bonnie Parker et Clyde Barrow, deux amants révoltés pendant la grande dépression des années 30, qui vont devenir le couple de criminels américains le plus célèbre.


Courtesy of AFP

Partager cet article