Planète Cinéphile

Cette semaine

1ERE EDITION DU FESTIVAL JAC WEB-SERIES !

webseriedocweb.jpeg

 

 

Pour la première fois en Ile-de-France, un festival de web-série ouvre ses portes à Châtillon et "Planète Cinéphile" sera présent pour l'occasion ! Cette première édition du Festival Jac Web-Séries aura lieu au cinéma de la ville de Châtillon (1 Rue Sadi Carnot, Châtillon 92320), ce Samedi 27 Avril 2013 à partir de 18H, avec en présence 6 web-séries déjà présélectionnées.

 

3 prix seront décernés :

• Le Prix De La Meilleure Web-Série

• Le Prix Du Meilleur(e) Acteur/Actrice

• Le Prix Du Public (Venez nombreux pour soutenir votre favori !)

Le jury sera composé d’acteurs du milieu avec notamment des participants de grandes web-séries françaises telles que "Visiteur Du Futur", "Flander's Company", "Noob", etc.

  La soirée se déroula en 2 parties :

 - La diffusion des web-séries qui seront projetées devant le public,

 - La réception qui permettra au public de voter, de se restaurer auprès d’un buffet et d’intéragir avec les réalisateurs des web-séries s’ils le souhaitent. En fin de réception, les résultats seront annoncés.

 

Pour rappel, le Festival Jac Web-Séries a un double but. Tout d’abord, il sert à promouvoir la web-série, qui a certes une résonance sur internet, mais encore peu de reconnaissance en offline. Ce genre d’initiative est d’ailleurs encore très rare par rapport à l’ampleur du phénomène avec moins de 10 festivals de web-série en France. L’autre objectif est de mettre en lumière des metteurs en scène talentueux du genre. Il y a, en effet, de plus en plus de jeunes auteurs qui se lancent dans ce mode de création, commençant d’ailleurs à faire de l’ombre au format classique du court-métrage. Le festival propose donc aux auteurs de présenter leur création devant un public, mais également devant les acteurs de ce milieu.


Retrouvez toutes les informations de l'évènement sur le site officiel : http://jacwebseriefestival.wordpress.com

 

 

 

Courtesy of La Ville de Châtillon / Remerciements à Romain Boileau

Partager cet article